1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 16:55

Bloc-notes actualité
Pourquoi ne s’intéresse-t-on pas à la philosophie ?

par Jean-Michel Muglioni
En ligne le 1er juillet 2012


Le baccalauréat donne lieu chaque année à des commentaires plus étonnants que les pires bourdes des bêtisiers. Jean-Michel Muglioni refuse ici les conclusions d’un rapport ministériel selon lesquelles la jeunesse serait devenue aujourd’hui incapable d’apprendre à penser.

J’apprends dans la presse (1) que selon un rapport officiel (2) les élèves des lycées ne s’intéressent plus à la philosophie : un ancien doyen de l’inspection générale de philosophie révèle qu’ils sont aujourd’hui indifférents à l’aspect libérateur de la philosophie, au point, paraît-il, que certains avouent préférer conserver leurs opinions plutôt que de les mettre en question.

Les bras m’en tombent ! Notre jeunesse serait la première dans l’histoire de l’humanité à préférer dormir dans ses préjugés plutôt que de s’interroger ! Quand Socrate les mettait à la question et leur imposait de juger leurs opinions, les Athéniens l’approuvaient-ils ? L’histoire de son procès n’est-elle qu’une légende ? Si les jeunes gens et leurs parents savaient se déprendre de leurs préjugés avant d’avoir à appris à philosopher, l’enseignement de la philosophie serait inutile. Je ne vois pas à quelle époque de leur histoire les hommes ne se sont pas complus dans leurs opinions. Or ce n’est pas un journaliste qui soutient que les élèves ne voient pas l’intérêt d’être délivrés des opinions communes, mais un ancien professeur de philosophie, oubliant donc que l’année de philosophie a pour finalité de le leur montrer : qu’il en soit venu là est plus un signe des temps que la paresse des cancres.

Un ami me dit que parmi les élèves ayant à commenter à l’examen un texte dont le nom de l’auteur, Rousseau, est suivi du titre de l’œuvre, Emile, certains parlent tout au long de leur dissertation du célèbre Emile Rousseau. Une page de Spinoza était à commenter, qui dit que « la fin de l’Etat » est la liberté : certains comprennent que l’homme sera libre quand il n’y aura plus d’Etat. Or cette page ne permet pas de confondre fin au sens de terme et fin au sens de but. Ces deux erreurs montrent bien quelles sont les difficultés que rencontre aujourd’hui tout professeur avec des jeunes gens de 16 ou 18 ans : ils ne savent pas le français et ignorent l’histoire littéraire. Je ne sache pas que l’ignorance où une génération se trouve de sa langue et de sa littérature ait une autre cause que le fait qu’on ne les lui a pas apprises. Le plus étonnant sans doute est que certains d’entre eux, qui commencent leurs études à 16 ou 18 ans, parviennent à rattraper leur retard. Tout n’est pas perdu : une fois normalement instruits, ils pourront comprendre l’intérêt de la philosophie.

 

P.S. Au lycée Rodin à Paris, en 1976 ou 1977, après quelques heures de cours, un élève, au demeurant sympathique, m’a dit d’une voie anxieuse : « mais Monsieur, si l’on vous admet ce que vous affirmez, on sera un marginal ».

  1. Voir notamment : http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20120626.OBS9677/perles-du-bac-on-n-est-pas-philosophe-quand-on-a-17-ans.html
  2. On peut consulter des extraits de ce texte sur le site Skholè, qui donne également un lien pour le télécharger intégralement .
Les commentaires de ce billet ne pourront pas être traités immédiatement, l'auteur n'étant pas connecté en ce moment. Mezetulle les archive et les lui transmettra fidèlement.
Merci de votre patience.
Accueil                     Sommaire

Partager cet article

par Jean-Michel Muglioni - dans Bloc-notes actualité
commenter cet article

commentaires

C.A.I 04/07/2012 13:31


   Un inspecteur d'académie avait affirmé à un professeur d'allemand qu'il ne fallait pas faire travailler les élèves mais les faire jouer .


    Pour celui-là , si les élèves ne comprennent pas spontanément , c'est parce que tout doit être compris sans effort , l'enseignant qui se fait un devoir d'inculquer de bonnes
habitudes , surtout intellectuelles , à ses élèves est   ou un affreux réactionnaire ou un affreux libre-penseur ( ce qui revient au même ) .


   Il y a de cela encore huit ans , les inspecteurs de lettres du Val d'Oise recommandaient aux professeurs de ne faire un vrai cours de grammaire que toutes les quatre à six semaines .
Le pli a été pris par bon nombre d'enseignants qui ne pratiquent plus que des " points de grammaire" d'un quart d'heure . 


      Cette année , mes élèves de troisième , au mois de novembre , se sont plaints d'avoir chaque semaine deux heures de grammaire et d'orthographe ... et ont exprimés
leur satisfaction de cet emploi du temps au mois de juin . 


     L'enseignement systématique est un enseignement qui se soucie de mettre un ordre dans un ensemble au premier abord confus et inextricable . L'avantage en est la clareté qui
autorise un progrès des notions et règles les plus simples aux plus complexes . Sans système , il est aberrant d'exiger des candidats aux examens comme le ministère actuellement , qu'ils sachent
distinguer une proposition subordonnée relative d'une subordonnée conjonctive quand ils ne savent pas faire la distinction entre un nom et un déterminant . 


   Je pratique donc quelque soit le niveau le même programme : analyse logique , tableaux de conjugaison , dictée de mots et de textes ainsi que quelques exercices d'orthographe tirés
d'un manuel de 1924 .

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.