29 octobre 1970 4 29 /10 /octobre /1970 19:00

Pourquoi craindre une religion d'Etat ?
par Catherine Kintzler

 En ligne le 29 octobre 2011

 

Devant le résultat des élections tunisiennes, la tentation est grande chez bien des militants laïques de se livrer à la lamentation, les yeux rivés sur une laïcité pleine et entière qu'ils prescriraient volontiers aux peuples actuellement engagés dans un processus de libération. Comme si un régime laïque de plein statut pouvait succéder immédiatement sans remous, sans combats, au renversement d'une dictature. 
« Mais une religion d'Etat risque de s'installer !» entend-on, « et cela n'est pas un progrès ». C'est  oublier que la religion d'Etat existait déjà sous Ben Ali, et que c'est un progrès d'avoir réussi à faire tomber une dictature et d'avoir élu paisiblement une Constituante. C'est oublier aussi que la France n'est pas passée directement, sans combats, sans remous, d'un régime absolutiste à un régime laïque et que les libertés et les droits fondamentaux n'ont pas tous surgi brusquement en 1905 ! Et c'est oublier que nous sommes entourés de pays où existe une religion d'Etat, sans que personne, y compris parmi les militants laïques, songe à se lamenter sur le sort de leurs citoyens. Alors faut-il avoir peur d'une religion d'Etat ? Ou plutôt : pourquoi et à quelles conditions faut-il la craindre?

 

Nous sommes entourés de pays où existe une religion d'Etat, et où cependant la liberté de pensée s'exerce, par exemple le Royaume-Uni où la notion de blasphème n'a été abolie qu'en 2008. Le blasphème est un délit en Irlande, en Allemagne, en Espagne, entre autres. En Grèce la religion orthodoxe a le statut de « religion dominante » et est largement subventionnée. En Norvège, la constitution érige la religion évangélique luthérienne en religion officielle (art. 2) et introduit explicitement un quota religieux dans la composition du conseil des ministres : plus de la moitié en effet doivent professer la religion d'Etat (art. 12). 

Ainsi, l'existence d'une religion d'Etat, au sens formel du terme, ne permet pas de dire qu'on a affaire ou non à un régime respectueux des libertés et des droits fondamentaux. Il faut pour cela s'interroger sur la place et les pouvoirs qui sont accordés à la dimension religieuse. Un régime de religion d'Etat est contraire à la liberté de pensée et d'expression lorsque cette religion est imposée aux citoyens. Il est contraire à l'exercice des droits en général lorsque cette religion ne se contente pas de s'imposer sous forme de culte, mais inspire directement la loi. Remarquons aussi, il faut le souligner, qu'il en va de même pour un athéisme d'Etat.


Les avantages d'un régime laïque

Mais alors, à partir de cette remarque, il nous faut affronter une autre difficulté car cette fois le trouble conceptuel bascule de l'autre côté : si les droits et les libertés fondamentaux sont compatibles avec une religion d'Etat, à quoi bon un régime de laïcité et en quoi peut-il être plus intéressant, en quoi est-il plus favorable à la liberté ? Cela nous oblige à remonter à la question des distinctions entre régime tolérant et régime laïque (1).


Il y a de grandes différences entre un régime laïque et un régime de religion d'Etat tolérant. Dans un régime laïque, la référence religieuse est superflue, impertinente pour construire la cité : le lien religieux et le lien politique sont totalement disjoints. La liberté des cultes s'inscrit dans le cadre de la liberté de conscience qui est beaucoup plus large. Autrement dit, le régime laïque est indifférent à la question de la religion et de l'athéisme, il est minimaliste. 

Il s'ensuit une notable différence au niveau de la considération des personnes : dans un régime de simple tolérance comme ceux que j'ai cités, le fait d'avoir une religion est une norme sociale couramment admise – les incroyants y sont tolérés, mais leur statut moral est déprécié, même s'ils n'essuient dans les faits aucune persécution. L'article 2 de la Constitution norvégienne est un bon exemple : « Tous les habitants du royaume jouissent du droit d'exercer librement leur religion. La religion évangélique luthérienne demeure la religion officielle de l'État. Les habitants qui la professent sont tenus d'y élever leurs enfants ». Je ne pense pas que les incroyants soient persécutés en Norvège. Pourtant cet article dit que chacun a une religion, quelle qu'elle soit : l'incroyance sort de son champ de vision. Seule la liberté des cultes y est affirmée, et non la liberté de conscience. De plus il assujettit les enfants à la religion des parents lorsqu'ils sont luthériens : on raisonne ici en termes d'appartenance. 


Le cœur philosophique de la différence entre régime de tolérance et régime de laïcité n'est pas la séparation des églises et de l'Etat : c'est l'abandon de la référence religieuse pour penser le lien politique et l'affirmation explicite de la liberté de conscience à un niveau plus général que celui de la liberté des cultes. Le cœur politique de la différence entre ces deux régimes est la question de l’accès des communautés en tant que telles à l’autorité politique, celle de leur reconnaissance comme agent politique de plein statut. 

Le régime de laïcité accorde des droits étendus à toutes les communautés, pourvu que cela ne contrarie pas le droit commun, notamment dans le cadre du droit des associations. Mais ces droits sont civils : aucune communauté en tant que telle ne peut se voir reconnaître un statut politique. La souveraineté réside dans les citoyens et leurs représentants élus, et les droits sont les mêmes pour tous. On ne peut pas imaginer, par exemple, que le pouvoir législatif ou exécutif soit distribué selon un quota communautaire. On ne peut pas imaginer que des représentants ès qualités des communautés siègent dans des instances législatives ou exécutives – ce qui ne les empêche nullement d’entrer dans le débat politique pour faire valoir leur point de vue. On ne peut pas imaginer que des citoyens doivent passer par des porte-parole d'une communauté pour faire valoir leurs droits. Aucune communauté en tant que telle n’est admise à dicter sa loi sur aucune portion du territoire, sur aucune portion des personnes qui y vivent. 

 


Les conditions de fonctionnement et les limites d'un régime de tolérance face aux prétentions hégémoniques

On fera remarquer cependant que, en régime de tolérance, le droit de l’individu est préservé, même si les communautés jouissent d’une reconnaissance politique. Il faut alors examiner quelles sont les conditions de fonctionnement d'un régime de tolérance lui permettant de protéger les droits des individus, quelle que soit leur prétendue « appartenance ».


Cela ne fonctionne qu’à condition qu’existe un consensus dans lequel les communautés acceptent de ne pas imposer leur loi comme exclusive et de laisser leurs prétendus membres libres de dire et de faire ce qui est réprouvé par la communauté mais permis par la loi – par exemple libres de quitter la communauté sans essuyer de représailles, libres d'aimer et d'épouser qui bon leur semble. Cela ne fonctionne que si elles acceptent que la critique puisse se déployer, que si elles ne présentent pas leur pouvoir spirituel sous la catégorie de « vérité » et si elles renoncent à un pouvoir temporel réel sur les personnes qu'elles considèrent comme faisant partie de la communauté.


On voit bien alors qu'un dogmatisme intégriste – qui n'entend renoncer à aucune des dimensions que je viens d'évoquer - n’est pas soluble dans la tolérance, laquelle se trouve alors démunie, désarmée. Et s'il jouit de la position de religion d'Etat, il installe une tyrannie. Si une religion dominante veut s'imposer comme hégémonique et sortir du domaine de la référence « spirituelle », alors la tolérance ne suffit pas pour maintenir les droits et les libertés. De ce point de vue, le régime de laïcité est mieux armé contre des prétentions hégémoniques parce qu’il monte la défense un cran plus haut que le régime de tolérance qui compte sur la bonne volonté des communautés. Le régime de laïcité ne propose à aucun groupe l'accès à l'autorité politique, il n’en sacralise aucun ; il impose d’emblée cette amputation à toutes les communautés. Non seulement il ne favorise aucune religion – toutes jouissant le la liberté des cultes – mais encore il est indifférent à toute référence religieuse même générale. C'est cette fermeté qui rend le régime laïque beaucoup plus sûr face à un courant hégémonique qui n'entend renoncer à aucun pouvoir. La France a longtemps connu une telle situation et l'invention de la laïcité lui est historiquement liée.


L'existence d'une religion d'Etat n'est pas, par elle-même, un motif de frayeur et de lamentation. Car elle peut se décliner sous régime de tolérance et n'est pas nécessairement contraire à la démocratie et aux libertés – c'est ce qui a été exposé par Locke au XVIIe siècle. Un tel régime repose en général sur un consensus culturel et religieux large ; mais son fonctionnement suppose aussi un consensus politique dans lequel la religion officielle renonce à s'imposer à tous, et renonce à s'ériger en pouvoir civil , dans lequel elle accepte de se présenter seulement comme une référence morale et spirituelle non contraignante

 

Tolérance, laïcité et vigilance

Ainsi un régime tolérant avec religion d'Etat s'opposera à la laïcité sur un point – à vrai dire fondamental : il présente la référence religieuse comme nécessaire à la constitution du lien qui unit les citoyens et la brandit comme un élément de cohésion – cette cohésion pouvant aller jusqu'à déprécier le statut moral des incroyants. Mais s'il s'interdit de faire de cette référence autre chose qu'une simple « valeur » consensuelle, s'il ne l'érige pas en obligation cultuelle, et s'il ne s'en inspire pas pour régler la législation, il n'installe pas une tyrannie, mais seulement une bienpensance : le critère est qu'on puisse s'en détourner publiquement - par exemple en affichant et en publiant des opinions contraires à cette bienpensance (2) - sans risquer sa sécurité, sa liberté ou ses biens. Cela suppose une législation indépendante des pouvoirs et des dogmes religieux, et la vigilance des citoyens attentifs aux droits des individus.  


En Tunisie comme ailleurs, cette vigilance appartient aux citoyens. Qu'ils l'exercent ! Ils peuvent le faire sans disjoindre totalement le politique d'une référence spirituelle à un lien religieux – comme l'ont fait les pays démocratiques qui ont conservé une religion d'Etat – et sans avoir à subir les lamentations désapprobatrices et prescriptrices fort décourageantes de ceux qui oublient que le régime de laïcité suppose un rapport encore plus minimaliste au politique, et qu'il ne s'installe qu'au prix de longs combats.

  Haut de la page ]

© Catherine Kintzler, 2011


Notes   [cliquer ici pour fermer la fenêtre et revenir à l'appel de note]

  1. Je me permets de renvoyer à mon livre Qu'est-ce que la laïcité ? (Vrin, 2008). On trouvera également un exposé de ces différences dans l'article Secularism and French politics et dans l'article La laïcité: partir de zéro.
  2. On peut penser par exemple à l'affaire des caricatures de Mahomet au Danemark, au film de Martin Scorcese La Dernière tentation du Christ ou plus récemment à la pièce de Romeo Castellucci présentée au Théâtre de la Ville à Paris.
    [Edit du 2 novembre 2011] Il faut bien sûr ajouter l'hebdomadaire Charlie Hebdo dont les locaux ont été entièrement détruits par un incendie dans la nuit du 1er au 2 novembre et dont le site internet a été piraté à la suite de l'annonce d'un numéro intitulé "Charia Hebdo". 

[cliquer ici pour fermer la fenêtre et revenir à l'appel de note]
Haut de la page ]

Accueil                     Sommaire

Partager cet article

par Catherine Kintzler - dans Politique - société
commenter cet article

commentaires

Abraxas 06/11/2011 19:07



Chère Catherine Kintzler, le catholicisme est effectivement devenu dictatorial une fois au pouvoir — jusqu'à ce que les Lumières et Mme de Pompafour poussent Louis XV à exiler les Jésuites.
 Je ne vois guère de Lumières dans la Tunisie contemporaine. Quant à Pompadour, elle y porte le voile.
L'Islam a vocation à l'impérialisme. Interne ou externe. Une Tunisie islamiste, couplée à une Libye sous le signe de la charia, c'est la barbarie de l'autre côté de la Méditerranée.


Et comme le facteur économique est déterminant… etc., ce qui est (peut-être) en train de sauver l'Algérie des menées islamistes, ce sont les investissements chinois. 


Quant au risque d'importation des visées islamistes en France via l'immigration, qu'en faites-vous ?


Il n'y a pas de place pour des simagrées religieuses dans un Etat moderne — pas même dans les rues d'un Etat moderne. En tout cas pas dans les rues d'un Etat laïque.



Catherine Kintzler 07/11/2011 15:07



Il s'agit bien pour les Tunisiens d'exercer leur vigilance, et ils ont déjà conquis le droit de l'exprimer et de l'exercer. Qu'ils le fassent, soutenons-les dans cette entreprise, mais n'exigeons
pas d'eux immédiatement ce que nous n'avons pu faire qu'au prix de longues années de combat face à une religion hégémonique.


Quant à votre expression "Il n'y a pas de place pour des simagrées religieuses dans un Etat moderne", on peut la comprendre de deux manières :


au niveau de l'Etat (domaine de l'autorité publique et de l'énonciationdes droits) : oui c'est le principe de laïcité.

dans l'ensemble de la société civile et en particulier dans ses espaces accessibles au public : non, je ne suis pas d'accord. Les manifestations religieuses (qu'on les considère ou non comme
des simagrées) ont tout autant leur place ni plus ni moins (soumises aux mêmes lois, aux mêmes contraintes et bénéficiant des mêmes libertés) que d'autres. Le principe que vous avances
reviendrait en fait à réclamer l'abolition de la liberté d'opinion et de manifestation. 




Jean-Michel Muglioni 30/10/2011 23:39



Je voudrais dire mon accord avec l’article de Catherine Kintzler
sur le rapport de la religion et de la politique à propos des élections tunisiennes.


Non seulement sous la dictature de Ben Ali la religion musulmane
était religion d’Etat, mais c’était déjà le cas lorsque Bourguiba a institué le code du statut personnel qui libérait les femmes. Il en résulta certes des conflits entre certaines pratiques liées
à la religion et la nouvelle loi.  Je me souviens que, dans les années 70, lorsque j’étais coopérant à Tunis, la fille de notre femme de ménage
s’étant mariée à un français - un non musulman - s’est fait traiter de putain par le consulat de Tunisie à Paris où elle allait chercher des papiers. Sa mère, illettrée, nous a dit qu’elle irait
se plaindre auprès du Président. Il faut donc que les nouveaux pouvoirs publics tunisiens veuillent bien comme Bourguiba dans un tel cas faire prévaloir la loi sur certaines pratiques
ancestrales, mais cette fois dans un cadre démocratique et non plus dictatorial.


Les occidentaux se plaignent parfois  des résultats des élections tunisiennes, et ils ne manqueront pas de voir dans les récents résultats la preuve qu’il fallait soutenir Ben Ali et les dictatures
arabes, toujours considérées comme un rempart contre l’intégrisme musulman.


J’ai connu la fin du règne de Bourguiba. Ce n’était pas aussi
insupportable que le régime de Ben Ali. Mais c’était la dictature, et le régime limitait considérablement la liberté d’opinion : il était impossible de constituer un vrai parti d’opposition
démocratique. L’arabisation a commencé alors (si bien que vingt ans plus tard les tunisiens de la rue parlaient beaucoup moins le français qu’auparavant) et elle était financée en partie par les
américains (la fondation Ford par exemple : les américains voulaient asseoir leur propre domination au détriment des français). Cette arabisation n’a pas eu seulement pour finalité légitime
de permettre à un pays arabe de maîtriser sa langue : il s’agissait aussi d’empêcher toute opposition de style « occidental », « marxiste » ou tout simplement de
« gauche ». Je crois que le régime a remis en place un enseignement du français, mais la dictature a depuis toujours empêché toute forme d’expression libre d’une opposition politique et
démocratique : il ne faut donc pas s’étonner que la communauté musulmane y soit devenue la première forme d’opposition. Et, comme on l’a dit justement, avec d’autant plus de force que les
musulmans ont été persécutés par Ben Ali – et cela de la manière la plus barbare.


Parce que nous avons soutenu les dictatures arabes, nous avons
retardé d’un demi-siècle la possibilité pour une opposition démocratique de s’exprimer dans les pays arabes. Il convient donc, avant de s’en prendre à la religion musulmane et même à l’intégrisme
(phénomène très réel et qui doit être combattu) que nous nous interrogions sur notre part de responsabilité.


Qui a jamais cru qu’un régime dictatorial était un rempart de la
liberté ?



Incognitototo 30/10/2011 16:48



Merci Catherine, c'est limpide... surtout pour moi, qui m'embrouille facilement, dès qu'il s'agit de faits de société.

Quelques interrogations en vrac et en suspens, pour prolonger vos réflexions...

- Faites-vous un lien entre la "moralité" politique et démocratique des pays du Nord et anglo-saxons, et le fait que figure dans leur Constitution cette référence à une religion d'État ?
Je m'explique, comparativement, on pourrait penser que le choix laïque de la France (dont, on comprend bien tous les avantages par rapport à l'arbitraire de la "bonne volonté" d'une religion
dominante) conduirait à une moralité politique sans faille... Or, si on se réfère aux classements mondiaux (notamment sur la liberté de la presse, la corruption, la démocratie, et cetera), la
France n'a vraiment aucune leçon à donner à quiconque en matière d'organisation politique... et nous sommes même la risée de quelques-uns de nos camarades européens, qui nous considèrent comme
une république bananière... Un défaut des hommes ou des "vices cachés" de notre Constitution ? Bien évidemment, je penche pour la deuxième explication, mais je me demande quand même, s'il n'y
aurait pas un lien avec ce rapport, qu'on pourrait qualifier, de "moral", par rapport à ce que devrait être une autorité légale "au-dessus" des hommes...

- Immédiatement après, je pense à tous les contre-exemples dans le monde, faisant référence ou non, à une religion d'État : Grèce, USA, pays musulmans, et cetera (aussi mal classés que nous
pour les premiers et au fin fond des classements pour les pays arabes)... Comme si les seuls pays qui avaient su préserver une moralité politique et démocratique, ainsi qu'une réelle liberté,
étaient ceux à référence protestante ou de l'Église anglicane... Y aurait-il des religions plus adaptées que d'autres à l'exercice d'un pouvoir politique ?

En tout état de cause et à ma connaissance, ça serait vraiment une première, si un État, faisant référence à la charia, ne virait pas à la tyrannie... Je crains que nous ayons, donc, toutes les
raisons de penser que les luttes des démocrates arabes vont être très longues et difficiles, pour ne pas dire mortelles pour beaucoup...



Catherine Kintzler 31/10/2011 09:44



Je crois que vous répondez vous-même à votre question sur la "moralité".


 


Je pense qu'il n'y a pas de religion plus adaptée qu'une autre à l'exercice du pouvoir politique : toutes les religions sont, une fois en position d'exercer le pouvoir, dévoratrices et
expansionnistes sous une forme ou sous une autre.


La fameuse maxime "il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu", que l'on cite tant, est certes encourageante, mais le christianisme ne l'a faite sienne que durant le
temps qu'il était persécuté : dès qu'il a pu se mettre en position de persécuteur (et cela très tôt) il l'a fait. Et puis cette maxime ne laisse aucun espace pour d'autres possessions et
"jardins" que ceux de César et de Dieu ! Et comme je l'ai souvent dit dans l'article, le sort qui est réservé aux incroyants et en général à tous ceux qui se détournent publiquement de la
bienpensance officielle ou de la norme sociale admise, est décisif pour juger de l'état des libertés et des droits.



liliane kandel 30/10/2011 00:13



Merci pour cette remarquable mise au point, notamment sur les différences (importantes) entre "tolérance" et "laicité". Je me demande simpement si, par rapport à la "tolérance", toutes les
religions sont équivalentes. Ou, plus exactement, si elles ont toutes accompli le même chemin vers l'ouverture aux valeurs des autres, et la cohabitation avec celles-ci. Contraints et forcés
(mais après des siècles de guerre ouverte), les chrétiens ont dû accepter, se plier en fait, à la modernité laïque - et même en israel les intégristes juifs sont (encore) minoritaires. Est-ce le
cas pour l'Islam? A voir ne serait-ce que la situation des coptes en Egypte, ou  des bahai's en iran, on peut en douter. C'est pourquoi la Tunisie, véritable laboratoire des révolutions
arabes,  préoccupe à ce point nombre de commentateurs. Et de citoyens, simplement laïcs, voire "tolérants".



Catherine Kintzler 31/10/2011 09:36



Je suis entièrement d'accord avec vous et je trouve le terme de "laboratoire" très heureux sur ce sujet, le peuple tunisien est actuellement en position et en condition pour effectuer cette
démonstration de la solubilité de l'islam dans la modernité laïque au niveau officiel d'un Etat. J'ai juste voulu montrer que cette "opération" ne consiste pas nécessairement à réaliser d'un coup
de baguette idéaliste la plénitude du régime laïque - et qu'elle a demandé ailleurs aussi pas mal de temps, de débats, de luttes et de divisions. 



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.