6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 11:52

Bloc-notes actualité
Tuerie en Haute-Savoie : la "scène de crime " intouchable

En ligne le 6 septembre 2012


Quatre cadavres de personnes tuées par balle ont été découverts dans un véhicule en Haute-Savoie, et celui d'un cycliste non loin de là.
Ce qui est effrayant, en effet, et qui défraie la chronique ce matin 6 septembre.
Plus effrayant encore : on a apprend qu'une petite fille de quatre ans, vivante, se trouvait aussi dans le véhicule, sur la "scène de crime" rendue intouchable jusqu'à l'arrivée des agents de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale. La fillette serait ainsi restée prostrée pendant de longues heures sans que personne ne lui porte assistance : n'était-elle donc pas en danger ?

On lit ce matin sur Yahoo News :
Elle n'avait pas bougé depuis le meurtre survenu avant 15h50, mercredi. Sa présence n'avait pas été détectée à l'infrarouge à cause des basses températures. La gendarmerie ne pouvait pas toucher au véhicule sans la présence de la police scientifique, explique l'envoyé spécial de 20 Minutes sur place.
Le procureur de la République ouvre le parapluie ce matin, comme le rapporte aussi Yahoo News dans un autre article:
C'est une nécessité sur une scène de crime d'éviter toute pollution pour pouvoir recueillir un maximum d'indices qui permettront peut-être à l'enquête d'avancer rapidement", a-t-il expliqué. "S'agissant d'une scène de crime particulièrement hors normes (...), il paraissait utile aux enquêteurs de recourir à l'IRCGN [Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale].


Autrement dit, il est normal qu'on respecte un protocole sans s'interroger sur ses effets et sa pertinence. De même que dans le théâtre de Molière on meurt guéri, ici on peut mourir parfaitement "investigué" dans les règles de l'art. Sauf que là ce n'est pas du tout comique.

 

Il est intéressant d'apprendre que, jusqu'à plus ample informé, dans ce genre de situation on ne s'inquiète de savoir s'il y a des vivants qu'à distance - par infra-rouge. Cette macabre navigation aux instruments est probablement une prouesse de l'investigation scientifique : plutôt abandonner un vivant et le tenir pour mort (puisque les instruments n'ont rien détecté, on peut être tranquille) que de perturber une "scène de crime". L'investigation sur les morts et son protocole sont tellement plus importants que l'assistance aux vivants.

 

[Note du 12 septembre 2012]. Dans son livre L'OEil absolu, Gérard Wajcman analyse notamment cette extension de l'expertise et son lien avec l'investigation post-mortem. Voir l'article que Mezetulle a consacré à ce livre.


Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Anthony LC 16/09/2012 11:16


Sauf votre respect c'est l'ombre du petit grégory qui plane, toutes les preuves ayant été souillée par la gendarmerie à l'époque. Ils n'ont pas eu la chance de mourir dans une zone de la police
scientifique. Ils en font un peu trop mais ça n'est qu'un fait divers sans importance. Combien de gens auront-ils la chance de finir ainsi dans les journaux et débuter par là leur célébrité ?

Catherine Kintzler 09/09/2012 12:01


On en a appris un peu plus sur la découverte tardive de cette petite fille heureusement saine et sauve. Elle se serait réfugiée sous les jambes d'une des personnes tuées et serait ainsi restée
immobile, sans donner aucun signe de présence lors de l'arrivée des enquêteurs.


Il faudrait donc croire aussi qu'un blessé inconscient dissimulé par un corps qui serait ultérieurement tombé sur lui n'a que très peu de chance d'être secouru: on a plus de chance de l'être si
on est enseveli vivant sous les décombres d'un tremblement de terre que sur une telle "scène de crime".


On me rétorquera que le corps d'une fillette de 4 ans qui se blottit est suffisamment petit pour échapper à une investigation. Mais c'est comme si je répondais que, lorsque je fais une marche
arrière avec mon gros break haut sur pattes, je me contente de ce que je vois en me retournant et en regardant dans les rétros, sans vérifier plus soigneusement en me haussant davantage si un
enfant assez petit aurait pu échapper à mon observation, ce qui est très possible. Et les caméras de recul ? me dira-t-on. Elles peuvent être mal rélgées ou insuffisamment sensibles ...
apparemment comme le détecteur infra-rouge dont il a été question.

Kolia78 06/09/2012 17:53


Ce qui est encore plus étonnant, c'est qu'une 2e jeune fille a été secourue et hospitalisée dans un état critique sur le même lieu du crime : donc la scène du crime était déjà compromise, et
prendre le pouls de chaque personne ne changeait sans doute pas grand chose et relève du bon sens...


Les enquêtes passeraient-elles avant les victimes ?

jf Van Campo 06/09/2012 14:25


dans une société ou "les protocoles" l'emportent sur le bon sens et la raison....il ne faut point s'étonner de telles bavures,à condition que ce ne fussent les autopsies des fillettes qui nous
départagent ? Ouf,elles l'ont échappé belle.......

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.