25 novembre 1970 3 25 /11 /novembre /1970 21:26

Que signifie refonder l’école
et lui rendre le pouvoir spirituel ?
par Jean-Michel Muglioni

En ligne le 27 septembre 2012


Jean-Michel Muglioni se demande ce que signifie un projet de refondation de l’école et le définit à partir du sens des mots – des termes mêmes que le ministre a utilisés. Au lecteur de juger s’il les comprend comme les comprennent les rédacteurs du site ministériel relatif à cette refondation.


Refonder est révolutionnaire

Prenons au mot le nouveau ministre de l’Education nationale. Qu’est-ce que refonder l’école ? On « refonde » un bâtiment quand ses fondations sont détruites ou ébranlées au point qu’il risque de s’effondrer ou s’est déjà effondré : il faut tout refaire à partir de zéro. Refonder non un bâtiment mais une institution est rigoureusement révolutionnaire : on fait table rase pour que la nouvelle construction ne repose pas sur l’ordre ancien. Révolution veut dire aussi bien retour au point de départ, comme la révolution d’un astre. Il ne s’agit donc pas seulement d’une restauration : la Restauration était contre-révolutionnaire.


Mais, pour refaire les fondations d’une maison, il faut que ce qu’elles portent soit ôté. Comment refonder une institution sans d’abord la détruire complètement ? Refonder l’école suppose que pendant un certain temps il n’y ait plus d’école, si du moins on prend la métaphore des fondements très au sérieux. Cet argument permet de comprendre pourquoi de grands esprits comme Montaigne, Descartes ou Rousseau n’étaient pas révolutionnaires. La table rase qui suit le renversement de l’ordre ancien est le lieu de tous les crimes et de toutes les incertitudes, c’est un état de nature où peut arriver n’importe quoi, en dehors de tout droit d’abord. Est-ce une objection contre le projet révolutionnaire de refonder l’école aujourd’hui  ? Non, car n’y a pas lieu de faire disparaître l’école : l’idée de refonder l’école est sensée parce qu’en effet il n’y a plus d’école. On le voit, je prends très au sérieux le projet du ministre : la volonté de refondation suppose la prise de conscience de la disparition de l’école. Et l’accent qu’il met sur l’école primaire va dans le même sens : il est nécessaire de commencer par les bases, par l’élémentaire. Au-delà, au-dessus, il sera plus difficile de « refonder » tant que de nouveaux élèves ne monteront pas d’une véritable école élémentaire (et d’abord sachant réellement lire, écrire, compter, ayant pris l’habitude de suivre des cours dans le silence, etc.). [ Haut de la page ]



Les erreurs passées

Seulement rien ne nous garantit encore qu’on ne reproduira pas les erreurs du passé  : qu’on n’appliquera pas une nouvelle fois les médecines moliéresques qui ont détruit l’institution, l’ouverture de l’école au monde extérieur et le pédagogisme, c’est-à-dire la primauté de l’approche sociologique et psychologique sur les principes proprement scolaires de l’instruction. Evitera-t-on aussi les erreurs commises à la fin du XIX° siècle et au début du XX° par les fondateurs de l’école républicaine ? Ainsi convient-il d’enseigner la morale comme une discipline à part, ou bien doit-on s’en tenir à la fonction propre de l’école qui est d’instruire ? Refonder l’école, n’est-ce pas faire qu’elle soit l’école, c’est-à-dire simplement instruise ?


L’école, pouvoir spirituel

Si donc le ministre donne au mot refondation son vrai sens, il faut qu’il ose dire que la fin de l’école est d’instruire, et qu’il se prononce sur le rapport de l’école à la société. Or lui-même a osé proclamer qu’il fallait rendre à l’école le pouvoir spirituel – proposition admirable, qui a quelque chose de comtien (quoiqu’Auguste Comte n’ait eu aucune illusion sur l’institution scolaire de son temps). Que signifie « pouvoir spirituel »  ? Cette expression n’a de sens que par opposition à « pouvoir temporel » ou « pouvoir matériel ». Le ministre veut donc dire que la pensée n’a pas à se laisser déterminer par les nécessités de l’entreprise et en cela il s’oppose avec raison à son prédécesseur. Ainsi, alors que le pouvoir temporel peut requérir la force et qu’il faut lui obéir sans avoir pour autant à le respecter, je veux dire sans avoir à l’approuver intérieurement, le pouvoir spirituel désigne la manière dont la diffusion de la vérité éclaire les esprits et permet la formation d’une opinion instruite qui ne soit pas seulement l’expression de superstitions, d’ignorances, d’intérêts et de passions. Ce n’est donc pas un pouvoir d’agir sur les esprits ou d’imposer une direction aux consciences  : il n’est rien s’il cherche à séduire ou à forcer. Trop souvent les clercs (les savants) ont versé dans le cléricalisme au lieu de se contenter de dire le vrai sans chercher à persuader. L’imposture cléricale consiste à imposer ce qu’on croit vrai au lieu de le soumettre au jugement des hommes. Rendre à l’école le pouvoir spirituel, ce n’est donc pas mettre en place un nouveau cléricalisme soumettant les esprits et les consciences aux croyances ou même à la science de quelques-uns, c’est mettre les futurs citoyens en mesure de juger par eux-mêmes de leur destin : c’est les instruire.


Tel est donc l’enjeu d’une refondation de l’école, si l’on prend les mots du ministre au sérieux : faire que l’opinion ne soit plus seulement le jouet du pouvoir en place, quel qu’il soit, politique, économique, financier, médiatique, clérical, ni l’écho des passions et des intérêts de toute sorte. L’opinion est aujourd’hui faite par ce qu’on appelle les médias, qui, contrairement à ce que leur nom peut laisser croire, ne sont pas des intermédiaires entre ceux qui savent et les plus ignorants, mais plutôt l’obstacle interposé entre eux par les puissants. Si la refondation de l’école a vraiment pour finalité de rendre le pouvoir spirituel à l’école, elle doit premièrement faire que l’école ne soit pas soumise à la pression de la rue. [ Haut de la page ]



Fermer l’école comme une Cour d’Assises

Cette idée est aujourd’hui généralement incomprise. Peut-être un exemple permettra-t-il d’en entrevoir le sens. Dans une Cour d’Assises, on met les jurés à l’abri du matraquage de la presse et des cris de la foule, de sorte que chacun puisse juger en conscience et non selon l’opinion, entendue cette fois au sens d’avis non instruit, purement subjectif. La cour et les jurés cherchent la vérité et ne se contentent pas d’opinions. De même, pour que chacun s’y instruise, c’est-à-dire y consulte sa raison et cesse d’être seulement le jouet de ses passions, c’est-à-dire en fin de compte du monde extérieur, il faut que l’école soit fermée dans le même sens où la salle de délibération d’un procès d’assises doit être fermée. Pour fléchir les juges, les athéniens avaient l’habitude de faire venir témoigner leurs enfants et leur femme éplorés. La mode tend chez nous à transformer la justice en service de secours aux victimes : comptent non pas d’abord le droit et la raison, mais la pitié et les passions  ; de la même façon une école mise avec les meilleures intentions possible à la merci des parents et des psychologues ne peut pas instruire.Voulez-vous que l’école instruise, que la justice soit seulement la justice, vous passerez pour inhumain et l’on vous accusera d’ignorer les problèmes sociaux. On a reproché à Alain d’ignorer l’enfance, ajoutant « comme tant d’autres éminents éducateurs français, il était sans enfants ; il resta célibataire jusqu’à sa retraite et épousa sa secrétaire »(1).

Que l’école requière une certaine rupture avec la société et les familles, que cette rupture puisse parfois être durement ressentie, cela n’implique pas l’introduction du fouet, qui tout au plus permet le dressage, mais qui n’a jamais rendu intelligent. Et qu’il faille d’abord instruire et non se soucier de ce qu’est l’enfant, afin précisément de l’élever au-dessus de ce qu’il est d’abord, cette exigence en effet considérable a pour fondement le respect en l’enfant de l’homme qu’il a à être. C’est le mépriser au contraire que l’enfermer dans ce qu’il se trouve être à tel âge et venant de tel milieu social. Mais puisqu’il s’agit de faire qu’il comprenne, comment faire si l’on ne s’assure pas à chaque instant qu’il suit et ne perd pas pied, et sans reprendre sans cesse, patiemment, avec les plus lents ?


Délivrer l’enfant de son milieu social

Mon propos repose sur cette idée que l’école n’est une école que si elle est protégée du milieu extérieur, c’est-à-dire de la société, à la fois parce que la société n’instruit pas et parce que la clôture de l’école est la seule façon de délivrer maîtres et élèves des pressions qui s’exercent sur eux et nécessairement troublent le jugement. Soutenir cette thèse n’est pas ignorer les influences sociales et familiales, c’est au contraire les prendre en compte pour les neutraliser autant qu’il est possible(2). Et certes il est vrai que l’école de la république ne les a jamais totalement vaincues même au temps où elle n’était pas en ruines, mais les instituteurs des débuts de la troisième République étant recrutés et formés dans des écoles normales départementales n’étaient pas étrangers au milieu de leurs élèves. Il est possible que leur formation exige aujourd’hui une mise au point sur les milieux sociaux de leurs futurs élèves, fondée non sur des doctrines ou des théories sociologiques, mais sur la connaissance du terrain. Mais le principe demeure le même : instruire sans croire que l’origine sociale ou ethnique doit changer le contenu de l’enseignement. Ne pas priver de Mozart un élève noir sous prétexte que « sa » musique serait africaine et non allemande, pour prendre un exemple qui n’est malheureusement pas fictif  : d’où l’on devrait même conclure qu’il est essentiel d’apporter à l’élève ce qu’il ne trouve pas dans son milieu social et familial.


L’administration au service de l’enseignement

Et comment inventer sans cesse pour faire naître la compréhension et exercer le jugement si la classe n’est pas silencieuse et attentive ? Comment libérer les esprits si le plus grand désordre règne et si parents, administration et élèves exercent sur le maître la dictature de leurs passions ? Je me souviens avoir vexé un proviseur que je remerciais d’être à mon service, c’est-à-dire au service des élèves, puisqu’il me permettait par l’administration de l’établissement d’avoir une salle calme où enseigner était possible. Si la gestion devient une fin en soi, au lycée comme à l’hôpital, c’est-à-dire si soigner et instruire ne sont plus le principe qui gouverne tout ce qui se passe dans ces établissements, alors ils ne peuvent plus remplir leur fonction. La dictature des passions ou des affects et la dictature gestionnaire, l’irrationalité de l’une et la fausse rationalité de l’autre sont inséparables et s’entretiennent l’une l’autre.

  [ Haut de la page ]

© Jean-Michel Muglioni, Mezetulle, 2012
Voir les autres articles de Jean-Michel Muglioni sur Mezetulle.

Sur le projet de refondation de l'école, on consultera aussi L'école de la République : refondation ou réforme ? par C. Kintzler.


Notes 

1.    Sottisier du Bulletin des amis d’Alain n° 80 nov. 1995 p.90. Cette perle, qui exprime clairement une opinion dominante selon laquelle l’enfant et non l’élève doit être au centre de l’école, est de Theodore Zedlin (Histoire des passions françaises, seuil  vol.2 p.244).
 2.    Cf. l’exemple du préceptorat : Pacifier l’école, L’éducation par l’instruction.


Accueil                     Sommaire

Partager cet article

par Jean-Michel Muglioni - dans Politique - société
commenter cet article

commentaires

Schmitt Arlette 06/10/2012 14:21


Si j'en crois ce qui se dit de la "grande concertation",  ce que le rapport préconise est bien loin de ce que nous espérions ! Un tissu d'âneries!

Emmanuel Lazinier 02/10/2012 11:27


"une école d’Etat n’est pas une école laïque"

Cette affirmation intéressante mériterait d'être développée, et votre position précisée...

Si je vous comprend bien, à la suite de Condorcet, vous êtes partisan d'une école qui se limiterait à l'instruction. De ce fait elle serait laïque (je traduis par "ne se mêlerait pas des affaires
spirituelles") et pourrait être fonctionnarisée sans porter atteinte au principe de séparation du spirituel et du temporel (auquel je crois comprendre que vous adhérez).

Et pourtant vous dites que cette école, qui n'aurait "pas d’autre fonction que celle d’instruire", constituerait un pouvoir spirituel !

Nous aurions donc affaire à un pouvoir spirituel qui serait laïque ! Et qui ne saurait être d'Etat tout en pouvant être fonctionnarisé ?

Jean-Michel Muglioni 03/10/2012 21:48



Mezetulle a reçu la réponse de Jean-Michel Muglioni :


*****************


 


Un fonctionnaire payé par l’Etat et qui construit un pont travaille en fonction de lois physiques et n’obéit par au dictat d’un despote qui lui imposerait de bâtir son pont sans respecter ces
lois. Du moins dans un Etat de droit. De la même façon, dans une véritable République, un professeur de philosophie n’est en aucune façon soumis à une idéologie imposée par l’administration. Il
n’enseigne pas une philosophie d’Etat, ce qui serait une contradiction dans les termes.


Quant à l’instruction elle-même, qui commence par l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, elle donne accès aux grands textes qui sont le trésor de l’humanité et à une culture
scientifique. Ainsi une instruction véritable pourrait suivre le programme des cours d’Auguste Comte et en tout cas amènerait à rencontrer et à travailler les auteurs du calendrier positiviste.
Ceux des hommes instruits qui voudront ensuite devenir positivistes le pourront, ceux qui comme moi ne font qu’ajouter l’œuvre Comte à la liste des livres qui les instruisent le pourront aussi.


Vous comprendrez que dans le contexte de la polémique sur le sens de l’école je ne puisse développer ce qu’il faut entendre chez Comte par « spirituel ».



Emmanuel Lazinier 29/09/2012 23:30


L'idée de "rendre [à l'école d'Etat] le pouvoir spirituel" n'a rien de comtien. Faut-il rappeler que Comte était partisan d’une séparation du spirituel et du temporel si radicale qu'il réclamait
que l'Ecole fût séparée de l’État au même titre que l’Église ? (voir http://membres.multimania.fr/clotilde/analects/enssceta.xml). Et que, même, il est allé jusqu'à envisager, à la manière d’un
Ivan Illich, une société sans École (voir http://membres.multimania.fr/clotilde/analects/ecole.xml) !


En revanche, il est fort possible que cette idée d'Ecole-pouvoir spirituel ait été inspirée à Vincent Peillon par les quelques notions qu'il se fait de Comte et qu'il nous livre dans son ouvrage
"Une Religion pour la République" (voir http://books.google.fr/books?id=BtbE7ijDqOIC&pg=PT71).


On y trouve reproduite une assertion du professeur Juliette Grange, à propos de la religion de l'Humanité de Comte, qui pourrait bien avoir inspiré la récente proposition de notre ministre --
mais qui n'en est pas moins un contresens ! : 

"C'est une véritable religion laïque comme base d'une morale sociale qu'il s'agit d'imposer par l'instruction des masses"

Comme j'ai eu l'occasion de l'écrire à Vincent Peillon, "Il y a là un mot qu'Auguste Comte n'aurait jamais prononcé [...]. Il s'agit bien évidemment du mot 'imposer'."

Jean-Michel Muglioni 30/09/2012 15:40



Mezetulle a reçu la réponse de Jean-Michel Muglioni :


*******


 


Je ne veux pas faire ici un cours sur Auguste Comte, sur lequel nous ne sommes pas d’accord : Comte n’était pas soixante-huitard.


Je me permettrai seulement de dire que vous ne m’avez pas compris.


Il est vrai qu’une « école d’Etat » serait la confiscation du pouvoir spirituel par le pouvoir temporel. Mais une école d’Etat n’est pas une école laïque.


La proposition que vous citez est en effet très peu comtienne, mais vous aurez remarqué mes réticences à l’égard d’un enseignement de la morale. Le pouvoir spirituel dont je parle n’a pas d’autre
fonction que celle d’instruire. Instruire en effet le peuple, et non les masses.


Je vous renvoie à ces pages de Condorcet qui ne sont nullement en contradiction avec la pensée de Comte : Premier des cinq mémoires sur l’instruction publique, par exemple GF p.
86 :


Dans le chapitre intitulé : L’éducation publique doit se borner à l’instruction, et 3° sous chapitre : Parce qu’une éducation publique deviendrait contraire à
l’indépendance des opinions.


« Les préjugés qu’on prend dans l’éducation domestique sont une suite de l’ordre
naturel des sociétés, et une sage instruction, en rependant les lumières, en est le remède ; au lieu que les préjugés donnés par la puissance publique sont une véritable tyrannie, un
attentat contre une des parties les plus précieuses de la liberté naturelle. »


 


N.B. : Que tout ce qu’il faut dire sur l’école ait déjà été dit, et bien dit, c’est un drame pour une époque prisonnière de la superstition du changement. Nos contemporains sont pleins de
ressentiment à la seule idée que deux et deux fassent quatre depuis si longtemps.



mimi 29/09/2012 10:53


merci de n'avoir pas publié mon commentaire .comme tous les médias ,silence ,on tourne..on peut tout dire à condition de ne pas le publier !

Mezetulle 30/09/2012 15:38



Réponse de l'éditeur


Non seulement votre commentaire est publié, après avis de l'auteur qui a répondu très vite, mais il a également reçu une réponse de ce dernier : voir commentaire précédent n°2 et sa réponse.


 


Je publie votre "revendication" afin de rappeler que les commentaires postés sur des articles signés par des auteurs autres que "Mezetulle" (ou Catherine Kintzler) sont envoyés à l'auteur, qui
décide de leur publication et qui, éventuellement, communique sa réponse.


Comme cela est clairement dit dans cet article où sont exposées les règles
générales de publication des commentaires (article signalé par un lien en bas des textes dont les commentaires sont ouverts), cette opération peut prendre "un certain temps".


Mezetulle n'est pas un média professionnel, c'est un site privé. Je ne suis pas tenue de réagir "au quart de tour", ni de me trouver 24h sur 24 devant mon ordinateur, et la publication
d'un commentaire n'est nullement exigible, sauf dans le cas du "droit de réponse" prévu et réglementé par la loi.


Lorsqu'un lecteur souhaite une explication particulière (ce qui est bien normal), un formulaire de contact est à la disposition de tous dans le pied de page et dans la colonne ci-contre à droite.
Merci de ne pas utiliser les commentaires à cet effet.



mimi 28/09/2012 13:46


bravo,bravo, bravo..moi à l'époque je disais  :que l'enfant soit protégé de toutes les impuretés du monde extérieur quand il rentre à l'école..élevons des murs !et ne lui faisons pas
raconter ce qu'il a fait le WE..on 's'en fout !  j'applaudis quand je lis cet article seulement ce qui me chagrine et je n'aurais de cesse de le faire remarquer c'est que tous ces
penseurs aient appelé à voter pour "hollande et cie" bande qui fait exactement le contaire de ce que vous défendez ..donc tant d'incohérence me chiffonne ..oui la gauche est perverse et nous
envoie dans le mur..et il faudrait bien un jour faire endosser les responsabilités à ces donneurs de leçons qui gouvernent contre nos intèrêts ! pourquoi ne jamais désigner les coupables de
ce bo...l organisé qu'est devenue l'EN? Sarko a dégagé mais ça continue en pire !alors ? 

Jean-Michel Muglioni 30/09/2012 15:23



Mezetulle a reçu la réponse de Jean-Michel Muglioni :


*****


 


Je ne doute pas un instant que la gauche ait trahi l’école. Je crains qu’elle continue de le faire avec Vincent Peillon. Mais d’une part il faut tout de même voir ce qu’il va mettre en œuvre
avant de porter un jugement définitif. D’autre part la droite en la matière serait-elle meilleure, sinon pour subordonner l’enseignement à l’argent  ?



Permettez une remarque trop personnelle. La conférence où Jacques Muglioni rend compte de cette ruine de l’école date de mai 1980. Je ne sache pas qu’alors la gauche ait été au pouvoir. Or le mal
était fait. Il demeure vrai que la gauche n’a eu de cesse de l’approfondir.
Si donc il s’agit de savoir pour qui voter, la question de l’école peut donner l’impression que nous avons le choix entre la peste et le choléra. Et nous sommes assez nombreux à avoir voulu lors
des dernières élections présidentielles nous débarrasser d’un homme, sans illusion sur la politique de son successeur.



Vous pouvez lire La fin de l’école (mai 1980). LA FIN DE L'ECOLE - MultiMania


Et aussi, sur le site de l'UFAL (Union des Familles laïques)  :  La gauche et l’école  (Le Débat, n° 64, mars- avril 1991)
     

Je rappelle que l’ouvrage où ces propos sont publiés, L’école ou le loisir de penser CNDP, est épuisé et que je ne parviens pas à le faire rééditer. Est-ce un hasard si le CNDP ne me
répond pas  ?




Il Rève 28/09/2012 06:53


Que votre article, monsieur Muglioni, pose bien le problème de la refondation de l'école. Peut être aurait il fallu préciser ce que vous entendez par "société". Il s'agit j'en suis convaincu de
tout ce qui est du domaine du travail (entreprise, hiérarchisation, compétences ...) de tout ce qui ne fait pas République (conseil général, conseil régional, ) de tout ce qui organise le marcher
des marchandises (alimentaires, vestimentaires, "culturelles"). Et l'on comprend pourquoi la contribution de Catherine Kintzler n'a pas été retenue par la commission. Car il apparait que la
refondation doit aller dans le sens de plus de compétences (soit moins de connaissances), plus de "rythmes scolaires" (soit moins de temps scolarisé), plus de "régionalisme", voir de
particularisme ( soit moins de "national"), plus de lieu de vie (soit moins d'espace d'instruction).


En souhaitant que les quelques avis fondés sur la reconnaissance de l'école comme lieu d'institution d'un citoyen éclairé puissent être pris en considération pour pencher dans la balance.

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.