8 septembre 1970 2 08 /09 /septembre /1970 21:40
Les horaires d‘histoire et la sempiternelle « réforme » des Lycées
par Jean-Michel Muglioni

En ligne le 10 décembre 2009

Cet article fait suite au Bloc-notes Mort programmée de l'histoire-géo en Terminale scientifique publié le 4 décembre 09

« L’horaire global d’enseignement de l’histoire ne change pas parce qu’à sa suppression en terminale correspond en première son renforcement et le passage d’une épreuve anticipée comparable à celle de français » : cet argument est un sophisme et inscrit symptomatiquement la « réforme » du Lycée en cours dans une série négatrice de la notion même d'institution scolaire. Voilà ce que nous voudrions montrer.


1 - La destruction des institutions scolaires
Il y a longtemps que les ministres de l’Education nationale se mêlent de « réformer », comme ils disent, les écoles, les collèges, les lycées et les universités. A force de retoucher chacun l’édifice, ils l’ont complètement défiguré et c’est un miracle qu’il tienne encore debout ou du moins qu’il paraisse avoir une certaine stabilité. Au lieu que l’institution remplisse sa fonction, qui est de soutenir les hommes, il se trouve aujourd’hui que ce sont les hommes qui la font tenir. Je trouve là une raison d’espérer en l’humanité, puisque toutes les conditions étant réunies depuis longtemps pour qu’enseigner soit impossible, le courage de quelques-uns fait que élèves et étudiants peuvent parfois encore s’instruire.


1 - Pourquoi Nietzsche se disait incapable de réformer ces institutions : ou de la difficulté de la question
Nietzsche, dans la deuxième de ses Conférences sur l’avenir de nos établissements d’enseignement, nous avertissait : Notre philosophie doit ici commencer non pas par l’étonnement, mais par l’effroi : celui qui n’est pas capable d’éprouver cet effroi est prié de ne plus se mêler de pédagogie. C’était en 1872.
Il rédigea une préface à ces conférences où il commençait par prévenir qu’il ne pourrait être compris que par un lecteur calme, capable de réfléchir sans se presser de proposer de nouveaux horaires d’enseignement : il est en effet très difficile de savoir comment organiser les divers enseignements, et Nietzsche s’en dit lui-même incapable. Il ne se précipite pas comme nos ministres et ne propose pas une nouvelle organisation pour les écoles et les universités.
En quoi consiste la difficulté ? En ceci que seul peut oser entreprendre une telle tâche celui qui possède une nature surpuissante qui le rende capable de parcourir et de prendre la mesure du chemin qui va des profondeurs de l’empirique jusqu’aux hauteurs qu’il faut atteindre pour traiter des problèmes de la culture (1), et [qui le rende capable] une fois parvenu à ces sommets, de redescendre dans les bas-fonds des règlements les plus arides et des tableaux les plus élégants. Nietzsche avoue qu’il se contenterait de pouvoir s’élever péniblement à une hauteur suffisante pour avoir une vue dégagée.
[ Haut de la page ]


3 - Même pour comprendre l’enjeu d’un changement d’horaire dans une discipline, il faut s’instruire
L’enjeu d’une réforme qui se contente de déplacer l’enseignement de l’histoire d’une classe terminale à la classe qui précède et qui, en termes de gestion, peut sembler maintenir l’horaire total consacré à l’histoire, ne peut donc apparaître à tout le monde. Je veux même croire en la bonne foi de ceux, ministres, militants UMP ou citoyens ordinaires, qui reprennent l’argumentaire ministériel selon lequel il n’y a pas moins d’histoire dans la nouvelle grille horaire. Mais la bonne foi n’est pas une garantie de culture et d’intelligence. Ni même du plus petit commencement de connaissance de l’histoire de l’institution scolaire en France.


4 - D’où vient qu’il a fallu organiser une épreuve anticipée de français ?
Soit en effet ce qui semble donner à l’argument ministériel un grand poids : l’épreuve de français au baccalauréat a lieu en fin de première, et il n’y a pas d’enseignement du français obligatoire en classe terminale ; de même l’histoire donnera lieu demain à une épreuve anticipée en fin de première et sera absente des terminales scientifiques.
Or pourquoi l’épreuve de français est-elle « anticipée » ? On devrait savoir que c’est le résultat d’un compromis qui n’a jamais satisfait les professeurs de lettres, mais qui a été rendu nécessaire par la suppression du premier baccalauréat. Lorsque, au lieu de passer deux baccalauréats, l’un en fin de première et l’autre à la fin de ce qu’on n’appelait pas les terminales, mais les classes de philosophie, de mathématiques élémentaires et de sciences expérimentales, une réforme décréta qu’il n’y aurait qu’un seul baccalauréat, comment pouvait-on organiser l’épreuve de français qui jusque-là n’avait lieu qu’au premier baccalauréat ? Auparavant l’enseignement de la philosophie était considéré comme le couronnement des études secondaires et comme venant après l’enseignement non pas du français, mais de la littérature. L’organisation des études reposait donc sur une certaine idée des humanités et de la culture au sens le plus fort de ces termes. La suppression du premier baccalauréat avait pour principe la nécessité de réduire les coûts dus à l’accroissement considérable du nombre de candidats. Mais cela changeait le sens même du rapport des différentes matières : ce qu’on appelle aujourd’hui le français a-t-il encore un rapport avec les humanités ? En tout cas l’invention de l’épreuve anticipée de français est un bricolage.
[ Haut de la page ]


5 - Le sens de l’argument ministériel
L’argument ministériel selon lequel l’histoire peut elle aussi faire l’objet d’une épreuve anticipée n’a donc pas de sens, ou du moins il signifie que la nouvelle réforme s’inscrit parfaitement dans le processus qui depuis au moins un demi-siècle détruit peu à peu les institutions scolaires et universitaires à coup de bricolages gestionnaires. Et les mêmes qui se plaignaient de ces réformes quand la couleur des gouvernants leur déplaisait les trouvent aujourd’hui satisfaisantes et reprennent l’argument ministériel sans voir que c’est un sophisme. C’est la preuve que Nietzsche voyait clair, lorsqu’il disait que n’importe qui n’est pas capable de comprendre ce genre de problèmes – le simple problème d’un horaire d’histoire en terminale !
En outre, comme une grande part des humanités a disparu de l’école, on ne voit pas pourquoi l’histoire qui en fait partie ne disparaîtrait pas à son tour. C’est pourquoi il est permis d’interpréter cette mesure comme l’expression d’une volonté politique de limiter le plus possible l’enseignement d’une discipline qui a toujours dérangé les politiques. Mais par bonheur ceux qui craignent les études historiques les ignorent : ils ne savent pas que leur remise en cause rappelle en France de mauvais souvenirs et peut émouvoir non pas seulement les historiens, trop facilement accusés de corporatisme, mais tous ceux qui savent quelle est l’importance de l’histoire dans la culture et pour la citoyenneté.


6 - Réfléchir et non réformer
Le lecteur remarquera que nous ne proposons jamais nous-mêmes de réforme, mais mettons seulement en garde contre « ces humeurs brouillonnes et inquiètes » affectées de l’étrange maladie qui consiste à vouloir que le monde se conforme à leurs lubies, qu’elles soient pédagogiques ou gestionnaires. Peut-être une métaphore apportera-t-elle ici un peu de lumière. Lorsqu’on entretient une forêt, il faut travailler sur le long terme, c’est-à-dire prendre en compte la durée nécessaire à la croissance des arbres. Une forêt ne se régénère pas comme les plantes qu’on met en pot sur son balcon et qu’il suffit d’aller acheter chez le fleuriste. Il serait manifestement aberrant de réformer la politique de la forêt tous les ans ou même seulement tous les cinq ans, comme on peut décider, à la moindre envie, de changer l’aspect de ses plantes d’appartement. Tel est le malheureux destin de l’institution scolaire ou de ce qu’il en reste. Si, après de longues études, on peut prétendre comprendre un peu de quoi il s’agit, on sait aussi que, comme citoyen, on n’a aucun pouvoir sur les décisions prises, puisqu’on ne voit pas que la droite la plus dure fasse autre chose que les réformateurs de tout poil et même les soixante-huitards. Aussi m’arrive-t-il d’écrire des articles de réflexion dans ce blog.
[ Haut de la page ]

©© Jean-Michel Muglioni et Mezetulle, 2009

Notes
  1. Bildung signifie à la fois culture, formation, éducation, enseignement : il s’agit de l’instruction et de tout ce qu’il convient d’apprendre pour devenir un homme « cultivé », c’est-à-dire véritablement un homme accompli (de même que la culture d’une plante est ce qui lui permet de croître au mieux de sa nature). On sait que Nietzsche n’entend pas par là une culture historique mais bien une culture vivante où la lecture des Anciens est l’essentiel – à condition qu’on les lise comme ils voulaient qu’on les lise, non pas pour faire des thèses universitaires, mais pour apprendre à vivre humainement. Il devrait aller de soi que le terme de culture n’a pas ici son sens ethnologique, compris au contraire par opposition à nature (le « culturel » ne s’apprend pas, il est subi par tout homme du seul fait de son appartenance à une société ou un groupe donné), et que cet enseignement n’est pas un enseignement professionnel : par exemple un enseignement des mathématiques qui aurait pour finalité de donner au pays des ingénieurs ne fait pas partie de ce que Nietzsche appelle culture.
[Lire les autres articles de J.-M. Muglioni sur ce blog]
[ Haut de la page ]

Accueil                     Sommaire

Partager cet article

par Jean-Michel Muglioni - dans Politique - société
commenter cet article

commentaires

Voix républicaine 17/12/2009 14:38


Tout cela est encore affaire de constructivisme pédagogiste, couplé à une marchandisation de la connaissance. Tant que le constructivisme, qui est une philosophie bien précise et bien structurée,
matérialiste, libéraliste et individualiste, ne sera pas radicalement liquidé, l'école continuera sa décadence. Les solutions réelles de l'école républicaine, tout le monde les connait. Discipline,
discipline, discipline : apprentissage d'une matière, soumission du corps aux efforts de l'esprits, soumission de l'élève aux instructions du maître d'école. Histoire ou français et littérature,
évidemment que les élèves en ont besoin jusqu'au bac. Même des élèves de seconde actuels sont étonnés d'apprendre qu'il n'y a plus de français pour eux dans un an et demi, en terminale, alors
qu'ils ne savent toujours pas ce qu'est un COD, et qu'au lycée la grammaire est proscrite ! Ils sont alors sommés d'exprimer leur interprétations de textes qu'ils comprennent mal à l'aide d'une
langue dont ils ne connaissent pas les règles.
Fillon, Robien, Darcos : trois ministres qui ont voulu (?) terrasser le monstre pédagogiste, n'y sont pas arrivés. Je commence à croire au complot.


Mezetulle 18/12/2009 21:28


Hélas, si c'était seulement un complot ! Cela fait 1/4 de siècle que ça dure. Voir cet article.


Arnaud 14/12/2009 11:11


Je ne sais pas comment fonctionnent les commissions chargées d'établir les programmes, mais tout comme - paraît-il - la Guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée aux militaires; ne
pourrait-on pas dire que les Programmes Scolaires sont une affaire trop sérieuse pour être confiés aux enseignants ?...
Ce que j'imagine en tant qu'ancien élève et parent d'élève (mais je me trompe certainement), c'est une réunion de représentants de chaque discipline, chacun cherchant à assurer la présence de sa
matière, sans forcément grand souci de cohérence, et souvent en oubliant que le destinataire final est un "simple" élève.
L'objectif des cours d'histoire au collège ou au lycée n'est pas de faire des historiens. Idem pour les mathématiques, les langues, le sport...
On cite souvent le cas de l'enseignement du français, "pollué" par le jargon des linguistes, alors qu'on aimerait simplement que nos enfants sachent lire et écrire sans fautes d'orthographe, et
qu'ils prennent pourquoi pas le goût de la lecture.
N'a-t-on pas le même problème en histoire ?
Je lis le programme de la classe de 5ème. On y trouve:
Les cadres politiques et la sociétéIl s''agit, non d'étudier en détail, mais de montrer la diversité et l'évolution des structures
politiques de l'Occident médiéval (féodalité, royaumes, Empire).
Chevaliers et paysans sont décrits dans le cadre quotidien des campagnes. L'analyse de l'essor urbain et économique prend appui sur la description de deux ou trois villes (Venise, Bruges, Bourges,
par exemple).Très bien !... Mais moi j'aimerais au moins être sûr que mes enfants savent qui était Clovis, l'histoire du vase de Soissons, Charles Martel et la bataille de Poitiers,
Saint Louis; qu'ils ne placent pas Henri IV au XIXème siècle etc...
J'ai bien conscience du fait que l'histoire n'est pas qu'une suite de noms et de dates, mais il faut au moins maîtriser ces noms et ces dates avant d'étudier l'évolution de la condition paysanne et
des rapports de production au Moyen-Age...


Mezetulle 16/12/2009 11:15


Sur le fonctionnement des divers "groupes d'experts" où ne siègent pas que des enseignants, vous pourrez avoir quelques renseignements intéressants dans un tout récent article publié dans
Marianne.fr :
http://www.marianne2.fr/Exclusif-un-prof-puni-pour-avoir-signe-la-petition-sur-l-histoire_a183145.html?preaction=nl&id=2952647&idnl=25822&

Et ce n'est pas nouveau, on peut se souvenir aussi de la démission du mathématicien Laurent Lafforgue du HCE :
http://math-et-physique.over-blog.com/article-1254738.html


Arnaud 11/12/2009 16:54


Il est quand même dommage que dans un tel débat (par ailleurs intéressant) on semble s'intéresser plus à la durée des cours qu'à leur contenu.
J'ai une fille élève en 5°; elle serait infoutue de placer le Jura sur une carte de France, et je ne suis pas sûr qu'elle sache bien où se trouvent Lyon, Strasbourg ou Brest, mais son dernier
devoir de Géographie portait sur l'urbanisation en Afrique...
Assurons-nous d'abord que les heures de cours sont bien utilisées avant de discuter de leur nombre. Non ?


Jean-Michel Muglioni 13/12/2009 11:29


Réponse de Jean-Michel Muglioni.

*****************
Ce que dit Arnaud est incontestable, et n'est pas vrai seulement des connaissances élémentaires en géographie. Je n'ai moi-même depuis longtemps jamais trouvé d'étudiant capable de me dire quels
sont les régimes politiques qui se sont succédé en France depuis 1789. L'obligation scolaire n'est plus assortie de l'obligation de savoir l'élémentaire. Il semble que les nouveaux programmes vont
mettre l'accent sur la Géographie de la France en classe de Première.
Le commentaire d'Arnaud a en outre le mérite de nous rappeler que, dans ce débat, on oublie trop souvent la géographie, aussi essentielle que l'histoire.
Mais de toute façon, il faut pour cela que les horaires ne soient pas diminués et que l'histoire-géographie demeure obligatoire en terminale S.


Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.