16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 18:25

Bloc-notes actualité
Madame le président et l'Académie française

En ligne le 16 octobre  2014

 

A la suite de la sanction (amende) infligée au député Julien Aubert pour son obstination à dire « le président » en s'adressant à Sandrine Mazetier (qui occupe la vice-présidence de l'Assemblée nationale), l'Académie française vient de publier un texte de mise au point sur la question de la féminisation des noms de métiers et de fonctions.

 

L'Académie précise notamment que « aucun gouvernement n'a le pouvoir de modifier de sa seule autorité le vocabulaire et la grammaire du français » et ajoute que « nul ne peut régenter la langue, ni prescrire des règles qui violeraient la grammaire ou la syntaxe : elle n’est pas en effet un outil qui se modèle au gré des désirs et des projets politiques. »

 

On retiendra la distinction faite par l'Académie entre la féminisation d'un nom de métier (pharmacienne par ex.) et celle d'un nom de fonction, ainsi que le rappel de la valeur générique neutre du genre grammatical masculin, dans la mesure où ce dernier n'est pas marqué. L'Académie précise au passage que si la langue accepte sans difficulté des féminisations qui sont du reste passées dans l'usage (éditrice, exploratrice, etc.), on ne peut en revanche imposer de véritables barbarismes (comme professeure, auteure, chercheure, ou sapeuse-pompière).  

 

Mais revenons au différend qui s'est produit à l'Assemblée nationale. De cette lecture, on peut conclure que, si l'intéressée (en l'occurrence la présidente de séance) pouvait demander à se voir reconnue comme femme dans cette appellation (et parce que le mot président accepte la forme féminine sans qu'il soit fait violence à la langue), cela ne peut cependant pas être érigé en contrainte générale. On voit alors mal comment cela pourrait donner lieu à une sanction officielle assortie d'une amende. Le député Julien Aubert n'a commis aucune faute de langue en maintenant un masculin générique ; on ne peut pas parler non plus d'une infraction. En cette occurrence particulière et devant le désir exprès de l'intéressée dont il n'a pas tenu compte, il a tout au plus commis une indélicatesse personnelle - requalifiée « rébellion » pour la circonstance. Et si toutes les indélicatesses commises par les élus en séance à l'Assemblée nationale étaient ainsi sanctionnées par une amende, la République ferait quelques économies... Mieux et encore plus économique : imaginons que toutes les fautes de langue commises par les élus soient punies d'une retenue sur leur indemnité...

 

On peut lire le texte en ligne sur le site de l'Académie française, où il est téléchargeable.

 

Voir les règles de publication des commentaires.

Accueil                     Sommaire

Partager cet article

Repost0

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.