27 septembre 1970 7 27 /09 /septembre /1970 18:10

On achève bien l'école de la République
(Sur l'accueil médiatique d'un livre de P. Gumbel)
par Tristan Béal

En ligne le 26 septembre 2010


Le livre de Peter Gumbel On achève bien les écoliers (Grasset), reçoit un écho médiatique important et élogieux : c'est un très bon filon de cogner sur ce qu'on croit être « l'école républicaine ».
Sauf que l'école sur laquelle P. Gumbel s'acharne, c'est précisément celle qu'a produite la sempiternelle réforme depuis 30 ans. Que P. Gumbel et ses thuriféraires se rassurent et qu'ils se renseignent : l'école républicaine, elle, est morte depuis belle lurette, achevée par l'application zélée des recettes dont il se font les hérauts ! Mais pour reconstruire sur le champ de ruines qu'est devenue l'école en France, rien ne vaut les idées de ceux qui l'ont bombardée et incendiée depuis 30 ans ! Vous en reprendrez bien une louche?
C'est avec plaisir que Mezetulle ouvre ses colonnes une fois de plus à Tristan Béal. Cet exorciseur talentueux des démons pédagos réagit aux commentaires qui encensent de toutes parts le livre de P. Gumbel.
Une version de cet article a été publiée le 20 septembre dans UFAL-Infos.


Sommaire

  1. L'école des coiffeurs
  2. L'école des idiots
  3. L'école des médiocres
  4. L'école du passage express
  5. L'école du septentrion


Je pense que nous sommes arrivés à ce point qu'il devient impossible que nous nous entendions, nous et nos contradicteurs. Nous tenons sur une même réalité (l'école) des propos profondément irréductibles. Un peu tels des amoureux proustiens, nous n'envisageons pas l'objet de notre affection « du même côté du mystère ». Néanmoins, même s'il me semble être incapable de convaincre nos interlocuteurs, je tente malgré tout d'écrire deux ou trois choses en réaction à un article paru dans Le Nouvel Observateur, florilège de propos de Peter Gumbel, auteur de On achève bien les écoliers, citations entrelardées de commentaires qui, à la première lecture, ont manqué m'étrangler mais qui, par leur exagération, ont suscité chez moi un rire jaune.


1 - L'école des coiffeurs

Le plus piquant, avant tout, c'est le parallèle établi par P. Gumbel entre un maître (certes de classe préparatoire) et le sergent instructeur de Full Metal Jacket ; notamment la scène où des jeunes recrues ont leur crâne rasé à la tondeuse électrique. Cette référence polémique et sa mise en écho avec ce qui peut arriver dans une salle de classe (c'est-à-dire non pas une violence capillaire mais symbolique, comme le dit la sociologie officielle) m'ont rappelé une lecture de Plutarque en classe de philosophie : Comment écouter ? Dans ce texte antique le cheveu a aussi son importance : de même que, lorsque l'on revient de chez le coiffeur, on se mire dans la glace pour voir ce qui a été coupé et comment, ainsi, à la fin d'un cours, l'élève doit se regarder au miroir de son intériorité et apprécier ce dont la parole éveillante du maître lui a permis de se déprendre.

Mais quelle que soit la référence, cinématographique ou livresque, la violence est bel et bien là : c'est dire que l'on ne peut nier que l'école soit le lieu d'un profond traumatisme, puisque l'école est cette étape lors de laquelle commence le deuil de ce qui est en nous sans nous et à quoi nous tenons malgré nous. Toutefois, cet ébranlement constitutif de l'école n'est pas causé avec insensibilité par le maître. Si celui-ci (r)éveille ses élèves, ce n'est pas pour les choquer (s'il y a choc, c'est comme par accident) mais bien plutôt pour les rendre à eux-mêmes. Socrate ne se comparait-il pas déjà à un poisson torpille ?
Bref, pour le dire peut-être plus durement, dans une salle de classe, ce ne sont pas les écoliers que nous achevons, mais ce qu'ils sont malgré eux et qui les empêche !



2 - L'école des idiots

Soit, mais rétorque alors Ph. Merieu, professeur en sciences de l'éducation, c'est bien là la preuve que l'école est le mouroir de toute subjectivité. Citons le commentaire de notre professeur scrupuleux : « L’éducation en France a toujours insisté sur le développement de la raison – donc la mise sous le boisseau de la subjectivité – en visant une sorte d’idéal unique de culture. Nous en gardons les traces [j'aurais écrit : « les stigmates »].  L’école continue d’imposer sa norme. »

Devant une telle sentence, je crains que nous ne puissions être que dans la posture de Socrate et Calliclès dans le Gorgias, dialogue où ni l'un ni l'autre n'arrive à se convaincre, ni même finalement à s'entretenir. Néanmoins, essayons. Et tentons de dépasser le propos misologique de celui qui pourtant a beaucoup parlé et écrit au sujet de l'école et dont les idées innervent notre institution si défaillante.

La raison, ou faculté de « distinguer le vrai d'avec le faux » (Descartes), est ici parée d'oripeaux plus qu'effrayants. Dans une salle de classe, en effet, la parole rationnelle du maître, parole qui, depuis Socrate notre premier maître, est censée éclairer l'esprit enténébré de l'élève, cette parole est, osons le dire avec notre briseur d'idoles qu'est Ph. Meirieu, une idéologie, et n'est que cela. Accommodée de dehors émancipateurs, la parole faussement éclairante n'est que la voix de son maître, c'est-à-dire du pouvoir (on glisse ici du magister au dominus) : cette parole qui se présente comme libératrice, qui prétend apporter la transparence de soi à soi-même, ne sait même pas qu'elle n'est que l'écho d'une superstructure dont elle s'ignore être la pourvoyeuse de justifications. Le maître dit quelque chose (« Ose savoir ! ») qu'il ne se doute pas dire (« Apprends à penser comme l'on veut que tu penses ! »). Sa parole est castratrice, elle nie l'élève dans sa subjectivité, dans ce qui fait de lui tel élève irréductible à tous les autres. Loin de libérer, la parole du maître enferme.

Sous cette attaque en règle de la raison, « naturellement égale en tous les hommes » (Descartes encore), il y a une sorte d'insondable naïveté (ou de puissante malignité) que l'on pourrait qualifier de spontanéisme, ânerie consistant à croire que tout ce qui est est bon tel quel et ne doit pas être réglé. Si la raison magistrale met sous le boisseau la subjectivité de l'élève, cela signifie que ce qui fait l'idiosyncrasie de l'élève ne peut se développer et donner toute la beauté qui est la sienne.

Mais faisons confiance aux mots. L'élève n'est jamais tant lui-même (ce lui-même d'emprunt) que lorsqu'il dit une idiotie, mot qui vient du grec « idiotès » signifiant « particulier ». Partant, sous prétexte de respecter l'élève comme tel, le maître devrait le laisser dans son idiotie, sa particularité. On voit bien, au contraire de notre adepte de la misopédie, les fâcheuses conséquences d'un tel enseignement : cela reviendrait  à ce que des ânes instruisent des ânes. Heureusement pour nous que les propos de Ph. Meirieu n'ont aucune incidence sur la réalité actuelle de notre école et que celle-ci est tout sauf un lieu de reproduction asinin !

Continuons notre écoute des mots, notamment du mot « élève ». A moins d'être un cuistre consommé et de se dire enseignant à des apprenants, tout maître se présente comme instruisant des élèves. Par là, le tout venant des maîtres affirme que les écoliers qu'il a devant lui ne sont pas entièrement ce qu'ils devraient être : s'ils passent la porte de l'école, c'est qu'il leur faut s'élever vers quelque chose qu'ils ne sont pas encore mais qui est pleinement leur destination. L'école est ce passage de l'ignorance au savoir, elle permet que l'enfant se déprenne de sa particularité, qui lui est imposée et l'asservit, pour accéder à un état où il soit réellement. Autrement dit, la raison scolaire ne nie pas la subjectivité, elle l'accomplit bien plutôt. Rappelons que l'unique souci des pères fondateurs de l'école publique et laïque était que l'on évitât un nouveau 2 Décembre, cette mascarade du suffrage dévoyé. Si nos enfants vont à l'école, ce n'est pas pour y être gardés (jour de grève ou pas) ou pour y être dressés, mais pour qu'ils s'habituent à distinguer le vrai d'avec le faux, à faire usage de cette raison qu'ils ont tous également en dépôt, pour ne pas plus tard faire sottement confiance au premier présidentiable venu. C'est dire que dans une salle de classe il est bel et bien question de vie ou de mort : allons-nous former de futurs citoyens vigilants ou bien allons-nous continuer d'endormir la conscience de nos élèves en les amusant de vains propos ? Il est donc faux de dire que la subjectivité est mise à mal à l'école ; au contraire, dans une école digne de ce nom, la subjectivité doit être cultivée pour se dépasser en intersubjectivité, elle doit constamment être interrogée et malmenée pour qu'elle abandonne tout ce qui la coupe des autres subjectivités et qui empêche que plus tard nos élèves puissent faire peuple, puissent tenir en respect un pouvoir qui n'aura de cesse de vouloir les abuser.

Je ne peux donc croire que Ph. Meirieu pense ce qu'il dit, je ne peux croire qu'il se fasse consciemment le défenseur de la servitude généralisée et ignorante d'elle-même !
[ Haut de la page ]


3 - L'école des médiocres

Passons à présent au commentaire de P. Gonthier, secrétaire général de l’UNSA Education, deuxième organisation syndicale enseignante, commentaire portant sur l'archaïsme de l'école française et sa sclérose : « Peter Gumbel met le doigt là où ça blesse. Il ouvre la boîte noire de la salle de classe. Nos collègues enseignants peuvent prendre ça pour une agression. Pourtant, ils ne sont pas en cause. C’est toute l’école française qui est rétive aux changements. Elle reste profondément élitiste, vouée au classement et à la sélection des meilleurs. » [nous soulignons]

A la lecture de telles phrases, on se sent soudain nietzschéen, avec toute la violence que l'on accole souvent à cet adjectif, et l'on veut hurler avec ce moustachu devenu fou : « Protégeons les forts des faibles ! »
Il faut en effet arrêter, pour la santé morale de notre école, de mettre toujours en avant le cancre, pardon : l'élève en difficulté. Il ne s'agit là ni plus ni moins que d'une mascarade. Bien sûr que l'école en tant qu'école est élitiste, et heureusement. Que je sache, n'importe qui, même un affidé de l’UNSA Education, cherche lui aussi toujours le meilleur : le meilleur boulanger, le meilleur médecin, et même le meilleur enseignant pour ses enfants... Et ce sien meilleur boulanger qui lui prépare de si délicieuses viennoiseries, n'est tel que parce que, à un moment, il s'est dépassé lui-même et a visé l'excellence. Ce parfait boulanger n'est devenu vraiment boulanger qu'en souffrant peut-être, à moins qu'il ne fût naturellement doué ; et par souffrance ici, je ne parle pas de meurtrissures et autres brimades symboliques ou non, mais de ceci qu'il a dû lutter contre lui-même, contre cette paresse native de l'homme qu'il a lui aussi reçue en partage. Il est certain que, lors de son apprentissage, ce boulanger a côtoyé des condisciples qui n'arrivaient pas à préparer de bons croissants et qui donc ont dû abandonner l'idée de devenir un jour boulanger. Et alors ? Sous prétexte qu'il existe des élèves incapables, il faudrait abandonner toute exigence pour les autres ? L'élitisme constitutif de l'école en tant que telle c'est que celle-ci demande à chaque élève de donner le meilleur de lui-même, de s'élever vers un possible lui-même qu'il appartient à lui seul d'atteindre. Et on est loin de cette égalité des chances tant défendue par nos syndicats à la traîne. L'école n'est pas un casino, un lieu de hasard, mais c'est une épreuve, un constant dépassement de soi par soi-même.

Certes, j'entends déjà d'ici les cris d'orfraie des égalitaristes en matière scolaire : mon propos serait à la limite fascisant, méprisant et culpabilisant, puisqu'il ferait du mauvais élève le responsable de son propre échec, et tout ça dans l'unique perspective d'absoudre inconsciemment l'école et la société. Mais qu'il faille protéger les forts (ce que nos bien-pensants hypocrites font sciemment en scolarisant leur progéniture dans le privé ou dans des écoles publiques renommées) cela ne signifie aucunement qu'il faille piétiner les faibles. Si l'on veut réellement avoir souci des faibles, eh bien ! donnons-leur le meilleur, non seulement des maîtres volontaires mais aussi un cadre d'enseignement agréable (et oui, pourquoi pas des internats loin de la grisaille et de la barbarie ambiantes ?), poussons-les à la limite d'eux-mêmes (ce que l'on accepte pour tout musicien ou tout sportif) et faisons le pari que chacun ainsi trouvera sa vraie excellence. Parce que, de fait, où est le mépris ? Ne se trouve-t-il pas du côté de ces faux démocrates, ces démagogues qui font miroiter à une jeunesse qui n'en peut mais des études à n'en plus finir dans le seul but (bien celé) de leur éviter de gonfler les files d'attente dans les couloirs de Pôle Emploi ? Entre un analphabète bac +5 qui pense que Socrate est un joueur de football brésilien et un apprenti qui excelle dans son art, lequel est le plus heureux ? Lequel des deux est-il le plus accompli ?
Défendons donc un enseignement technique et professionnel de qualité, donnons à chacun la possibilité de s'épanouir et intellectuellement et réellement, et alors oui on aura alors souci des prétendus faibles, qui du coup ne le seront plus, qui pourront être plombier ou boulanger mais aussi et surtout citoyen, parce que, outre de les avoir formés à un métier qu'ils maîtrisent, on leur aura appris à faire la différence entre le vrai et le faux.
[ Haut de la page ]


4 - L'école du passage express

Le florilège de cet article du Nouvel Observateur cite aussi quelques phrases de P. Gumbel sur la notation et le redoublement.

Or, ou bien on voit dans la note une stigmatisation infamante venant clore un contrôle des plus roublards concocté par un professeur sadique, ou bien on y voit une façon (certes imparfaite et parfois blessante) pour l'élève de savoir ce qu'il vaut (et non ce qu'il est) à un moment donné et ce que ses condisciples sont capables de faire – et du coup lui aussi. Certes, des études sérieuses montrent que dans tout contrôle il y a des questions basiques, d'autres plus difficiles et enfin certaines questions pièges, et qu'il faudrait au contraire ne noter que ce que l'élève sait et non ce qu'il ne sait pas. Ce qui me rappelle une anecdote : celle d'un inspecteur tentant lors d'une de mes inspections de me prouver qu'un analphabète de mes élèves étaient bon en dictée pour peu que j'acceptasse non pas de ne prêter attention qu'à ses dix fautes par ligne mais aux deux ou trois sons correctement retranscrits ! Il faut au contraire toujours en revenir à cette idée d'écart, de distance de soi à soi-même : la note pointe ce décalage entre ce que je sais et ce que je suis censé savoir et qu'il ne dépend que de moi de savoir (pour peu que toutes les conditions extérieures à un enseignement serein soient remplies). Parfois, il est vrai, le chemin qu'il reste à parcourir est à ce point long et ardu qu'il décourage avant même de se mettre en route. Certes, mais arrêtons aussi de croire que tous nos élèves sont déjà dépressifs et incapables de supporter la moindre frustration et de la dépasser.

Ou qu'ils ne peuvent être rien d'autre que des vaniteux ; car cette « peur de se tromper » que décèle P. Gumbel chez nos élèves et qui, selon lui, est dirimante pour leurs notes, cette maladive propension à être des taiseux et à ne pas oser se dire, cela peut être compris tout à fait autrement qu'une conséquence de notre « système où les enfants ont été conditionnés à "la fermer" plutôt qu'à exprimer ce qu'ils pensent ». Cette peur éprouvée n'est pas accidentelle, elle n'est pas comme l'épiphénomène d'une pédagogie promouvant « l’effacement de soi, le conformisme et l’obéissance aveugle ». Bien plutôt, elle est la preuve que l'enseignement n'est pas suffisamment radical et émancipateur, elle est la preuve que l'élève n'a pas éprouvé l'atmosphère paisible d'une vraie salle de classe ni saisi la relation qui le lie tant à lui-même qu'au maître. La salle de classe est ce lieu de loisir où l'erreur ne coûte rien, où même elle doit être encouragée : car ne peut comprendre que l'élève qui dépasse ce qu'il tenait pour vrai et qui s'est révélé faux à ses yeux décillés. Si donc tant d'élèves refusent de parler, ne serait-ce que pour proférer ce qui peut s'annoncer n'être qu'une idiotie, c'est qu'ils refusent le pacte d'apprendre que leur propose le maître (ou c'est qu'ils ont affaire à un maître qui n'en a que le nom). Donc, s'autoriser de cette réelle peur pour demander que l'enseignement soit moins ébranlant, c'est ne rien comprendre à la relation entre l'élève et le savoir. Oui, je peux paraître idiot ; oui, mon amour propre peut être écorné ; mais si c'est le souci du paraître qui l'emporte, alors cela signifie que je ne suis toujours pas prêt à n'avoir soin que de ma seule intériorité, cela signifie que je suis esclave et ne veux me voir qu'à travers le regard des autres. Bref, cela signifie que l'école n'est pas assez ferme, et non pas qu'il faille lénifier l'enseignement traumatisant qui doit y être professé au moyen d'une pédagogie molle « du sens de l’initiative et de la curiosité intellectuelle » peut-être impropre à aider l'élève à se défaire d'un lui-même d'apparat trop pesant.

La critique du redoublement est de la même farine, du reste : elle s'autorise d'une certaine réalité (l'inefficacité, avérée ou pas, de la plupart des redoublements) pour en rabattre sur les principes ; car la mystique d'une scolarité sans à-coup revient à défendre une pédagogie du château de sable. Si enseigner c'est enseigner selon l'ordre des raisons, pour peu que vous ne maîtrisiez pas le fondamental, tout ce que vous construirez par la suite croulera assez vite. Le redoublement est donc utile en cela seulement qu'il permet à l'élève de mieux maîtriser ce dont il a besoin pour apprendre de nouvelles choses. Si maintenant on pense au contraire que pour continuer son chemin il n'est pas nécessaire d'avoir même commencé son trajet, qu'une promenade peut se commencer n'importe où et même omettre certains chemins, alors pourquoi pas ? Mais à ce moment-là, c'est que l'on a abandonné toute idée d'enseignement capable de rendre raison de lui-même, c'est que l'on défend, bien malgré soi il est vrai,  un enseignement de « l’effacement de soi, [du] conformisme et [de] l’obéissance aveugle ».
[ Haut de la page ]


5 - L'école du septentrion

Lorsqu'il vient à parler des classes préparatoires, P. Gumbel évoque ce qu'il appellerait, s'il était « cynique », le syndrome de Stockholm dont souffrent les anciens élèves de ces classes, « processus […] au cours duquel les otages en viennent à s'identifier à leurs ravisseurs ».

Derrière cette évocation encore une fois polémique, je n'en doute pas, se montre, à mon sens, le véritable visage de cet iconoclaste pédagogique, visage indéniablement despotique ; car une telle référence au syndrome de Stockholm signifie que celui qui parle en faveur des classes préparatoires et du type d'enseignement qui y est dispensé, ce louangeur ne dit pas librement et consciemment ce qu'il dit. On assiste donc ici, de la part de P. Gumbel, à une lecture de type symptomal de tout propos tenu par d'anciens khâgneux ou autres. Peu importe, autrement dit, l'objet de ce discours et la possible adéquation de celui-ci avec le dit objet, ce qui importe c'est qui parle et l'indécelé de cette louange sans discernement.

Où l'on retrouve un déni de l'argument cartésien du malin génie. Une certaine sociologie officielle qui affirme que l'on ne saurait sortir des représentations sociales qui nous pénètrent,ce sociologisme est à lui-même sa propre réfutation. Le sociologue soi-disant éclairé ne peut tenir un pareil discours critique que parce qu'il s'est exhaussé de la parole phagocytée que les autres profèrent sans s'en rendre compte. Ce que P. Bourdieu reconnaissait malicieusement quand il disait qu'en lui la société ne parlait pas vu qu'il était sociologue ! Par conséquent, en évoquant ce syndrome, P. Gumbel, qui est cynique quoi qu'il en ait, nous interdit de parler : il nous renvoie sans autre forme de procès à ce que nous avons été (d'anciens élèves de classes préparatoires) pour rendre notre propos aussitôt vain. Ce qui n'est pas pour faciliter le dialogue... N'est-ce pas là, du reste, se montrer quelque peu inconséquent quand on se présente comme le chantre d'une école apaisée et bienheureuse ?
Enfin, pour ce qui est du modèle finlandais dont un panégyrique clôt ce florilège, je ne sais qu'en dire, ne connaissant de la Finlande que ce qu'en montrent les films plus que pessimistes d'Aki Kaurismäki...

  [ Haut de la page ]

© Tristan Béal, UFAL-Infos et Mezetulle, 2010

[Lire les autres articles de T. Béal sur ce blog] 

 

Peter Gumbel lui-même a tenu à réagir à cet article : lire son commentaire du 29 septembre et la réponse de T. Béal du 2 octobre


Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Tristan Béal 18/10/2010 21:54



A lire sur le site internet du Monde aujourd'hui.


Bruno Julliard, secrétaire à l'éducation du parti socialiste :


1° Sur les notes : « De la même manière que nous souhaitons accorder une priorité aux innovations pédagogiques, nous pensons que les modalités d'évaluation des élèves sont aujourd'hui
obsolètes.


Les notations telles qu'elles existent aujourd'hui favorisent les élèves en situation de réussite, mais stigmatisent les élèves en difficulté. C'est la raison pour laquelle il faut, par exemple,
conjuguer une évaluation des savoirs, mais aussi des compétences, des progrès et des acquis. »


2° Sur le redoublement : « La suppression du redoublement ne se décrète pas. Il est un objectif pour nous pour plusieurs raisons.


Tout démontre qu'il n'est pas facteur de réussite pour les élèves qui redoublent, et il fait figure d'exception en comparaison aux systèmes éducatifs d'autres pays.


Par ailleurs, le redoublement coûte cher pour des bénéfices quasi inexistants. Le redoublement ne doit donc concerner que des élèves pour lesquels il peut être bénéfique. Je pense par exemple aux
élèves qui ont eu une rupture dans leur année scolaire pour des raisons bien particulières – maladie ou autre.


Pour la masse des élèves à qui l'on propose le redoublement, d'autres solutions sont possibles. Il faut mettre l'accent sur l'accompagnement individualisé, le suivi pédagogique, et l'adaptation
de leur parcours à leurs difficultés.


Pour cela, nous devrons relancer la politique des cycles qui permettent que des jeunes progressent selon leurs besoins et leur propre rythme.


Les redoublements seront donc proscrits lorsque le système éducatif réformé aura permis que des solutions soient apportées à tous sans passer par ce qui apparaît aujourd'hui, comme une sanction
et une situation d'échec. »


De là à dire que, en ce qui concerne l'école, le parti socialiste continue de trahir...



Catherine Kintzler 11/10/2010 14:58



Commentaire du commentaire précédent. Il s'agit de l'émission du 17 septembre sur la 5. Malheureusement, on ne peut plus voir la vidéo. Mais on peut lire le récent livre de Jean-Paul Brighelli
Tireurs d'élite (Plon).


Jean-Paul, je suis entièrement d'accord avec votre analyse politique : l'alliance des néo-libéraux et du "libertarisme pédagogique" ne date pas d'aujourd'hui, Jean-Claude Milner la dénonçait déjà
dans son De l'école de 1984, qui a été republié il y a tout juste un an.


J'apporte juste un petit bémol au sujet des Girondins. Condorcet, dont la théorie de l'instruction publique est aux antipodes de tout ce que nous appelons "pédagogisme", fut catalogué
"girondin".... Et parmi les Montagnards, inversement, il y eut nombre de partisans d'une école "ouverte sur la rue", vouée entièrement à l'utilité sociale et bornée par elle - à commencer par
Robespierre (dont Condorcet disait "c'est un prêtre") et qui a présenté le terrifiant Plan d'éducation nationale préparé  par Le Peletier... La question de l'instruction clivait profondément
chaque courant politique - et cela n'a guère changé.



Jean-Paul Brighelli 09/10/2010 17:47



J'ai "affronté" Peter Gumbel dans un Café Picouly, pour la 5, à la mi-septembre.


Ce type est d'une suffisance imposante, mais surtout, il est absolument persuadé d'avoir raison. Il y a du missionnaire chez cet illuminé. Il a le sourire permanent de ceux qui défendent une
cause. 
Ce n'est pas fortuit : les dérives pédagogistes, depuis les années 1960, sont le fait de véritables croyants. Une preuve parmi d'autres : le collège unique est un échec avéré, un récent rapport
du HCE le redit encore, et nos croyants (Zakhartchouk, par exemple) explique que cet échec vient du fait que l'"unicité n'est pas encore réalisé. Marchez, disent les Moïse des sciences de
l'éducation, la terre promise est plus loin.


Professeur de classes préparatoires, comme je l'explique dans mon dernier livre (Tireurs d'élites, chez Plon), ancien élève de l'ENS Saint-Cloud, je suis sans doute victime moi aussi du syndrome
de Stockholm…


Mais toute polémique mise à part, le vrai débat désormais est entre ces pseudo-démocrates et la vraie république, mise à mal par l'association (qui n'a rien d'anti-naturel) entre les libéraux pur
jus du pouvoir et les libertaires fous qui se sont faits leurs complices objectifs. Moins de postes pour les uns, moins de contenus disciplinaires pour les autres. Des enseignants polyvalents
pour les premiers. De gentils animateurs pour les seconds. TF1 d'un côté, le Nouvel Obs de l'autre. On peut développer fort loin le parallèle.
Et c'est bien la raison de leur succès. La raison aussi du battage médiatique (à qui appartiennent, ou qui contrôle les médias, rappelez-moi…) autour du livre de Gumbel, qui va complètement dans
le sens d'un appauvrissement de l'Ecole de la République — parce qu'ils ne veulent pas de la République, ni les uns, ni les autres. Les pédagogistes sont girondins — et ils ont une revanche à
prendre sur l'exécution de Brissot — ou de Barnave, et autres apôtres de la démocratisation intégrale, dans des établissements autonomes, des régions autonomes, d'où l'autorité de l'Etat aura été
chassée.
À terme, ce sera le chèque-éducation et le chacun-pour-soi. 



Marie Perret 03/10/2010 18:54



Chère Mezetulle,


Je souhaiterais apporter une précision à l'allusion que fait Tristan Béal dans le dernier paragraphe de son commentaire : le pays du septentrion qui a remis au goût du jour la notation est la
Suède, où il est actuellement question de noter les élèves dès la cinquième ou la sixième (il faut savoir qu'actuellement, ils ne sont notés qu'à partir de la troisième). Mais il y a pire : le
ministre de l'éducation nationale veut créer des classes d'élite au collège et au lycée ! Notation, élite, sanction : autant de très vilains mots qui ne sont plus tabous, désormais, dans la
langue suédoise... Lire ce bulletin
électronique de l'ambassade de France en Suède. Les temps sont durs pour les pédagogistes français : la disparition des IUFM les privait déjà de leur lieu naturel, et voilà qu'ils vont perdre
maintenant leur Jardin d'Arcadie.



Gaspard Cresp 02/10/2010 02:23



Enfin un propos vrai et raisonné sur un sujet, comme bien d'autres, souvent cantonné à des raccourcis falacieux, réducteurs et anti-républicains, voire anti-humanistes!


 


Merci Monsieur Béal pour cette approche symbolique et tellement ancrée dans le vrai : il est bon de rappeler certaines principes dans leurs fondements qui sont toujours valables parce que pensés
comme perennes, n'en déplaisent aux détracteurs qui ne font que le jeu de nos élus....


Quelle(s) inquiétude(s) pourrait-on de fait évoquer quant à notre avenir politique national lorsque des "tribunes" éditoriales sont ainsi accordées à des pourfendeurs du vent?


 


Vive la Sociale!


 


xxx



Tristan Béal 02/10/2010 14:05



Réponse de Tristan Béal reçue par Mezetulle.


*******


 


Il est vrai que parfois nous pourrions être tentés de rêver d'un monde où tous partageraient notre point de vue ; quand l'école vous tient à cœur et que pour vous s'y joue d'une certaine
façon l'humanité de l'homme et sa citoyenneté, il est vrai aussi que nous nous prenons à penser qu'il serait bien de mettre à la censure certains esprits délétères. Néanmoins, si jamais de telles
pensées nous effleurent, il faut aussitôt nous en défaire. Alain disait que « tout homme pense catholiquement, ce qui veut dire universellement ; et persécute s’il ne peut convertir ».
Laissons dire ceux que nous tenons pour des contempteurs de la chose scolaire, vu qu'il nous est tout à fait loisible de pointer à l'envi leur arrogante vanité.



Hussard Noir 30/09/2010 15:32



Bravo encore Tristant Béal pour cet article vivifiant ! Le combat contre ces démagogues s'avère effectivement quasi impossible.


Comme beaucoup d'autres pages internet et de bouquins que je me suis tapés consciencieusement, on a avec Gumble un exemple du syndrome de l'anti-intellectualisme qui se marche sur les pieds en
plus d'être intrinsèquement absurde quand on l'a bien compris.

Pourquoi ? Notamment, parce que l'EN, l'IUFM, etc. promeuvent précisément en France cette idéologie anti-intellectualiste depuis déjà 30 ans au moins, comme le dit Béal.

Bourdieu a été le premier à dénoncer (en 1964 puis en 1970) ce que Gumble dénonce mal et de manière anachronique. Les thèses de Bourdieu, radicales et violentes, mais aussi argumentées et très
profondes sur le système scolaire et ses présupposés, ont été en France la Bible des éducateurs et des théoriciens de l'éducation, ainsi que des ministères et des administrations de l'EN depuis
le début des années 1970. Cela a donné ce que nous connaissons si bien : les IUFM, l'inflation des droits des élèves au dépend de ses devoirs et des droits mêmes du prof, etc.

Gumble n'apporte donc absolument RIEN. On savait déjà tout ça. Tout ce qu'il apporte, c'est une comparaison par dessus la jambe avec le système anglo-saxon... où, comme pourtant tout le monde le
sait, les élèves sont encore plus nuls que chez nous. Une école pour imbéciles heureux, en somme, contre une école entre trop "intellectuelle" et magistrale en France.

Quant à la Finlande, ils paient les professeurs très chers, ils sont très sélectivement recrutés et le pays bénéficie d'une homogénéité ethnique et sociale unique. Très difficilement comparable
donc. Un détail insignifiant : Finlande : 5 millions d'habitants / France : 65 millions.... Qu'on ne se fiche pas de nous !


 


Hussard Noir -


http://sites.google.com/site/ecolerepublicaine/home



Peter Gumbel 29/09/2010 07:07



Je suis l'auteur de ce livre et je vous remercie de votre intérêt. Je ne m'attends pas à ce que tout le monde soit d'accord avec mes conclusions. Ceci dit, je suis un peu étonné de constater que
le monsieur qui a écrit cet article n'a pas lu mon livre, mais uniquement quelques extraits courts. C'est un petit livre de 170 pages, et je vous invite donc à le lire entièrement avant de
commenter. Have a nice day! Peter Gumbel



Tristan Béal 02/10/2010 11:49



Réponse de Tristan Béal reçue par Mezetulle.


**********


 


Monsieur,

Sachez tout d'abord que c'est un bel honneur que vous me faites en prêtant attention à cet article : je ne pensais pas que son intérêt serait tel qu'il se trouverait porté à votre connaissance.



En outre, je tenais à vous remercier, vous-même ainsi que C. Kintzler, de votre double conseil de lecture : le week-end s'annonçant pluvieux, je pourrai le passer à lire un roman de Paasilinna,
grinçant et pas tellement optimiste, ai-je compris, ainsi que votre salutaire essai !


 


Voyons à présent quelle est la teneur de votre commentaire, que je ne réduis pas seulement à une exhortation à acheter votre « petit livre ».
Derrière vos lignes et votre reproche de ne vous avoir pas lu in extenso, je devine une sorte de déception : si j'avais bel et bien lu votre livre, peut-être que mon propos aurait
été autre et que j'aurais pu me trouver en accord avec vous, sur quelques points du moins.




Entre parenthèses, j'ai toujours présenté cet article comme étant avant tout une réaction à l'article du Nouvel Observateur, plus précisément
aux commentaires qui émaillent les larges citations de votre livre. Je ne tenais pas en effet à me montrer aussi ridicule que ceux qui avaient voué aux gémonies le livre de Sylvain
Gouguenheim sans même l'avoir lu et qui, une fois leur félonie découverte, avaient demandé que la maison d'édition leur envoie le livre ainsi cloué au pilori par leurs soins assassins !




Revenons à cet article du Nouvel Observateur. Lequel ne se présente pas comme une recension de votre livre (comme on peut lire sur le site de Mezetulle la recension faite par F. Dupin du livre Qu'est-ce que la laïcité ?). Il s'y agissait plutôt de susciter chez le lecteur le désir d'acheter votre livre en en présentant
des extraits jugés forts, extraits que l'on faisait suivre de commentaires abondant dans votre sens (sauf la réaction de Daniel Robin, co-secrétaire national du SNES, reconnaissant votre
exagération sur le manque de liberté des professeurs).




Je m'imagine être l'auteur d'un livre s'annonçant être sous peu un best-seller vu le battage médiatique l'entourant. Je m'imagine que Le Nouvel Observateur publie un article du
même acabit sur mon bouquin en convoquant force esprits critiques pour en commenter quelques extraits virulents. Si par aventure je jugeais que les extraits retenus trahissent la totalité de mon
ouvrage et que les commentateurs ont distordu mon propos, je me sentirais alors dans l'obligation d'adresser au journal une sorte de droit de réponse dans lequel j'exprimerais mon chagrin d'avoir
été pareillement utilisé dans une querelle à laquelle je voulais surtout ne pas prendre part.




A ma connaissance, vous n'avez pas démenti ce florilège du Nouvel Observateur ; vous n'avez pas davantage précisé quelles sont les mauvaises interprétations, quelles sont les
fausses attributions et les déformations qui pourraient y figurer ; vous n'avez pas non plus expliqué en quoi, même authentiques, les citations, du fait même de leur découpage, pourraient
trahir l'ensemble de votre propos. Or c'est ce que fait tout auteur lorsqu'il se sent trahi.




Ainsi, si vous lisez la correspondance de Descartes (à mon tour de vous inciter à une lecture, et brève qui plus est), notamment la lettre numérotée CXIII dans l'édition Adam Tannery et datée de
mars 1638 sans précision de destinataire (lettre également connue sous l'appellation "Lettre à Reneri pour Pollot"), vous saisirez qu'un véritable auteur sait ce qu'il dit et n'écrit pas au
hasard.




Le contexte est celui de la morale par provision que Descartes s'est donnée dans la troisième partie du Discours de la méthode, précisément ici la deuxième maxime de cette morale :
« être le plus ferme et le plus résolu en mes actions que je pourrais, et [...] ne suivre pas moins constamment les opinions les plus douteuses lorsque je m'y serais une fois déterminé, que
si elles eussent été très assurées ». Une lecture rapide pourrait nous faire croire que Descartes, sous prétexte de nous délivrer de l'irrésolution, « les actions de la vie ne souffrant
souvent aucun délai », nous pousse bien plutôt dans l'opiniâtreté et l'obstination. Or, dans la lettre dont je vous parle, afin de dissiper cette ambiguïté au sujet de l'expression
« suivre les opinions les plus douteuses », Descartes précise ceci : « Mais j'ai dit tout autre chose, à savoir qu'il faut être résolu en ses actions, lors même qu'on demeure
irrésolu en ses jugements (voyez page 24, ligne 8), et ne suivre pas moins constamment les opinions les plus douteuses, c'est-à-dire n'agir pas moins constamment suivant les opinions qu'on juge
douteuses, lorsqu'on s'y est une fois déterminé, c'est-à-dire lorsqu'on a considéré qu'il n'y en a point d'autres qu'on juge meilleures ou plus certaines, que si on connaissait que celles-là
fussent les meilleures, comme en effet elles le sont sous cette condition (voyez page 26, ligne 15) ».


 


Remarquez, M. Gumbel, combien Descartes est ici précis et renvoie à la lettre même de son texte (à la ligne près), combien il use de « c'est-à-dire » pour clarifier le plus possible ce
qu'il pense et se rendre ainsi parfaitement intelligible à son contradicteur, dont Descartes dit de lui : « je tiendrai toujours à faveur quand des personnes comme lui voudront me faire
l'honneur de me consulter sur mes écrits ».




Par conséquent, je ne peux que vous inviter à prendre exemple sur Descartes et vous fendre d'une lettre au Nouvel Observateur pour qu'elle soit transmise à vos thuriféraires
auto-proclamés et ainsi, j'en suis persuadé, toute équivoque sera levée sur cette « mortalité scolaire » à laquelle vous comparez le redoublement (voir le sous-titre à la page 50 de
votre livre), ou bien sur la manière dont il nous faut entendre que nos élèves sont « terrifiés à l'idée de faire des erreurs » (voir le sous-titre à la page 30), ou bien encore sur la
manière dont il nous faut comprendre l'adverbe « relativement » à la ligne 11 de la page 27 : « Les séries de questions les plus éloquentes [de la première étude PISA en 2000]
sont celles qui se concentrent sur l'encouragement de la part des enseignants ressenti par les élèves. Dans la plupart des pays, une majorité a donné des réponses fortement positives : oui,
ils ont reçu un grand soutien, et ce, de manière fréquente. La France fait, elle, figure d'exception. Les élèves se sentent relativement abandonnés ».




Une dernière chose : on vient de me faire savoir que certaines écoles du septentrion (la Suède ou la Finlande, je ne sais) avaient remis la notation au goût du jour, jugeant que les élèves
avaient pris trop leur aise et n'arrivaient plus réellement à se défaire de leur paresse native. L'enfer est pavé de bonnes intentions...




Catherine Kintzler 26/09/2010 19:25



Pour parfaire votre connaissance de la Finlande contemporaine, je vous propose aussi la lecture des romans de Arto Paasilinna, très grinçants et pas tellement optimistes non plus...



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.