25 octobre 1970 7 25 /10 /octobre /1970 10:56

Le viol est un crime : cela rend-il la preuve inutile ?
Réponse au texte d’appel à la manifestation du 11 septembre 2011 place des Vosges à Paris sous les fenêtres de DSK
par Catherine Deudon (1)

En ligne le 30 septembre 2011


Le 11 septembre dernier une manifestation a eu lieu (2) place des Vosges sous les fenêtres d'Anne Sinclair et de Dominique Strauss-Kahn, appelant de ses voeux une « justice féministe » et où on a pu lire, entre autres, une pancarte disant « DSK/Sinclair dégage ! » Comme s'il suffisait d'être accusé de viol pour être ipso facto condamné avant tout examen équitable et en dehors de tout procès. Comme s'il suffisait d'être de sexe féminin pour voir sa parole sacralisée en pareille circonstance. Mais il faut aller plus loin : à supposer même qu'une personne soit reconnue coupable d'un crime (car le viol est un crime), cela autorise-t-il son lynchage - et, sans doute pour faire bonne mesure, celui de son conjoint ?
C'est sur ces questions que s'interroge Catherine Deudon (1), en s'adressant à celles qui ont cru bon de faire de l'appartenance de sexe un motif de justice expéditive : est-ce servir la cause des droits des femmes? (3)



Une mystérieuse « assemblée générale féministe », composée de 80 personnes et parfaitement inconnue jusqu’à présent, a appelé le dimanche 11 septembre à manifester « contre le viol » et « pour une justice féministe » place des Vosges, autrement dit sous les fenêtres du couple DSK-Anne Sinclair. A décréter donc, ouvertement, DSK coupable du viol de Nafissatou Diallo à New York en mai dernier. (2)

L'abandon des charges contre DSK ne démontre en rien un « profond sexisme du système judiciaire ». Aux Etats-Unis comme en France le viol est un crime, et il a beau être inscrit dans la loi, cela ne fait pas de tout homme accusé un coupable de facto et par essence. La justice n'a pas à être « féministe », « prolétarienne » ou autre variante d'une quelconque idéologisation réduisant les personnes à des symboles de la lutte dite des races, des sexes, ou des classes. Le viol est un crime, certes. Mais il n'est pas pour autant au-dessus des lois, des preuves à apporter dans un procès, et de la « présomption d'innocence » de l'accusé. La parole des femmes n'est pas sacrée, et comme tout être humain elles peuvent mentir, jouer la comédie ou bien être instrumentalisées.

Il est tout à fait différent de vouloir changer les lois à travers un combat politique pour criminaliser le viol et d'aller crier sous les fenêtres d'un présumé innocent, ou d'un homme ayant obtenu un non-lieu.
Si ce non lieu est discutable, on peut faire des articles dans la presse, parler à la télévision comme l'ont fait certaines, mais c'est tout à fait différent de vouloir influencer un jugement par un siège sous les fenêtres de DSK place des Vosges en hurlant des slogans simplistes et parfois sujets à des dérapages. Comme ce dessin, digne de l’extrême droite, de DSK éjaculant dans la bouche de la France en lui enjoignant « avale » et d'autres pancartes, toutes aussi scabreuses.  

Par ailleurs d'où sortent vos chiffres sur les viols impunis à 95%, vos 200 femmes violées par jour, et 4 violeurs seulement reconnus comme violeurs et condamnés (par jour, par mois, par année, au doigt mouillé ?). Parmi vos viols impunis combien sont prouvés ? Nous voulons des chiffres vérifiables, et analysés dans leur complexité, pas du chiffre sensationnaliste victimiste. C’est le moment de répéter un bon slogan ancien : « A quand une élection de Miss oppression ? »


Aucune trace de violence caractérisée n'a été vraiment constatée, ni sur DSK, ni sur Diallo, sauf par des médecins qui ont carrément outrepassé leurs rôles en prétendant que certaines étaient dues à un viol. Pourquoi n’avoir pas attribué, pendant qu’ils y étaient, les trous dans les collants à des preuves de violence ?
Les traces de sperme peuvent être issues d'une relation sexuelle rapide et consentie. Mais non : ce sperme est celui d’un violeur patenté, vous dit-on ! Il n'existe pourtant non plus aucune preuve que DSK ait pris la fuite. C’est le violeur de La Force (et de la fuite) Tranquille ? Nafissatou Diallo n'a pas menti qu'une fois comme vous le prétendez, mais à plusieurs reprises, et s'est contredite maintes fois. Son coup de téléphone a son dealer chéri déclarant « qu'elle sait ce qu'elle fait ce mec a de l'argent » a été démenti, puis confirmé. Mensonge pour les uns, vérité pour les autres, erreur de traduction ? On ne sait, mais ils sont nombreux à être sûrs de savoir. Si pour certains sa situation de femme immigrée, noire, et prolétaire fait forcément d'elle une « menteuse », pour d'autres cette situation fait forcément d'elle une victime disant Seule La Vérité Unique. Est-ce tellement mieux ? Drôle de conception de la justice (comme on le sait,  le stalinisme et les procès de Moscou furent émaillés de cette Vérité Unique suivie d'un Avenir radieux jusque dans les goulags et de l'effondrement final de tout le bloc de l'Est que maintes littératures ont relatées.)

On voit que le gauchisme n'a toujours pas rompu avec cette conception de La Vérité Unique et radieuse des opprimé-e-s - et surtout de leurs représentant-e-s. On en avait déjà eu la preuve à Bruay en Artois. On risque d'en avoir à nouveau la preuve avec l'instrumentalisation du viol, qui vise à se passer de procès, ou exiger des procès bidons puisque tout présumé violeur doit être condamné sans discussion et sans preuves avérées et suffisantes. Le présumé violeur est un criminel d’office. L'appartenance de sexe innocente l'un et condamne l'autre au nom de la « dignité des femmes », mêmes indignes ? N’y en aurait-il qu’une: « La vieille dame indigne » ? La tortionnaire à Guantanamo n'était qu'un mirage du patriarcat raciste impérialiste américain sans doute ?

Quand une femme a été violée, il y a belle lurette qu'on ne lui répond plus, systématiquement en tout cas, que « non ce n'était qu'un rapport consenti » ou que « allons, vous l’avez bien cherché ». Ou alors les féministes qui se sont battues pour criminaliser le viol auraient mieux fait de rester couchées, si tel était le cas. Vous n'en croyez évidemment rien puisque vous reconnaissez, même si ce n’est que du bout des lèvres, que des violeurs sont condamnés. Par ailleurs on dit que les prisons en sont pleines.
Qui dit la vérité des chiffres vrais et non idéologisés ?

Est-ce un hasard si le féminisme d’extrême gauche a choisi le 11 septembre pour manifester sous les fenêtres de DSK et d’Anne Sinclair, en s’asseyant sur les victimes innocentes du terrorisme islamiste : sa haine de l'Amérique comme démocratie s’inscrivant dans les guillemets mis à « démocratie ». Tandis que DSK et Sinclair sont invités à « dégager » comme de vulgaires dictateurs du Moyen-Orient ! Entre la Démocratie américaine et les dictatures du Moyen-Orient, et même leurs révolutions incertaines quant à la démocratie, je choisis les innocents se jetant du haut des Twin Towers de la démocratie américaine sans guillemets, plutôt que les terroristes de l'impérialisme islamiste. Car, imparfaite, c'est tout de même une démocratie. Et mieux vaut une justice qui se trompe parfois, qu'une justice du lynch ou de la lapidation, qu'une justice contentant un dogme, ou une dictature.

Je ne suis pas de celles qui croient coupable ou innocent DSK, je suis de celles qui doutent.

PS : Yves Calvi, qui a interviewé Tristane Banon le 22/09/011, sur RTL pense qu’aller manifester sous les fenêtres de la Justice n’est pas une bonne idée. Tristane Banon, qui aurait voulu que son combat reste en justice plutôt que de prendre une tournure médiatique, se demande elle-même si elle n’a pas tort d’avoir fait ce choix.
Il aurait mieux valu que les féministes d’extrême gauche, et celles qui les suivent sur ce terrain populiste, se posent aussi la question.

  [ Haut de la page ]

© Catherine Deudon et Mezetulle, 2011

Notes

  1. Catherine Deudon, « féministe historique », co-auteur de Le sexisme ordinaire (Paris : Seuil/Libre à Elles, 1979, préface de S. de Beauvoir), est également connue pour ses photographies des mouvements de libération des femmes (Un mouvement à soi 1970-2001 Catherine Deudon, éd. Syllepse, 2003). Mezetulle a publié en 2009 un de ses dessins humoristiques.
  2. Lire le texte de l'appel, publié en pdf sur le site de la Marche mondiale des femmes. Une vidéo de la manifestation est visible sur le site du journal 20 Minutes. A noter un blog qui fait état d'un communiqué du mouvement Europe Ecologie les Verts daté du 10 septembre appelant à cette manifestation.... communiqué introuvable sur le site d'EEV !
  3. Voir aussi le texte de Martine Storti sur son site , repris sur Rue89.
Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Incognitototo 30/09/2011 13:37



Merci et ouf (de soulagement)...

C'est fou le nombre de citoyens(ennes) qui se trompent d'ennemi sur la scène médiatique.

De la part d'un mâle qui en a marre d'être ostracisé, généralisé, catégorisé, assimilé, caricaturé, réduit, ... par certaines femmes dont la stupidité n'a d'égal que leur manque de vision
politique...



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.