7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 22:21
Bloc-notes
Appel pour la refondation de l'école


Un appel de bon sens lancé par Laurent Lafforgue, Marc Le Bris, Jean-Pierre Demailly, Michel Delord et Frédéric Guillaud auquel Mezetulle, ayant consacré quelques années, quelques flacons d'encre et cartouches d'imprimante à la question de l'instruction publique (1), ne peut qu'applaudir.

On trouvera l'intégralité du texte et tous les renseignements ainsi qu'un formulaire de signature sur le site
http://www.refondation-ecole.info


Quelques extraits :

Nous, signataires, appelons le futur Président de la République à une refondation de l’Ecole, tout particulièrement de l'Ecole primaire. C'est une cause nationale, qui dépasse les clivages de la vie politique.

Depuis des années, l’Ecole est malade. Ce constat, les Français le font chaque jour.

• Les enfants, à la sortie de l’Ecole primaire, maîtrisent de moins en moins bien la langue française. Beaucoup ne savent pas lire en arrivant en 6ème. Les capacités en écriture se dégradent. Tous les apprentissages de base de la langue sont sinistrés : orthographe, vocabulaire, conjugaisons, grammaire, syntaxe.

• De même en mathématiques : les quatre opérations, la règle de trois, les calculs sur les fractions ou sur les unités de mesures courantes, les éléments simples de géométrie, ne sont plus maîtrisés à la sortie de l’Ecole primaire. Le raisonnement mathématique a quasiment disparu jusqu'à la fin du collège.

• L’histoire, la géographie et les leçons de choses sont aussi touchées. Les repères chronologiques essentiels de l’histoire de notre pays et les grands traits de sa géographie physique ne sont plus connus.

Les causes internes de cette dégradation sont identifiées :

• Depuis trente ans, les programmes de l’Ecole primaire se sont beaucoup appauvris sur l’essentiel, tout en affichant des ambitions démesurées sur l'accessoire. Une foule de sujets disparates, la pratique ludique des « nouvelles technologies » et la multiplication des activités périscolaires (prises sur le temps scolaire) empiètent gravement sur les apprentissages systématiques, en particulier en français et en calcul, qui sont les fondements indispensables de l'instruction (on est ainsi passé, en trente ans, de 15 à 9 heures de français par semaine au CP).

[...]

Pour SURMONTER CETTE CRISE, il faut réaffirmer que la mission première de l'Ecole est l'instruction, la transmission des connaissances et l’apprentissage du raisonnement.

[...]

En vidant les programmes, en abaissant les exigences, en déstructurant les enseignements, les réformes successives ont conduit à un renforcement sans précédent de la sélection par la naissance et par l'argent : les familles défavorisées ou non francophones sont terriblement pénalisées lorsque ce que l’on n’apprend plus à l’Ecole doit s’apprendre à la maison, ou dans des cours de soutien payants.

Laisserons-nous l’Ecole abandonner sa mission d’instruction, et des services payants se substituer à elle ?
Voulons-nous mettre fin à la promotion sociale par l’Ecole ?
Accepterons-nous d'entrer dans un nouvel obscurantisme ?
Nous le refusons de toutes nos forces.

(1) Notamment sur ce blog :
Qui a peur des humanités ?
Quel principe de réalité pour l'école ?
Condorcet, l'instruction et la cité

Sur le bloc-notes le 7 septembre 2006
Accueil       Sommaire

Partager cet article

par Catherine Kintzler - dans Bloc-notes actualité
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre 28/11/2006 19:41

Mon fils avait un niveau de français encore très faible à la sortie du CM1, en orthographe et en grammaire. À la rentrée en CM2, il a eu la chance d'avoir un instituteur qui nous a affirmé que ce CM2 serait consacré principelement à l'apprentissage et l'approfondissement du français. Il affirmait que cette connaisssance était indispensable pour tous les autres apprentissage. Cet homme a fait un super travail avec cette classe et mon fils a fait cette année-là des progrès spectaculaires. Il est aujourd'hui en classe d'hypokhâgne.

Françoise PONT 29/09/2006 16:09

En ce qui me concerne, mes 3 enfants ont appris à lire à l'école publique et je ne leur ai jamais payé de cours privés. Je pense que l'éducation fait partie des services à ouvrir à la concurrence listés dans l'AGCS (jamais rendu public mais néanmoins obligatoire puisque l'Europe l'a signé), au même titre que les télécommunications, l'énergie et la santé. Donc, pour que l'école soit ouverte à la concurrence, il faut développer les moyens privés d'enseignement : ceci éclaire sur les baisses de moyens constatées tous les ans, la formation des profs et l'apparition de plus en plus nette de "cours de soutien privés" pour que votre enfant réussisse ...
Parallèlement, je pense qu'un grand nombre de parents (et pas des gens issus de l'immigration) considèrent les enfants comme un gage de réussite sociale ou d'accomplissement personnel et non pas comme des personnes à socialiser et à éduquer. L'école est là pour leur apprendre la propreté, à lacer leurs baskets, la politesse, etc etc ...
Les 2 éléments ouvrent la porte à n'importe quoi, mais ce ne sera pas forcément dans l'intérêt des enfants ...

Jacques Heurtault 25/09/2006 11:45

Bonjour Madame Kintzler,Je reçois régulièrement des visiteurs à partir du lien que vous avez mis sur votre blog. Merci!Je viens justement de publier un article sur le sujet de l'école qui est la conséquence d'une polémique d'un autre âge que j'ai eu sur un autre blog et à laquelle je ne m'attendais pas.Votre avis éclairé m'intéresse ... Merci.

Catherine Kintzler 25/09/2006 22:57

Je viens de jeter un coup d'oeil sur la longue polémique qui se déroule sur votre blog. Je ne sais pas si mon avis est "éclairé". Vous me classerez peut-être parmi les "laïcards" après avoir lu l'article "Laïcité et philosophie" qui est en téléchargement sur ce blog... et après avoir lu le livre que je m'apprête à publier (Vrin éditeur, parution prévue pour le début de l'hiver) sur la laïcité : c'est un scoop ! Mais vous en jugerez sur pièces et vous pensez bien que lors de la parution, je ne manquerai pas de faire un peu de pub sur Mezetulle !A mon avis, votre polémique a également une autre origine, et voici comment, à première lecture, je la vois.Franchement je crois que si nos concitoyens mettent leurs gosses à l'école privée, c'est plus parce qu'ils recherchent des établissements où la discipline règne (comme elle doit effectivement régner dans une école car on ne peut rien apprendre dans le brouhaha - pour ne pas dire pire) que par adhésion à telle ou telle religion... Le pb que vos contradicteurs se gardent bien de soulever est de se demander pourquoi l'école publique baigne dans un laisser-aller qui est dommageable autant aux élèves qu'aux enseignants. C'est tout simplement le fruit de 30 ans de politique scolaire "pédagogiste" (de gauche comme de droite) que je caricature à peine ainsi : on demande aux maîtres de promener les enfants et de faire de l'animation, et ce sont les parents (ceux qui peuvent et ceux qui savent ou ceux qui paient des cours particuliers) qui leur apprennent à lire le soir à la maison. Cette idéologie ravageuse et contraire à la vocation véritablement populaire de l'école publique est ce qui tue l'école publique... et voilà pourquoi on met son gosse à l'école privée !  Dans ma page "liens" vous trouverez quelques blogs et sites anti-pédago tenus par des enseignants bien sûr, de ceux qui (et ils sont très très nombreux) font la classe malgré tout et qui ne décolèrent pas depuis 30 ans. Bon, je ne vais pas récrire les innombrables textes que j'ai commis depuis les années 80 là-dessus, il y en a aussi quelques-uns sur ce blog (Qui a peur des humanités ? L'école et le principe de réalité) qui ont eu l'honneur d'attirer votre attention. Sans compter que j'ai également écrit un livre sur Condorcet à cause de cela. Et c'est pourquoi il me semble que cet appel pour la  refondation de l'école est urgent et de pur bon sens... !

polluxe 22/09/2006 23:34

Courageux ce Lafforgue ; il avait déjà claqué la porte du Haut Conseil de l'Education d'ailleurs. Merci pour le lien.

les marques du plaisir 19/09/2006 11:24

merci de m'avoir fait découvrir cet appel que je m'empresse de reprendre sur mon blog

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.