7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 14:30

Bloc-notes actualité
Y a-t-il un « droit au blasphème » ?
Un communiqué de l'Observatoire chrétien de la laïcité

En ligne le 7 novembre 2011

On entend parfois, notamment aujourd'hui au sujet du soutien à apporter à Charlie Hebdo et au Théâtre de la Ville, avancer la notion de « droit au blasphème ». En réalité, ceux qui avancent cette idée veulent probablement dire que, dans un pays laïque, la critique et la raillerie peuvent se déployer dans les limites fixées par la loi et quels qu'en soient les objets. 


Mais l'expression « droit au blasphème » ne semble guère opportune. D''abord parce qu'elle reprend à son compte l'idée même de blasphème - notion ignorée par la loi, laquelle ne sanctionne que des délits définis en dehors de toute référence religieuse (injures, diffamation, propagation de fausses nouvelles, etc.). Ensuite parce qu'elle introduit subrepticement l'idée qu'on pourrait revendiquer spécifiquement un tel « droit au blasphème ». Or on ne peut que revendiquer la liberté d'expression, laquelle s'exerce sans autorisation, sans avoir à se référer à un droit explicite précis, dans le silence de la loi, et n'est encadrée explicitement que par des interdits - tout ce qui n'est pas expressément interdit par la loi ne peut être empêché et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas

Il vaudrait mieux abandonner cette expression « droit au blasphème » et laisser ce vocabulaire aux religions et à leurs adeptes : eux seuls seraient habilités à revendiquer comme croyants un « droit au blasphème ». Il serait en outre dangereux d'accréditer l'idée selon laquelle la liberté d'expression se définirait par des occurrences explicites. Le principe de la liberté est qu'elle ne se définit juridiquement que par ses limites. Ainsi l'interdit est plus libérateur qu'une longue liste de permissions.

Pour toutes ces raisons, Mezetulle applaudit au communiqué de presse diffusé par l'Observatoire chrétien de la laïcité le 4 novembre 2011, qui rappelle opportunément ces principes : il n'y a pas de « droit au blasphème » tout simplement parce que le blasphème n'est pas un délit et qu'il ne peut être interdit !
Comme beaucoup de nos concitoyens s'exprimant collectivement ou individuellement nous condamnons les comportements violents d'intégristes religieux qui estiment "défendre" une religion en dénonçant un prétendu blasphème. L'Observatoire Chrétien de la laïcité souligne que dans une société démocratique qui respecte la liberté de pensée  le blasphème en tant que tel n'est pas un  délit. En accuser quelqu'un n'a  de sens que  du point de vue de certaines croyances : il ne saurait concerner qui ne partage pas ces croyances. Dès 2003, on pouvait lire dans notre Manifeste : « La République garantit le droit de critiquer publiquement religions et pensées philosophiques, jusqu’à l’ironie ou la comédie, dans les limites de la loi : aucune conviction organisée ne doit à ce sujet revendiquer un caractère intouchable ou sacré. » 
Les "intégristes" quelles que soient leurs références religieuses ne sont pas les porte-parole de la communauté à laquelle ils disent appartenir. Dans le cas présent, ils en donnent même une image déformée, voire odieuse, contraire au désir du respect du bien commun et de sa "vitalité" manifestée par la création artistique par exemple. Si on est citoyen avant d'être croyant il faut rappeler que démocratie et liberté d'expression ou de création sont intimement liés.
Bien entendu la violence est condamnable. Tout citoyen a le droit de s'exprimer et aucun n'a le  droit d'empêcher l'autre de  le faire. La laïcité qui refuse tout lobby ( et en particulier celui de la peur) demeure le meilleur rempart pour défendre la liberté d'expression contre les tentations de pratiques totalitaires.
Le vendredi 4 novembre 2011
Observatoire Chrétien de la laïcité 68 rue de Babylone 75007 PARIS

Lire et signer la pétition du Comité de soutien Romeo Castellucci sur le site du Théâtre de la Ville
Accueil                     Sommaire

Partager cet article

Repost0

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.