12 janvier 1971 2 12 /01 /janvier /1971 17:21

La compassion d'Arte pour les islamistes en Tunisie

par Jean-Michel Muglioni

En ligne le 17 novembre 2014

 

La chaîne de télévision Arte a diffusé le 4 novembre 2014 une émission sur Ennahdha, le parti de la renaissance islamique tunisien. Le téléspectateur qui connaît un peu la Tunisie ne peut qu’être étonné de la naïveté avec laquelle l’histoire d’Ennahdha est présentée : comme s’il n’y avait pas eu une lutte violente et très serrée par laquelle les Tunisiens (et d’abord les Tunisiennes), presque tous musulmans, se sont opposés à l’islamisation de leur pays. Ce documentaire, présenté dans le site de l’émission comme donnant « longuement la parole à des hommes (et à une femme) plus souvent dénoncés qu’écoutés dans les médias occidentaux[1]» reflète l’incapacité de la France et de l’Europe à s’opposer à l’islamisme.

 

L'émission d'Arte présente Ennahdha comme la victime des despotismes successifs de Bourguiba et de Ben Ali, et comme un parti respectueux des principes démocratiques.


Le despotisme de Bourguiba

Il est vrai que le régime de Bourguiba était despotique et que le despote, quelque éclairé qu’il ait été, liquidait ses opposants. Mais les islamistes d’alors s’opposaient-ils au despotisme de Bourguiba, comme l’affirme l’annonce de l’émission, ou bien à sa politique de libération des femmes (le code du statut personnel) et à son refus d’enfermer la société tunisienne dans les mœurs imposées par eux ? Sait-on en France que Bourguiba, du moins au début de son règne, voulait qu’on soit libre de ne pas jeûner pendant le ramadan et qu’on puisse travailler, allant jusqu’à dire que c’était le nouveau jihad : la guerre sainte, sortir du sous-développement non pas seulement économique mais intellectuel ? Les propos de Bourguiba, aujourd’hui, passeraient en France pour islamophobes.


Ben Ali et l’islamisme

Il est vrai aussi que Ben Ali a persécuté les islamistes, et avec la plus extrême violence. Mais c’est une des raisons pour laquelle la France et les autres pays dits occidentaux l’ont soutenu. Il a interdit toute forme d’opposition politique, et l’expérience m’a même montré que comparativement, l’époque de Bourguiba était libérale : jamais du temps de Bourguiba je n’ai vu un Tunisien se retourner pour voir s’il était écouté lorsqu’il m’adressait la parole ; sous Ben Ali, chacun se savait surveillé. Il en est résulté, ce que nos politiques ont pourtant été incapables de voir, quoique cela ait crevé les yeux, que l’islamisme, à partir des mosquées, a été la seule opposition organisée au régime – qui lui-même déjà soutenait les interdictions liées au ramadan et ne permettait la vente d’alcool qu’au fond de quelques supermarchés (où du coup il y avait affluence…). On sait en outre depuis plusieurs millénaires que les persécutions font des martyrs, c’est-à-dire des témoins dont le souvenir assure la propagation de leur foi.


Le mépris général à l’égard des musulmans

Le mépris à l’égard des Tunisiens et des musulmans dont sont coutumiers les « occidentaux » ne consiste-t-il pas d’abord à croire qu’une fois libérés de la dictature politique, ils ne peuvent que tomber sous la dictature religieuse ? Car en quel sens Ennahdha est-elle une renaissance modérée ? Elle n’a jamais caché qu’il s’agissait d’islamiser la société trop occidentale de la Tunisie. Et, comme Arte, nos gouvernants sont prêts à abandonner les Tunisiens à cette islamisation. L’échec des printemps arabes semble aller de soi chez nous pour la plupart des médias. À une amie tunisienne qui lui disait qu’il ne comprenait rien à la situation tunisienne et qu’il fallait s’opposer à Ennahdha, un politique européen de centre gauche a reproché d’avoir une conception ontologique de l’islam politique, puisqu’elle ne voyait pas que les islamistes étaient devenus fréquentables.


Ce que Arte ne dit pas

Donc une révolution inattendue renverse la dictature tunisienne et permet au chef des islamistes de retourner chez lui : Arte nous fait pleurer sur son histoire. Mais on ne nous dit rien ni de la manière dont son parti a gagné les premières élections « libres » (tous les mouvements islamistes savent séduire les plus pauvres en distribuant de l’argent, par exemple), ni de sa politique. Rien sur la présence en Tunisie de milices islamistes venues d’ailleurs, parlant un autre arabe que les Tunisiens et ayant une autre conception de leur religion que les Tunisiens. Rien du Qatar. Rien sur les pressions exercées contre les femmes pour qu’elles cessent d’être habillées et de vivre à l’européenne. Rien sur la présence en Tunisie de femmes dont le visage est totalement caché, ce qui est contraire aux traditions du pays et choque le plus grand nombre. Rien sur l’étudiante qui a enlevé le drapeau salafiste hissé en haut de l’université. Rien sur le combat mené par notre collègue, le doyen Habib Kazdaghli, contre la politisation de l’université, contre le port du niqab par les étudiantes, etc. Il a, finalement, gagné le procès qui lui était intenté – car c’est lui qui a d’abord été accusé ! – et deux étudiantes qui l’accusaient ont été légèrement condamnées[2] : sa victoire est-elle due à Ennahdha ou à la pression du peuple contre son gouvernement ?


Une constitution gagnée de haute lutte

Rien non plus sur ce qui a fait que la première assemblée à majorité relative islamiste a dû voter une constitution libérale sur des points essentiels. L’émission d’Arte pourrait laisser penser que cette constitution répond aux vœux d’Ennahdha, parti modéré et démocratique, comme le prouverait le fait qu’une fois battue aux élections, elle accepte la décision populaire. On se garde bien de dire au téléspectateur qu’il a fallu, pour faire céder Ennahdha sur la constitution, que l’Assemblée soit assiégée à Tunis pendant des mois, que les femmes se relaient pour apporter à manger aux assiégeants, etc., bref, que ce qu’il y a de conforme à l’état de droit dans la nouvelle constitution tunisienne ne vient nullement d’Ennahdha et de sa modération mais seulement de sa défaite.


Mauvaise gestion ou échec d’une islamisation délibérée ?

Il est vrai que la gestion d’Ennahdha a été désastreuse, comme le dit la présentation de l’émission et comme le reconnaissent certains de ses partisans interviewés par Arte. Mais faut-il considérer comme une erreur de gestion la complicité d’Ennahdha avec des islamistes qui perpétuent des crimes sur le territoire de la Tunisie ? Avec les assassins des chefs de partis de gauche ? Laisser se mettre en place des écoles maternelles islamistes pour commencer le bourrage de crâne, où les petites filles sont voilées, est-ce une erreur de gestion ? On se demande quels Tunisiens, quelles Tunisiennes les journalistes d’Arte ont interrogés. Ont-ils séjourné en Tunisie sans remarquer que le prêche des mosquées est diffusé par des haut-parleurs hurlants de telle sorte que nul ne peut y échapper ? Savent-ils que dans la partie la plus luxueuse des constructions nouvelles sur le lac de Tunis, construite par le Qatar, les hôtels ne proposent pas d’alcool et les femmes doivent être voilées ?


La prétendue modération d’Ennahdha

Pourtant, le discours d’Ennahdha est clair : prendre le pouvoir d’abord par la voie démocratique et à partir de là peu à peu, par la persuasion et non par la violence, islamiser la société tunisienne. Qui ne voit pas que la persuasion est en l’occurrence violence, comme l’est toujours le prosélytisme religieux ? Et qui ne sait pas que la religion, dans cette affaire, ce n’est pas la religiosité intérieure, la croyance personnelle, mais l’organisation de tous les instants de la vie publique et privée en fonction d’une religion et de sa pire interprétation ?


Le sens de la laïcité oublié

L’émission d’Arte est un bel exemple d’une inconscience assez générale en France : on a oublié qu’il a fallu des siècles de lutte sanglante pour que l’Église catholique cesse d’imposer à tous ses rites, pour qu’elle cesse de régenter les mœurs de chacun en toute chose – et l’affaire dite du mariage pour tous a même montré qu’elle recommencerait si le rapport de force ne l’en empêchait. C’est au demeurant pourquoi on peut penser que vouloir que l’Europe et la France revendiquent leurs racines chrétiennes repose sur la même illusion que la défense de l’islamisme dit modéré.


Aider les musulmans libres !

Et comme on m’accusera d’islamophobie, j’ajouterai que mon propos est en plein accord avec ce que disent et font mes amis, Tunisiennes musulmanes ou Tunisiens musulmans. Même en France il faut aux femmes musulmanes du courage pour refuser le voile[3]. Le plus grave est peut-être qu’on en tirera la leçon qu’il faut choisir entre le front national et l’acceptation de l’islamisme politique.

 


Notes

[1]     Sur http://www.arte.tv/guide/fr/050697-000/ennahdha-une-histoire-tunisienne on trouve :

«  Ennahdha – Une histoire tunisienne mardi 04 novembre à 22h40 (70 min)

« Combien de Tunisiens auront-ils voté pour Ennahdha lors des législatives du 26 octobre ? En 2011, après deux décennies de persécutions, le parti de Rached Ghannouchi avait pris sa revanche en arrivant en tête des premières élections démocratiques jamais organisées dans le pays, avec 38 % des voix. Mais en un peu moins de trois années, sa gestion désastreuse de la transition a entraîné son rejet par une partie de la population, dans des proportions que seul ce nouveau scrutin pourra révéler. Le recul ou le maintien du parti islamiste en constitue en tout cas l’un des enjeux majeurs.

« Complexité

« Dans ce film, ce sont les principales figures du mouvement qui retracent son histoire, de sa naissance en 1978, en réaction à la dérive autocratique du régime de Bourguiba, jusqu’à la proclamation de la nouvelle Constitution issue de la révolution, en janvier 2014. À cette date, les islamistes acceptent de quitter le pouvoir pour apaiser la tension qui grandit dans le pays. Et c’est le premier intérêt de ce remarquable documentaire que de donner longuement la parole à des hommes (et à une femme) plus souvent dénoncés qu’écoutés dans les médias occidentaux : Rached Ghannouchi, mais aussi le vibrionnant Abdelfattah Mourou, cofondateur du parti, qui n’a pas de mots assez durs pour l’épisode gouvernemental ; les deux ex-Premiers ministres Hamadi Jebali et Ali Layaredh qui, sous Ben Ali, ont payé leur engagement de longues années de prison ; et plusieurs députés que l’on suit dans leur circonscription, notamment face à des électeurs furieux. Nourri d’archives et de nombreuses séquences sur le vif tournées pendant plus d’un an, ce portrait de groupe, ni à charge ni à décharge, restitue à la fois la complexité d’un islam politique hésitant entre plusieurs voies et l’enjeu historique de la période charnière que la Tunisie est en train de vivre. »

[2]      Il a reçu en avril 2014, à Amsterdam, le prix du courage de penser, décerné par le réseau international Scholars at Risk. Il a été réélu doyen et la liste qu’il parraine pour le Conseil scientifique de la faculté a remporté les élections. Cf. http://scholarsatrisk.nyu.edu et http://www.rfi.fr/afrique/20130502-tunisie-doyen-faculte-lettres-manouba-acquitte. Le lecteur pourra lui-même s’informer pour ajouter à cette liste d’autres exemples propres à éclairer la politique d’Ennahdha.

[3]      Cf. la question des accompagnatrices de sorties scolaires. Une République réellement laïque doit imposer que ces accompagnatrices quittent le voile et tout signe religieux : car l’enseignement doit rester laïque, y compris lorsqu’il se déplace, et il faut aussi les aider à lutter contre la pression dont elles sont victimes.


© Jean-Michel Muglioni et Mezetulle

Voir les autres articles de Jean-Michel Muglioni.

Voir les règles de publication des commentaires.


Accueil
                     Sommaire

Partager cet article

par Jean-Michel Muglioni - dans Politique - société
commenter cet article

commentaires

éric le goff 18/11/2014 10:29

faisant parti de ces gens qui cherchent à rassembler ce qui est épars , je médite sur trois textes ce matin : la lettre aux musulmans d'Abdennour Bidar , un commentaire sur la revue Causeur,
Zemmour , gauliste paradoxal , et votre texte sur la Tunisie . Préparant un exposé sur la disparition lente de la trilogie républicaine pour mon cercle philosophique préféré , je vous remercie de
votre apport . Je dois avouer que je ne découvre pas grand chose de neuf , comme vous , j'ai viré depuis bien longtemps facho , nazi , raciste , et je peux même le prouver , je ne suis pas
titulaire d'une carte d'adhérent au parti socialiste . Je rêve par contre , ou je cauchemarde , au choix , à cause de ma lecture fidèle de ce blog , laïque moi aussi , d'une société pacifiée ,
liberté , égalité ....et ma terreur , c'était le choix binaire , peste ou choléra , UMPS ou FN , reste t il un embryon d'intelligence dans ce pays ? Comment avons nous fait pour devenir aussi cons
? s'interroge Bentolila ? moi aussi . Je dois vous dire quand même , qu'avec mes potes , mes amis , il y a belle lurette qu'on a compris certaines choses , même si on ne comprend pas tout ,
Alternatives économiques fait aussi parti de nos lectures , partisans de la raison , nous cherchons aussi sur la voie de la spiritualité , porte ouverte sur l'infini , exercice fécond pour le
développement de l'esprit , bref , votre texte sera lu , et nous irons chercher ce qu'il y a derrière , le non dit , ce que l'imagination de chacun peut voir derrière vos mots , exemple ? je vais
aller chercher mon pain , tout à l'heure , et si je croise un tunisien , je crois que je lui sourirais , et même si c'est une tunisienne voilée , on a deux loups en nous disaient les indiens , un
bon , généreux , un mauvais ,haineux ....et qui gagne disait l'enfant ? celui que tu nourris , répondait le vieux sage . Les ouvriers ( qui restent ) votent FN ? on peux et on doit leur proposer
une autre voix , mais le programme national de la résistance , la laïcité à la poubelle , la presse aux ordres , l'internet ? la haine ? oui , la haine , mais la haine de quoi ? de qui ? je ne suis
pas psychanalyste , mais qui nourrit , qui cause cette haine ? avec 400 mots de vocabulaire , on ne lit pas mézetulle , ni rien d'autre d'ailleurs ....amicalement , et au plaisir de vous relire
.....

Jean-Michel Muglioni 21/11/2014 10:28



Jean-Michel Muglioni a envoyé à Mezetulle une réponse qui s'adresse aux deux commentaires ci-dessus :


*************


Réponse aux deux premiers commentaires


 


Je disais en conclusion de mon propos sur l’émission d’Arte concernant Ennahdha que l’attitude de la plupart des médias et des politiques fait le jeu du Front national et des islamistes. J’aurais
pu dire que tout se passe comme si on avait le choix entre l’islamophobie et l’islamisme. Deux premiers commentaires se sont croisés qui font chacun allusion au Front national  : le premier
regrette que je le diabolise  ; le second lecteur écrit qu’une position comme la mienne, qu’il partage, le fait passer pour fasciste. Non seulement donc je risque moi aussi de passer pour
fasciste auprès d’une certaine gauche, mais un lecteur qui approuve mon analyse la croit compatible avec le discours du Front national. Que certains des abandonnés de la République approuvent les
thèses du Front national prouve sans doute qu’ils ont conscience d’être abandonnés, mais nullement qu’ils ont raison d’attendre d’un tel parti la moindre amélioration de leur sort. On sait en
outre que le score du Front national est très élevé dans des villages d’Alsace où l’on n’a pratiquement jamais vu un émigré ni un musulman. 


 


Mon propos prenait la défense des musulmans qui ne veulent pas de l’islamisme. Ce sont les plus nombreux mais aussi les moins écoutés. En France, ils ne se battent certes pas assez pour se faire
entendre, mais d’un côté il leur est très difficile de lutter contre les islamistes, et de l’autre l’islamo-gauchisme - il faut bien l’appeler ainsi - d’une gauche qui a renoncé depuis longtemps
à la laïcité ne les aide pas. Ainsi Mezetulle a montré très clairement comment, par suite de la renonciation de la
gauche, la laïcité est devenue un argument de l’extrême droite. 


 


Comme mes deux lecteurs, je ne me satisfais pas des médias. Mais je ne dirais pas qu’ils sont aux ordres, ni qu’il ne faut pas regarder la télévision. Certaines émissions sont remarquables.
Certes, quand je regarde la télévision, je m’instruis souvent moins sur les choses dont elle parle que sur ce qu’elle veut nous en faire croire. Mais la bêtise, l’inculture, et dans une moindre
mesure l’intérêt (l’argent qu’il faut bien gagner en vendant son journal) suffisent pour expliquer ce que les médias ont de pire sans qu’il faille supposer quelque puissance assez intelligente
pour donner des ordres.


 


La question de savoir d’où vient tant de bêtise se pose donc. Il y a en effet quelque chose de très optimiste dans les théories du complot  : elles supposent des organisateurs remarquables
d’intelligence. Mais le jeu des préjugés, des passions et des petites lâchetés est plus puissant que les meilleurs comploteurs. C’est pourquoi la nécessaire critique des médias ne doit porter que
sur telle ou telle émission, sur tel ou tel propos, et non déclarer par avance que tout ce qu’ils disent est faux ou biaisé  : évitons cette sorte de paranoïa qui devient une vraie folie
lorsque, à force de se défier de tout, on en vient à croire les pires fanatiques politiques et religieux, jusqu’au délire meurtrier.


 


Mais d’où vient la bêtise ? Il faudrait un historien pour montrer comment l’idéal républicain a été petit à petit abandonné par la gauche, et peut-être d’abord à l’école  ; un historien des
idées politiques pour montrer comment le vocabulaire même de la république, l’œuvre du XVIII° siècle, a été oublié. Peut-être trouverait-on que remplacer Montesquieu, Voltaire, Rousseau,
Condorcet par ce qu’on appelle les sciences humaines n’a pas été un progrès. De là par exemple une façon invraisemblable d’écrire les lois qui les rend inintelligibles, etc. La haine de la
république et de 1789 qui caractérisait l’extrême droite et même une bonne partie de la droite, a gagné une grande partie de la gauche.


 


Mais cette réponse est très rapide et risque à son tour de prêter à confusion.



m Subirats 18/11/2014 08:43


excellent ....article


n'écoutez plus la télé ..;un bémol cependant ..vous retombez tjrs dans la diabolisation du FN...alors écoutez les gens d'en bas (cf Florence Aubenas) ..ils vivent avec la présence du
FN  sans gêne aucune ..ils aspirent vraiment au chgt . donc;.un peu désespérante votre conclusion  mais l'histoire se tricote maille après maille ! félicitations  pour
votre courage néanmoins !

Mezetulle 21/11/2014 10:33



Merci de lire la réponse de Jean-Michel Muglioni placée sous le commentaire n° 2.



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.