28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 08:00
Bloc-notes
"Fatwa" sur un professeur de philosophie

Robert Redeker, professeur de philosophie, souvent cité par Mezetulle pour ses textes sur la politique, l'enseignement, le sport, est actuellement menacé de mort - sous le coup d'une "fatwa" à cause de son article sur l'islam dans Le Figaro du 19 septembre.

Source Europe 1 (journal de 7h le 28 septembre), relayant La Dépêche du Midi.
Lire l'article de La Dépêche.

On sait qu'il y a des propos qui déplaisent à certains... "et puis si vous continuez à dire qu'on est violents, on vous tue..".

Comme l'a si bien dit Angela Merkel (lu ce matin 28 septembre dans 20 minutes) au sujet du retrait récent de la programmation d'une mise en scène "délicate" de l'Idoménée de Mozart à l'Opéra de Berlin :
"L'autocensure par peur n'est pas tolérable. Elle est admissible seulement dans le cadre d'un véritable dialogue des cultures exempt de violence" Sic (c'est Mezetulle qui souligne)

Ah bon, on est rassurés, comme ça, ça va... Les cultures peuvent bien s'entendre sur le dos de la civilisation.

Au secours Voltaire !
et Boileau - "Tant de fiel entre-t-il dans l'âme des dévots ?"

On peut lire l'article de Robert Redeker sur le site de 20 minutes
Mezetulle espère qu'un comité de soutien se mettra rapidement en place.

****
Mezetulle place dans le bloc-notes suivant (Soutien à RR) les références des initiatives collectives de soutien en ligne (à l'exclusion des partis politiques) dont elle est informée au fur et à mesure.

- Voir les articles d'analyse : Redeker mort ou vivant ? sur ce blog (7 octobre) et La double fatwa (23 octobre)


Sur le bloc-notes le 28 septembre 2006

Partager cet article

par Catherine Kintzler - dans Bloc-notes actualité
commenter cet article

commentaires

HitTrees 31/05/2009 10:31

[Ex-commentaire n° 17 du  04/10/2006 à 03h18, effacé par erreur]J'avoue d'ailleurs avoir du mal à comprendre qu'on ai pas déjà identifié ces gens. Est-ce vraiment si compliqué ? C'est à se demander s'il y a une véritable volonté politique.

HitTrees 31/05/2009 10:29

[Ex-commentaire n° 17 du  04/10/2006 à 03h16, effacé par erreur]Je crois que nous sommes d'accord sur l'essentiel. Je ne cherche pas à transformer la victime en coupable, et ne veux pas qu'il y ait une telle méprise sur mon propos.Oui, je pense que le "Mahomet" de Voltaire n'est pas un modèle de rigueur intelletuelle (Voltaire tout court en fait).Quant à ce que vous dites sur la Bible, je suis entièrement d'accord - ce que je contestais précisément, dans l'article de Mr Redecker, c'est d'attribuer à la Bible et au Coran des statuts différents, l'un irréductiblement violent, l'autre non - ce qui me paraît tout à fait erroné (et sans rentrer dans la lettre même du texte, on peut au moins signaler que les pays musulmans ont eu une tradition de tolérance beaucoup plus durable et plus ancienne que les pays occidentaux, où par ailleurs, une telle tradition de tolérance n'est née qu'à la faveur d'oppositions aux autorités ecclésiatistiques).L'autre point sur lequel je voulais éviter toute méprise, c'est celui de la disproportion entre la gradeur le principe et la bassesse son usage : jamais je n'ai voulu sous-entendre la nécessité d'un contrôle idéologique. La réponse à votre question "Quelle autorité va juger de ce qui est grand et moral ?" était pour la suivante : l'auteur, et lui seul (aussi avais-je utilisé l'expression "se regarder dans la glace").Je clos ici cette discussion parce que je comprends bien que ce n'est pas le moment le plus opportun.Et là où nous sommes d'accord : la vrai haine est celle qui appelle à la destruction de l'autre. C'est au tribunal de la raison, et lui seul, que je souhaiterais convoquer Mr Redecker. C'est dans un tribunal pénal qu'il faudra juger les auteurs de ces menaces.Je tenais donc pour finir à réaffirmer mon indignation, et mon attachement à la liberté d'expression, y compris pour les idées "qui heurtent, choquent ou inquiètent".

HitTrees 31/05/2009 10:26

[Ex commentaire n°16 du , effacé par erreur, du 03/10/2006 à 16h26]Pardonnez-moi, mais votre expression "raisonnements chichiteux" était précisément précédée du qualificatif "misérables", d'une part, et visait des personnes déterminées, quoique non nommées, d'autres part.Maintenant pourquoi ai-je pu écrire que Mr Redecker faisait de la liberté d'expression un "mauvais usage" ? D'un point de vue intellectuel, d'abord : cette tribune du figaro est un recueil de préjugés et d'insultes, et non le fruit d'un usage critique (et informé) de la raison. D'un point de vue éthique, ensuite : il y a une disproportion entre la grandeur du principe de la liberté d'expression, la rigueur des théories politiques qui l'ont thématisé, et les sacrifices personnels qui nous ont permis d'en jouir, d'un côté, et la facilité du propos de Mr Redecker, de l'autre, (en clair, je parle ici de "point de vue éthique", parce que j'aurais personnellement du mal à me regarder dans la glace si j'utilisais mon statut d'intellectuel pour écrire de telles choses - et plus précisément, si l'occasion m'étais donnée d'écrire un article dans le Figaro, j'essaierai au moins d'y mettre une lueur d'intelligence et de nuance, sauf quoi je renoncerais à la publication). D'un point de vue politique, enfin : l'article de Mr Redecker est l'expression d'un très haut degré de haine (dont procède précisément une phrase comme "Haine et violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran") et d'intolérance (Mr Redecker propose notamment l'interdiction du port du voile dans la rue) - j'emploie ce mot, à dessein, puisqu'il nous renvoie précisément à son envers, le concept de tolérance, issue d'une tradition politique de liberté, tradition anglo-saxonne, d'où proviennent les formes politiques les plus poussées de liberté d'expression. En outre, les propos caricaturaux de Mr Redecker sont en parfaite adéquation avec ceux de Mr De Villiers qui est l'une des menaces pesant aujourd'hui sur le régime républicain. Entretenir, par ignorance, la haine de l'islam, c'est faire le lit des extrêmes, qu'ils soient islamistes fanatiques, chrétiens intégristes, ou nationalistes xénophobes. En ce sens, Mr Redecker participe aussi à la fragilisation des principes républicains.Bien entendu, à court terme, mon voeux le plus cher est que ceux qui sont à l'origine des menaces de mort contre Mr Redecker soient arrêtés et jugés.

Catherine Kintzler 31/05/2009 10:27


[Réponse du  04/10/2006 à 00h23]

Pardonnez-moi, mais j'ai appelé "misérable raisonnement chichiteux" le fait de prendre argument des réserves qu'on peut avoir sur le contenu du texte (ce que je peux concevoir mais dont il n'est
pas question ici) pour laisser faire et laisser appeler au meurtre.

Lorsque Redeker pourra enfin circuler librement sans être obligé de changer de résidence tous les deux jours, vous lui enverrez vos critiques et réserves. Vous pourrez ausi, lorsque ce temps sera
heureusement venu, faire part de vos critiques et réserves sur le Mahomet de Voltaire : à vous suivre, comme c'est rempli de choses que certains pourraient trouver insultantes, il n'est pas digne
d'une tribune dans Le Figaro.

Quant à la haine, il ne faudrait tout de même pas inverser les rôles : la haine appelle la destruction de ce que l'on hait. Cette fois, hélas, on n'est pas dans la métaphore ni les pures
définitions : RR est bel et bien menacé de mort, c'est très sérieux. La haine, celle qui appelle la destruction de l'objet haï, est sur lui. Ne retournons pas la situation svp. Je ne m'habitue pas
à cette façon pourtant très répandue dans les "harangues des clercs" de transformer les victimes en coupables : "A ces mots, on cria haro sur le baudet " - la fable se termine sur une sentence de
mort. Par ailleurs, il a été mille et mille fois dit et écrit que la Bible contient une grande violence, sans pour autant que les auteurs de ces propos (que vous devriez juger "haineux") aient été
condamnés à mort et sans qu'ils aient été accusés de faire le lit des extrêmes...

Enfin dire (version esthétique) qu'il y a disproportion entre la grandeur du principe de la liberté d'expression et l'usage facile et petit qu'en fait tel ou tel pour dénier à cet usage mesquin le
bénéfice de la liberté, ou supposer (version éthique) que l'éthique de l'usage de la liberté d'expression devrait faire honte à quiconque d'en user facilement, c'est dire (version grossière digne
de propos de comptoir mais qui a le mérite d'être claire) :  "un principe aussi grand ne devrait s'appliquer qu'à ce qui est grand, un  principe aussi moral ne devrait s'appliquer qu'à ce
qui est moral ". Et quelle autorité va dire ce qui est grand et moral, ce qui est bienséant ? Un contrôle idéologique ? Heureusement que la loi ne fonctionne pas selon cette éthique héroïque, sinon
ça ferait beaucoup de bouches fermées... Je vous renvoie au commentaire précédent et à la citation de la déclaration de la Cour européenne des droits de l'homme. Je me contente de penser que pourvu
que la mesquinerie soit possible, ça laisse a fortiori la place à toutes les grandeurs. Et cela sans préjuger de la grandeur ou de la mesquinerie du texte en question, car ce n'est pas la saison de
discuter son contenu :  je ne vous suivrai pas sur ce terrain.

Bien entendu à court et à long terme, mon voeu le plus cher est que les menaces de mort soient levées ; car ceux qui sont à l'origine de ces menaces, on peut parvenir à les identifier et donc à les
juger. Le problème ce sont ceux qu'ils excitent ou manipulent, c'est le contrôle qu'ils exercent sur les esprits: celui qui passe dans la rue et qui, pour des motifs si grands qu'on n'arrive même
pas à en prendre la mesure, peut être l'assassin.


Hit Trees 31/05/2009 10:22

[A la suite d'une erreur de manipulation, les commentaires portant initialement les numéros 15, 16, 17 et 18, avec leurs réponses, ont été effacés. Je les ai récupérés par une autre voie et je les restaure, en indiquant leur date d'origine. Avec mes excuses. Mezetulle]*******[Ex-commentaire n°15 du 02/10/2006 à 23h41]Bonjour,J'avoue être attristé de voir que, de cette liberté d'expression pour laquelle Spinoza, Locke (et surtout, je pense, le peuple anonyme), Mr Redecker fasse si mauvais usage.Je constate que vous avez quelque difficulté à ne pas tomber dans l'insulte facile (cf. ci-haut "misérable raisonnement chichiteux").Surtout, je ne vois pas en quoi les propos mensongers, insultants, et grossiers de Mr Redecker font avancer la civilisation. Etudiant, je rêve encore que la philosophie est l'occasion de s'arracher à l'immédiateté du préjugé, et à la grossièreté du propos de comptoir.De même je ne saurais comprendre en quoi hiérarchiser les religions monothéistes, pour dessiner une situation caricaturale, où christianisme et judaïsme seraient deux religions de tolérance et d'amour, et l'islam le fruit d'esprits haineux, serviles, barbares. (Caricature, et contre-vérité historique au surplus).LA LIBERTE D'EXPRESSION EST UN DROIT INALIENABLE, et il est toujours dangereux que qui que ce soit soit censuré, ou se sente appelé à s'autocensurer. Pour cette raison, il n'est ni "indécent", ni "déplacé", mais au contraire, salutaire, de "disserter, entre gens de bonnes compagnie, sur l'article de Redecker", dès lors que l'on tient, en même temps, à manifester son indignation devant une telle volonté de vouloir voir celui-ci "exclu de l'espace du dialogue et réduit au silence".Par conséquent, NOUS NOUS DEVONS DE DEFENDRE A LA LIBERTE D'EXPRESSION ET CEUX QU'ON VOUDRAIT EMPECHER D'EN FAIRE USAGE. Aussi les propos de Gilles de Robien touchant un prétendu "devoir de réserve" sont-ils inacceptables.Surtout, la liberté d'expression ne s'usant que si l'on ne s'en sert pas, notre devoir à chacun est d'en faire usage, tant pour nuire à la bêtise de Mr Redecker, que pour appeler à l'usage de tous les moyens de coercitions nécessaires contre ceux qui souhaiteraient le réduire au silence, et rappeller à chacun que lorsqu'on met un doigt dans l'autocensure, on y laisse le bras.Pour toutes ces raisons, Mme Kintzler, je ne signerai jamais le texte qui est sur ce blog et sur "Gauche républicaine", mais je signerai très volontiers, en revanche, le texte qui est sur yahoogroups - non pas du bout des doigts, mais avec fermeté - pour assurer Robert Redecker de mon soutien inconditionnel, en ce moment affligeant où l'on peut être inquiété pour un article dans un journal, sans même pouvoir compter sur le soutien sans faille de son ministre.Bien à vous,

Catherine Kintzler 31/05/2009 10:23


[Réponse du  03/10/2006 à 10h22]

Le temps de disserter "entre gens de bonne compagnie" sera rétabli à armes égales... lorsque les menaces seront levées ; ce sont elles, et non l'appel que j'ai relayé, qui suspendent ce moment de
dialogue critique nécessaire.

Pour le moment, Robert Redeker n'est même plus dans quelque compagnie, il ne peut partager son pain avec personne, il est privé du droit de débattre, car privé des plus élémentaires des droits, à
commencer par celui d'aller et venir : quand le Promeneur solitaire n'est pas possible, le Contrat social est défaillant. C'est à nous de le restaurer.

Quant à un "mauvais usage de la liberté d'expression", la mesure de la réalité de ce droit est précisément que son usage puisse être considéré comme "mauvais" par ceux que vise une critique. Comme
si la liberté d'expression consistait uniquement à dire ce que l'autre trouve "bon" ou relevant d'un "bon usage" !  J'avoue que sur ce point j'accorde mal la fin de votre commentaire avec son
début.

Voyons maintenant les insultes faciles. "Raisonnements chichiteux" ou «grossièreté de propos de comptoir» : les uns sont dans un salon avec des gens de bonne compagnie hyper-protégés, les autres
dans un bistrot avec les beaufs…Ni l’une ni l’autre de ces expressions n’est insultante, personne n’étant expressément visé, mais en revanche il y aurait là un beau sujet pour un caricaturiste,
malheureusement je ne sais pas dessiner !

Signez les textes de soutien qui vous conviennent; le blog en a relayé plusieurs, j’en ai moi-même signé plusieurs ; c'est tout ce qui compte maintenant.


bakur el bey 21/10/2006 08:54

outre que "fatwa" ne peut concerner qu'un arret contre un musulman et jamais contre un non-musulman...je trouve que cet usage du mot
" fatwa " est assez pervers! indiscutablement il semble qu'il y ait un ceratin plaisir à l'utiliser ( à tort souvent : la preuve! ) une sorte de jouissance ( jack lang utilisant deux fois ce mot au début de la campagne du PS) comme si d'utiliser les mots de l'adversaire idéologique ne venait pas prouver votre "islamisation"....! s'il vous plait, en philosophie la critique est un moteur permanent...ne pas l'oublier!
merci
et bonne continuation de votre site et de votre combat
K. El-Bey

Catherine Kintzler 21/10/2006 09:34

Oui c'est exact, vous avez raison de rappeler ce point et cet affaiblissement du vocabulaire par son emploi impropre. C'est pourquoi j'ai mis "fatwa" entre guillemets (voir le commentaire n°4). J'ai hésité à employer le terme aussi pour d'autres raisons : ne serait-ce pas une manière d'acquiescer à la "légitimité" d'une juridiction autre que celle des lois et consentir à l'idée d'un empire dans un empire ? Après tout, c'est ce que nous faisons encore avec la notion de "droit personnel" (voir La parité et après?)...Et pourtant, si je l'ai malgré tout maintenu, c'est précisément à cause de cela, en rappelant le parallèle avec Rushdie : tout se passe effectivement comme si RR était passé sous d'autres "lois" et que les lois de la République ne s'appliquent pas à lui - on se contente de mettre sa vie à l'abri, mais tous les droits lui sont retirés de fait.

Jacques Heurtault 13/10/2006 23:38

J'ai, moi aussi, apporté mon soutien à la défense de Redeker, menacé dans sa vie pour avoir exprimé une opinion. Voyez l'article sur mon blog.http://www.propositions-audacieuses.net/categorie-380651.html
 

sandra salomon 02/10/2006 15:34

Il ne s’agit pas d’exprimer ici son accord ou désaccord avec le texte de Redeker, mais il s’agit de la défense d’un principe : la liberté de pensée ne se divise pas. Acquise au fil du temps par de nombreuses luttes, philosophiquement fondée, elle ne  souffre pas de restriction, hormis, le respect des lois.  
 La Constitution l’autorise et la garantit, conformément aux Déclarations des droits de  l’homme : elle est un principe essentiel de la liberté de chacun, et du travail intellectuel, artistique, de création et d’étude.   
Elle doit être reconnue à Redeker et contre Redeker, qui, s’il est critiqué et  rencontre des désaccords, ne peut l’être qu’au nom de cette même liberté et en  exerçant cette liberté : celle-ci est en tous points contraire à la logique de la  menace. Et c'est la liberté de pensée qu’il s’agit de défendre , non le contenu d’un  texte, qui lui, se discute.   
Je me permets de rappeler cette déclaration de la Cour européenne des droits de  l’homme :
« La liberté d'expression vaut non seulement pour les "informations" ou "idées"  accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l'esprit d'ouverture sans lesquels, il n'est pas de "société démocratique" ». Cour Européenne des Droits de l’Homme, 21 janvier 1999, n°29183/95, Fressoz et Roire c. France   

les marques du plaisir 02/10/2006 14:12

et je persiste à penser que quand un philosophe affirme que 2+2=5... c'est pas une raison pour le condamner à mort ... d'ailleurs cette condamnation à mort est une imbécilité en soit puisqu'elle interdit de facto tout débat critique autour des propos de R.Redeker ... La fabrique du martyr en route ...

Maurice Le Pesant 02/10/2006 09:47

Il est des causes qui méritent une attention particulière et celle de la Liberté me parait en être. Quels que soient les propos tenus par ce professeur de philosophie dans son article du Figaro, les menaces dont il est l'objet en représaille à sa liberté de parole sont inacceptables. Ne rien faire pour dénoncer cet état de fait pourrait être interprété comme le signe d'une moindre vigilance face à la montée de l'intolérance d'une part et du tout répressif d'État d'autre part. C'est par nos attitudes collectives mais surtout individuelles que nous pouvons protéger nos libertés individuelles et collectives.

N'attendons pas que d'autres s'en préoccupent. Le Mouvement pour la France de Ph. de Villiers a été le premier à proposer une cyberpétition... pour soutenir Redeker
http://www.pourlafrance.fr/petition.php

Catherine Kintzler 02/10/2006 12:22

Mezetulle s'est limitée à relayer en son nom propre (voir l'article du 2 octobre sur ce Bloc-notes) les soutiens associatifs n'émanant pas de partis politiques, ce qui n'empêche pas les lecteurs d'en faire état dans leurs commentaires...Par ailleurs, il est manifeste que Mezetulle ne partage nullement les options politiques du Mouvement pour la France : mais Mezetulle applique le principe suivant "quand un réactionnaire dit que 2 et 2 font 4, il ne faut pas changer l'arithmétique !"

Fabien 01/10/2006 17:05

Merci pour le lien qui m'a permis de lire les propos de Redeker. Redeker cherche une ligne de démarcation entre Occident chrétien et Orient islamique alors qu'il faudrait la chercher entre les amis et les ennemis de la raison. L'ouverture d'esprit, l'émancipation des femmes, les valeurs démocratiques sont des héritages des Lumières et de leurs continuateurs, et pas un héritage chrétien, on est là à la limite de l'escroquerie intellectuelle. Bien entendu, cela n'excuse aucunement les barbares qui l'ont menacé de mort, et je continuerai à soutenir le droit de Redeker à écrire des bêtises dans le Figaro.

Maryse.Haslé 30/09/2006 16:25

Je viens de recevoir un mail de Mohammed Pascal Hilout, initiateur du Nouvel islam; il a un site le Nouvel islam dans lequel vous pourrez trouver ses positions sur l'affaire Redeker. .

JérÎme Vallet 30/09/2006 15:17

Madame, c'est en cherchant des informations sur l'atroce "affaire Redeker" que je tombe sur votre site, et c'est une très bonne surprise. En effet, plusieurs fois, par le passé, votre nom avait été pour moi synonyme d'une grande qualité de réflexion et d'anticonformisme salutaire. En parcourant votre blog, je tombe sur ceci « et ne souhaite pas de lecteurs "cool" - du reste "cool" et "lecteur" sont des termes contradictoires. » qui me ravit profondément. Voilà un "mot d'ordre" qui me paraît tout à fait explicite et bienvenu.Mon petit mot n'a d'autre ambition que de vous dire ma gratitude et mon soutien, pour votre travail et vos prises de positions.Puis-je me permettre, de vous indiquer un lien que peut-être vous ignorez, et où se mènent de passionnantes discussions, dans une veine qui me semble proche ? Il s'agit du Parti de l'In-nocence : http://www.in-nocence.orgJe vous salue avec toute ma considération.Jérôme Vallet

Catherine Kintzler 30/09/2006 15:26

Merci pour votre message, qui rend Mezetulle rouge de confusion... Je me suis permis de déplacer votre commentaire (vous l'aviez posté sur un autre article qui n'a rien à voir avec R. Redeker) et j'en ai profité pour mettre le lien en html.

polluxe 30/09/2006 13:13

Un coup médiatique du Figaro, dans l'ambiance actuelle, je n'y crois pas du tout ; ils se sont même dépéchés de retirer l'article de leur site web.  Revenons à l'essentiel qui est la liberté d'expression : peu importe que Redeker ait raison ou tort, peu importe que le passé européen ou catholique ne soit pas sans reproche, le problème c'est aujourd'hui qu'il se pose et avec l'islam. Ce qui est inquiétant c'est qu'on a l'impression d'être démuni face à ces menaces.  Y-a-il un comité de soutien des profs de philo ?

Catherine Kintzler 30/09/2006 15:24

Je pense que du côté des professeurs de philo, les choses devraient bouger... Mais le soutien, me semble-t-il, doit dépasser largement ce cercle, et c'est en route également.Comme je le dis dans l'article, je m'efforce de relayer les initiatives de soutien (pétitions en ligne, etc.) dont j'ai connaissance.

les marques du plaisir 29/09/2006 18:45

je suis bien loin de partager les vues de mr Redeker ... il n'y a pas de différence fondamentale entre les 3 religions du livre en terme de haine barbare ( de soi, de l'autre, du corps le sien et celui des autres, les femmes etc ...) . Juste un peu de décalage ( une petite centaine d'années ) dans l'évolution du rapport de  sociétés au fait religieux ... rappelons qu'il a fallu la troupe parfois, pour amener les enfants à fréquenter  "l'école sans dieu" en france , au début du siécle précédent ... rappelons que le délit de blaspheme n'a pas disparu depuis si longtemps de l'espace européen, rappelons que la colonisation a éradiqué les croyances des "sauvages", parfois militairement, pour assoir, bien souvent un régime de propriété de la terre qui était incompatible avec la "coutume" ... Alors, ce qui était inadmissible des curés préchant la haine de la gueuse l'est aussi des imams ... ce qui est inadmissible de la part des pro-life américains avec leurs appels au meutre l'est aussi des émetteurs de fatwah ...juste rester vigilant pour ne pas se laisser entrainer sur des terrains nauséeux ....Mais au delà de son gout évident pour la polémique, je suis interpellé par l'attitude de la rédaction du Figaro, qui me semble relever un peu de la  "mise en danger de la vie d'autrui" , par le fait d'avoir délibérément publié un texte provocateur sur un sujet sensible en en laissant l'auteur se dessiner une cible dans le dos ... Coup médiatique ? 

Françoise PONT 29/09/2006 16:18

Je sais que l'islam est à la mode mais je pense que toutes les idéologies, qu'elles soient religieuses ou politiques portent en elles une forme de violence. Qu'à notre époque, l'islamisme se base sur l'islam et le Coran pour justifier de sa violence ne fait pas du Coran un livre plus violent que la Bible (oeil pour oeil, dent pour dent nous dit l'Ancien Testament) ou que la République de la Vertu qui a donné la Terreur avec Robespierre ou que la Démocratie vantée par Bush qui justifie la mort ou la vie en détention de tant de personnes dans le monde. Je pense qu'une réflexion philosophique plus pertinente serait de s'interroger sur les liens entre idéologie et intolérance ... une réflexion sociologique sur la nécessité de se raccrocher à des idéaux ... et pourquoi ceux-là plutôt que d'autres ... une réflexion politique sur la difficulté du vivre-ensemble dans un monde libre ...

Fabien Besnard 29/09/2006 13:43

Tout mon soutien également à R. Redeker. Mon soutien ne s'étend pas à ses propos que j'ai pas encore eu l'occasion de lire. Je ne les ai pas trouvé sur le site du Figaro.
 

Catherine Kintzler 29/09/2006 14:14

Merci : c'est précisément la question, et rien que la question. Je profite de votre remarque pour remercier aussi ceux qui m'écrivent pour me dire "j'ai des réserves sur le contenu des articles de RR, mais justement je soutiens la liberté de dire ce sur quoi je peux, par ailleurs, avoir des réserves". Alors que d'autres prennent argument des réserves qu'ils peuvent avoir par ailleurs sur le contenu pour ne pas soutenir, pour laisser dire, pour laisser faire, pour laisser appeler au meurtre, et finalement pour laisser tuer... Misérables raisonnements chichiteux qui abritent une violence redoutable : ce que l'article de Respublica appelle "les dévots féroces".Le texte de R. Redeker est disponible sur le site de 20 Minutes.

C. Kintzler 29/09/2006 12:43

Les puristes feront remarquer que "fatwa" ne peut s'appliquer qu'à un musulman, et que R. Redeker n'est pas musulman et donc que j'ai tout faux... J'anticipe ce genre de remarque en soulignant que, musulman ou non, Redeker se trouve exactement dans la même situation que S. Rushdie.Quelques intellos qui usent parfois de leur intellect pour cacher leur manque d'estomac m'envoient des méls (se gardant bien de placer un commentaire public sur ce blog) sur le thème "voyons, il ne faut pas appliquer les catégories du XVIIIe siècle à l'intégrisme islamiste, vous mélangez les genres". Comme s'il fallait mettre Voltaire en vitrine ou au zoo du côté des bêtes, comme si Redeker n'était pas menacé dans sa vie, dans sa liberté, dans ses biens, à travers ses proches, comme si le fanatisme avait changé de nature d'autres intellos (vous ne croyez pas que ce sont les mêmes non ?) disaient, à propos de Staline, à propos du Goulag, : "voyons ce n'est pas du tout la même chose que (ici on peut mettre : l'oppression capitaliste, les tortures pendant les guerres coloniales, etc.) ". Ou encore on a pu entendre, dans un registre plus domestique : "quand un prolo bat sa femme, ce n'est pas la même chose que quand un bourgeois bat sa femme". Le compagnonnage de route existe toujours, il a simplement changé d'objet (ah mais non, je me trompe puisque "l'islam est la religion des pauvres" !!!).

jake 29/09/2006 11:24

En voyant l'article M. Redeker dans le figaro acusant l'islam d'imnombrable absuridités, et principalement de violence, je me permet de douter de la pertinance de ces propos. mon opignon est qu'il est regit par sa pensée qui elle est fondé sur une sorte de rascisme. a vous de juger en lisant d'autres article de lui.

Catherine Kintzler 29/09/2006 12:05

A vous de juger en lisant ses textes sur le sport, la littérature, la philosophie, la bienpensance (entre autres), et de voir si cela mérite une condamnation à mort...Le lien vers son site est référencé dans la page "liens" de ce blog, on y accède également en cliquant dans l'article ci-dessus sur "Robert Redeker".

Maryse.Haslé 28/09/2006 21:07

Chère Catherine,
Vous rappelez-vous le CVDL pour lequel vous êtes venue faire une conférence en 98 "Laïcité et tolérance"?
Nous avons récemment découvert votre blog: l'idée de comité de soutien à Robert Redeker nous semble devoir être mise en oeuvre d'urgence. Veuillez nous compter parmi les membres de ce comité de soutien:
Micheline Montot, philosophe
Maryse Haslé, professeur de lettres

Catherine Kintzler 29/09/2006 12:08

Oui bien sûr je me souviens du CVDL. !Si un comité de soutien, ou une pétition se met en place, je ne manquerai pas d'en faire état sur Mezetulle.

Florence Lojacono 28/09/2006 13:40

Je viens d'entendre cette ? (impossible de trouver un adjectif adéquat : honteux ? trop faible, injuste ? rien à voir ...) info sur ce qui est arrivé à Robert Redeker. J'écoute les infos sur Internet dans mon bureau aux Canaries. Je suis contente d'avoir pris la décision de ne pas enseigner en France, même si c'est assez lâche. Mais je n'ai pas l'estomac d'encaisser de tels faits. J'admire le courage de Catherine Kinztler et bien sûr, celui de Robert Redeker. Moi qui n'aurais pas même le courage d'aller à la fac avec le Figaro sous le bras ! Mais peu à peu je deviens plus courageuse et de découvrir ce blog me fortifie. Si il y a un comité de soutien, je tiens à en faire partie.

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.