21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 08:29

Bloc-notes actualité
Rugby : « on passe au sport maintenant »?

En ligne le 21 octobre 2011


Ce matin 21 octobre sur iTélé, rubrique sport. Avec un soupir de lassitude, le chroniqueur Julien se livre à une énième revue du caniveau néo-zélandais qui déverse copieusement sa fange sur le XV de France depuis une semaine.
Et la présentatrice du journal, qui lui donne la réplique et anime, comme on dit, l'ensemble, trouve la parfaite transition pour l'inviter à poursuivre sa chronique sur la dernière soirée du championnat européen de foot : « Bon, on passe au sport maintenant » !


Oops! éclat de rire, « elle est fatiguée ce matin » ajoute Julien qui, très fair-play, croit utile d'excuser cette échappée en forme de lapsus.
Oui, fatiguée comme Mezetulle d'entendre les insultes, les défis, les soupçons de place imméritée en finale - comme si ne pas perdre était honteux. Comme je suis fatiguée par les inévitables adorateurs du haka qui en célèbrent exclusivement la version brutale, présentant complaisamment en gros plan les langues tirées, les bras d'honneur et les gestes sans équivoque de menace de mort par égorgement. Et à ce sujet un doute me vient : ceux qui se pincent le nez avec des airs chichiteux devant les paroles de La Marseillaise, ce ne sont sûrement pas les mêmes, non ? Non car un hymne historique en vers et en musique n'a que peu de rapport avec une danse rituelle à temporalité mythique.


Oui, ouf!, on passe au sport maintenant. Après ces mises en scène désolantes et infantiles, dont la seule vertu (outre de vendre du papier) est de mettre les joueurs dans un état d'exaspération qu'on espère roboratif, offrez-nous un match de rugby, une vraie démonstration de civilisation où la violence, présente, est relevée.


Allez les Bleus ! J'espère que, ayant le choix du maillot, ils choisiront le bleu, obligeant les Blacks à jouer en gris clair comme en 2007 : ce sera ma seule participation à l'hystérie préliminaire.

J'entends autour de moi que tout ce qu'on peut souhaiter c'est perdre « avec panache ». Mais un panache, surtout perdant, c'est très encombrant : jetez-moi ça, ça va vous gêner pour jouer. Entre la victoire et la gloire je choisis les deux, et s'il faut vraiment choisir je prends la victoire.

Du reste si les Blacks gagnaient sans panache, s'ils se contentaient de ne pas perdre, qui irait le leur reprocher ?


Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.