22 mars 1970 7 22 /03 /mars /1970 00:05

Le théâtre classique et son opéra 

par Catherine Kintzler  (en ligne  1er janvier 2006)            version imprimable PDF 

 
Argument et plan de la leçon du 31 janvier 2006, Paris Cité de la musique  

 

L’opéra apparaît avant tout comme un théâtre accusé et désavoué. Cette accusation, qui est aussi une révélation ou une mise à nu, prend une forme exemplaire dans la France classique, et particulièrement à la lumière des relations entre les deux scènes tragiques, dramatique et lyrique. Probablement parce que la France de cette époque, ayant produit un très grand théâtre, n’a jamais pu se convertir à un opéra livré « clés en mains ». Elle ne s’est pas « mise à l’opéra », elle ne l’a pas adopté : elle n’a consenti à la scène lyrique qu’en produisant son opéra.

Car l’opéra du théâtre classique – l’opéra français merveilleux – c’est bien ce théâtre mis en pièces puis remonté dans une construction tellement impeccable qu’on en est soit effrayé et furieux, soit méchamment amusé. Mais ces deux formes d’aversion reposent sur une même question : et si le théâtre n’était que cela, que cette machine sans faille mais aussi sans profondeur ?

Les rapports entre les deux scènes tragiques de la France classique offrent peut-être le modèle le plus épuré des rapports entre théâtre et opéra. Ils ne se réduisent pas à une simple altérité, ce qui supposerait une pure juxtaposition. Ce qui les oppose en effet ne relève pas d’une extériorité. L’extériorité n’est pas entre les deux, mais elle est perversement introduite au sein même du théâtre par l’opéra. Cette introduction s’effectue au nom et en vertu même du théâtre, en application zélée de ses lois propres : l’opéra rend le théâtre étranger à lui-même en son propre sein. L’opéra exaspère le théâtre : il le met hors de lui.

La conférence illustrée d’exemples musicaux.

Catherine Kintzler, - Théâtre et opéra à l’âge classique. Une familière étrangeté, Paris : Fayard, 2004.
- Poétique de l’opéra français de Corneille à Rousseau, Paris : Minerve, 1991 (actuellement en réimpression, sortie prévue en mars 2006).


Plan du cours


Introduction. Pourquoi haïr l'opéra ?

I - Généalogie et morphologie

I a - Le théâtre, obstacle et moyen
- Singularité de l'opéra français
- Le coup d'éclat de la tragédie lyrique

I b - Une relation structurale en homologie
- Les deux tragédies
- Une esthétique de l'encombrement

II - Nature et place de la violence: ontologisation et cosmologisation

II a - L'ontologie de la violence et le dispositif dramatique
- Enigme poétique technique et énigme morale
- Un théâtre poétiquement correct

II b - La cosmologisation et le vraisemblable
- La violence et le comique : la naturalisation
- Le monde merveilleux et sa vraisemblance
- Une nature élargie par un théâtre déplacé

Conclusion : l'opéra invente le vraisemblable, le théâtre ose l'invraisemblable

Voir sur ce blog l'article d'Anne Boissière sur le livre de CK Théâtre et opéra à l'âge classique, une familière étrangeté (Fayard, 2004) et l'article de Pierre Macherey.

Accueil                                         Sommaire 

Partager cet article

commentaires

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.