1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 09:11

Bloc-notes actualité  
Le vote Front national et les objets politiques abandonnés

En ligne le 1er juin  2014


Non, Mezetulle ne commentera pas en détail le résultat des élections européennes du 25 mai. Elle ne rejoindra pas le chœur des pleureuses qui, depuis des décennies, abandonnent les objets politiques républicains et s'étonnent ensuite que le corps électoral lui en rappellent rudement l'existence. Cette fois, après avoir essayé la patience, après avoir subi les sarcasmes et la « pédagogie » de ceux qu'on appelle à tort les « élites », les électeurs ont frappé très fort.

 

En 1988, j'ai eu la chance de rencontrer Robert Badinter, alors président du Conseil constitutionnel. Nous avons très librement parlé politique, entre autres de politique scolaire, mais pas seulement. Je me rappelle avoir dit alors : « si le PS continue à mener une politique antirépublicaine, alors le FN s'emparera des thèmes laissés à l'abandon et ramassera la mise ». En 1989, le ministre de l'Éducation nationale, lors d'une affaire d'affichage de signes religieux par des élèves au collège de Creil, au lieu d'appliquer les circulaires Jean Zay, bottait en touche et laissait même certains journalistes parler de « racisme » à propos des professeurs. Il a fallu rien moins que 15 ans et une loi pour retrouver des rails républicains à ce sujet. Ce n'est qu'un exemple, mais il est symbolique et significatif.

Le résultat d'une obstination dans cette voie pendant 25 ans, droite et gauche confondues, est éclatant. Consultés en 1992 sur le Traité de Maastricht, les électeurs qui ont osé avouer un vote négatif se sont vu traiter de débiles mentaux. Consultés en 2005 sur le Traité constitutionnel européen, les Français ont voté non : il n'en a pas été tenu compte. Ils s'entendent dire doctement tous les jours par des notables oublieux de la Révolution française, oublieux de l'œuvre de la Commune de Paris et de celle du Conseil national de la Résistance, que c'est tellement mieux ailleurs, que le déficit est mauvais quand il est français mais bon quand il est américain ou japonais, que la Marseillaise est un hymne guerrier insupportable, que la laïcité est « stigmatisante », que l'idée de nation est en elle-même suspecte, que s'opposer au multiculturalisme est une posture « nauséabonde », que l'école doit être sans cesse renvoyée à son extérieur (1), qu'ils sont « frileux » parce qu'ils pensent que citoyenneté et nationalité coïncident (2), que jacobinisme et intégration sont des gros mots, que les services publics et le travail coûtent cher (3), et qu'en matière économique il n'y a pas d'alternative : il faut se serrer la ceinture pour satisfaire les conditions de la zone euromark. Sans compter le principal : pauvreté, chômage, précarité, désindustrialisation et dumping social. Comment s'étonner qu'ils se vengent en s'abstenant ou en glissant un bulletin FN dans l'urne lors d'un scrutin dont l'intérêt principal est de permettre l'expression de leur exaspération légitime puisqu'en matière européenne il n'y a aucune chance pour que ça change ?

Mezetulle n'est guère compétente sur bien des sujets, mais a produit en 2011 une analyse sur un objet abandonné qu'elle connaît bien, elle invite les lecteurs à relire l'article : Comment la laïcité a été offerte en cadeau au Front national (4).

 

1 - Voir http://www.mezetulle.net/article-l-ecole-de-la-republique-refondation-ou-reforme-109609448.html
2 - Voir l'article de Jorge Morales http://www.mezetulle.net/article-indivisibilite-et-pragmatisme-le-droit-de-vote-des-etrangers-par-j-morales-120728341.html et celui de Philippe Foussier http://www.mezetulle.net/article-nationalite-une-citoyennete-a-geometrie-variable-par-p-foussier-112890253.html
 3 - Voir l'article de Jean-Michel Muglioni http://www.mezetulle.net/article-le-cout-du-travail-par-j-m-muglioni-101301384.html
4 - Dont l'argumentation est reprise aux chapitres 3 et 4 de Penser la laïcité.

 

Voir les règles de publication des commentaires.


Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Tietie007 19/06/2014 07:17


En temps de crise, ce sont toujours les populismes qui ramassent la mise.

Mezetulle 20/06/2014 19:18



Cela est vrai généralement. Mais les objets politiques dont je parle n'ont pas été abandonnés en raison de la crise : il s'agit d'une politique d'abandon délibérée, laquelle a été initiée bien
avant la crise - comme je le fais remarquer en citant l'entretien que j'ai eu avec Robert Badinter en 1988.



Mezetulle 02/06/2014 10:45


Mezetulle a reçu par mél privé le commentaire suivant. Je le publie sous ma responsabilité, en laissant bien sûr son auteur dans l'anonymat, parce qu'il me semble intéressant et qu'il
m'importe d'y répondre au-delà de la réponse personnelle que j'ai faite par mél à son auteur.


*****


"Vous n'avez probablement pas voté FN... Alors pourquoi excuser l'imbécillité des uns contre celle des autres ?
La conversion du FN à la laïcité, vous le savez bien, est aussi hypocrite que sa conversion à la Démocratie et à la République
C'est de la pure instrumentalisation tactique."

Mezetulle 02/06/2014 10:55



Réponse de Mezetulle


**************


Non bien sûr, je n'ai pas voté FN ! Il suffit de parcourir ce site web pour s'en rendre compte, sans même se donner la peine d'éplucher le détail de tout ce que j'ai écrit en matière politique !




Expliquer n'est pas excuser. Et du reste il n'est pas certain que la problématique de l'excuse soit pertinente pour parler de ce vote. A mon avis deux choses ne servent à rien et sont même
contre-productives au sujet de ce vote FN :
1° Diaboliser. Cela ne fait, entre autres, que rendre le diabolisé plus attirant (je rejoins l'analyse de P. A. Taguieff citée dans la réponse au commentaire précédent)
2° Parler d'imbécillité à propos des électeurs. Il est hautement probable que parmi les électeurs qui ont glissé un bulletin FN dans l'urne le 25 mai, une partie appréciable ne souhaite
nullement que ce parti accède au pouvoir et ne sait que trop quelle véritable politique Mme Le Pen appliquerait. Vous savez aussi bien que moi que les Français ont une expérience très fine
de l'usage des scrutins. "Les Français savent voter" : c'est ici mon hypothèse. Ce savoir du vote n'exclut pas l'usage de l'abstention ; car lorsqu'elle excède un certain seuil elle a un sens
politique. Comme je le dis dans ma réponse au com. précédent, un scrutin est avant tout un calcul dans lequel entre l'estimation de ce que vont voter les autres.




Je pense en outre qu'il n'est pas mauvais de raisonner dans l'autre sens : au lieu de culpabiliser les électeurs, souligner que les responsables sont d'abord ceux qui ont délibérément déserté le
terrain républicain et laïque. Les abandons dont je parle sont réels, durables, explicites, nombreux : c'est une politique. Cela fait trente ans que je me bats sur quelques-uns d'entre eux, et je
ne fais que constater une grande surdité à ce sujet de la part des politiques. Quand vont-ils comprendre ? Ou plutôt : quand vont-ils consentir à comprendre ?




Sur l'instrumentalisation par le FN des objets politiques républicains, vous avez raison, bien sûr ! Ce bref billet est consacré principalement aux causes de l'exaspération et du désespoir et non
à ce que le FN fait des "objets trouvés" dont il s'empare.


J'aborde ce sujet ailleurs, notamment dans l'article que j'invite à relire à la fin de ce billet, et à plusieurs reprises dans le livre Penser la laïcité que j'ai publié récemment - cela
dès la première page de l'Avant-propos où j'écris, au sujet de la laïcité abandonnée, "toilettée" et adjectivée  :
"Tellement et si obstinément que, à présent, on atteint le point ultime de cet abandon et de l’exaspération qui en est l’image inversée et complice : l’extrême droite n’a plus qu’à se baisser
afin de ramasser cet objet perdu pour l’enrôler à contre-emploi dans un« choc des civilisations »."



m Subirats 01/06/2014 21:12


très bien ..c'est vrai que nous n'avons plus d'autre solution que de voter Bleu marine pour secouer  tous ces "malentendants"....sachant que son mouvement ne prendra pas le pouvoir.

Mezetulle 02/06/2014 10:41



Je ne considère pas pour ma part qu'un vote FN soit une solution !


J'ai tenté de comprendre les résultats du 25 mai en supposant que ces élections sont considérées par les électeurs comme un test, et en écartant la posture culpabilisatrice et diabolisante (voir
les analyses
de Pierre-André Taguieff).


Comme vous le faites remarquer, il est très probable qu'une grande partie des électeurs qui ont glissé un bulletin FN dans l'urne ne souhaitent pas la prise du pouvoir par le FN et ont
instrumentalisé leur vote. Un scrutin est avant tout un calcul dans lequel chaque électeur fait des hypothèses sur ce que les autres vont voter pour prendre sa décision et obtenir le
résultat le plus proche de ce qu'il souhaite - c'est le cas tout particulièrement du scrutin européen qui est à la fois sans conséquence nationale directe et proportionnel.


J'ai entendu Malek Boutih parler à la TV de "match amical", mais à mon avis il a tort d'en conclure que "ça compte pour du beurre" : il s'agit bien d'un scrutin et non d'un sondage et c'est donc
un signal très fort. Le taux d'abstention, qui excède largement le taux "ordinaire", doit également être inclus dans cette appréciation.


 



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.