30 septembre 1970 3 30 /09 /septembre /1970 15:12

Les saltimbanques et les bouffons
Réflexion sur les manifestations d'octobre 2010 contre la réforme des retraites
par Catherine Kintzler

En ligne le 17 octobre 2010


Cette vidéo prise lors de la manifestation parisienne du 16 octobre 2010, allégorie grave et tragique de la Justice qui s'alarme dans l'urgence, résume à mes yeux un aspect fondamental des grèves et des manifestations contre la réforme des retraites qui se déroulent actuellement (1).


Réalisée par le Théâtre du Soleil, l'allégorie de la Justice en robe blanche marche à grands pas agités : les pas de quelqu'un qui est « remonté », des pas dont l'énergie est tirée d'une indignation inextinguible, et qui se hâte : il y a urgence et elle s'alarme. Environnée d'oiseaux de proie noirs qui la harcèlent et ont ensanglanté son front, elle flanche parfois, s'abaisse, mais ne se couche jamais tout à fait. Fluctuat nec mergitur - comme le dit si bien la devise de Paris dont elle battait samedi le pavé entre République et Bastille - battue par un flot de charognards qui la font chanceler, elle fluctue, elle s'oublie et s'égare parfois, mais elle finit par se relever, se retrouver, debout, à grandes enjambées. Descendant la rue du Faubourg Saint-Antoine, la voilà qui arrive place de la Nation, accueillie par une autre allégorie, la gracieuse Marianne si bien campée au milieu de cette place désertique ouverte vers l'Est, vers et « Contre toute l'Europe avec ses capitaines / Avec ses fantassins couvrant au loin les plaines » (2).

 



Quelque chose de fondamental est rejoué et mimé dans ce parcours urbain. Quelque chose qui ressemble, bien sûr, à ce qui se joue et se rejoue dans toutes les « manifs » que j'ai fréquentées depuis tant d'années. Je comprends aujourd'hui encore mieux, grâce à ce théâtre simple et fort, pourquoi on ne va pas manifester sur les larges avenues de l'Ouest parisien. Ce n'est pas qu'elles ne soient, elles aussi, chargées d'histoire : c'est qu'elles sont impuissantes à convertir l'histoire en mythe populaire.


Mais quelque chose aussi a lieu qui n'est pas (qui n'est plus) comme d'habitude, comme l'ordinaire des manifs de ces quinze dernières années. Qu'est-ce qui est différent ? Une gravité et une sérénité grondantes imprègnent le cortège, elles en imposent plus que les slogans martelés au mégaphone. Bien sûr, on les chantonne toujours, sur la même  prosodie qui n'a pas changé depuis Lully et Brassens, mais au fond, on n'en a pas vraiment besoin : car la hâte, l'urgence et l'alarme sont évidentes. On gronde et on murmure, on a dépassé depuis longtemps l'histrionisme de la vocifération. Et, même si on arbore quelque badge ou affiche politique, on manifeste aussi et surtout pour que ceux qui viennent récolter des voix la main sur le cœur, et pour qui, probablement, on s'apprête même à voter, se le tiennent pour dit.


Qu'est-ce donc qui a changé encore ? Je repasse les 21 secondes de vidéo, et celles, ratées, floues, insignifiantes, que j'ai mises au rebut, je repasse aussi, les yeux fermés, le film dans ma tête. Pas un seul encagoulé dans mon champ de vision, c'est seulement maintenant que je m'en avise, je n'y ai pas pensé une seconde durant tout le temps du parcours. Mais où sont les émeutiers aphasiques qui naguère s'en prenaient aux « bouffons » et leur piquaient leur portable ? Je ne veux pas douter que, dans ce grand peuple qui gronde son tranquille écœurement, ils ne soient là eux aussi, eux qui ont pris quelques années, eux et leurs enfants, leurs jeunes frères et sœurs, à visage découvert, comme les lycéens et les collégiens, comme les étudiants, comme les jeunes chômeurs et précaires auxquels ils n'ont pas besoin de se mêler puisqu'ils les sont aussi. Je ne veux pas douter que, voyant passer et s'affoler (il est temps, grand temps !) la Justice en robe blanche au front ensanglanté, ils n'aient converti la « haine » en indignation et changé leurs critères de la bouffonnerie, sans le moins du monde s'offusquer de quelques petits détails. Car cette grande figure allégorique s'accompagne aujourd'hui de musique classique, ça sonne bien et puissamment, on peut battre des mains. De grands panneaux l'escortent, couverts de textes littéraires, de grands et beaux textes qui donnent du courage, qui élèvent ceux qui les lisent et qui remettent les pendules de la médiocrité à l'heure. Encore un petit détail : le drapeau bleu-blanc-rouge qui enveloppe de volutes sa marche encolérée, effarouchant les sinistres oiseaux noirs, rendu à qui de droit, est applaudi.


Un théâtre fort, grave et beau, ne ment pas ; il dément. Une scénette et une marionnette ont suffi à quelques superbes saltimbanques pour désigner les vrais bouffons et les renvoyer à leur place de courtisans. Nul besoin de « pédagogie » à quatre sous pour expliquer qu'il y a urgence, que cette fois c'est le tréfonds de tout ce qu'un peuple a conquis, y compris sa fierté et sa dignité, y compris sa façon d'honorer les anciens en faisant place aux jeunes, sa façon de relier et d'unir les générations, qui sont visés, attaqués, salis, tournés en dérision, pour finir déchiquetés par une poignée de charognards casseurs qui ont d'abord essayé de monter les jeunes contre les vieux, puis le « privé » contre « les fonctionnaires protégés ». Et maintenant, armés de « rapports d'experts », ils tentent d'expliquer une fois de plus au bon peuple que, vous savez, la mobilisation baisse, et que oui, ceux qui continuent à manifester, à se mobliliser, ce sont ceux qui n'ont pas encore compris. Compris quoi ? Qu'il n'y a pas d'autre politique possible, et que, puisque ce sont les choses et les rapports d'experts qui gouvernent (3), au fond, il n'y a pas, il ne doit plus y avoir de politique ? - une idée bouffonne, à pleurer.


  [ Haut de la page ]

© Mezetulle, 2010


Notes

  1. La vidéo, de très mauvaise qualité, a été prise sur mon téléphone portable. Les lecteurs pourront en voir d'autres sur Youtube et Dailymotion, en particulier celle-ci. Le Théâtre du Soleil  a présenté cette belle allégorie dans plusieurs manifestations.
  2. Victor Hugo, Ô Soldats de l'An deux.
  3. Voir Jean-Claude Milner La politique des choses, Paris : Navarin, 2005. Et pour se désintoxiquer de la thèse de la "seule politique possible", on se mettra en appétit en regardant une vidéo de 5 minutes, "Vive les retraites" extraite d'une "Conférence gesticulée" très drôle et limpide. On pourra passer à l'interview (non gesticulée et plus longue) de Bernard Friot (auteur de L'enjeu des retraites, éd. La Dispute, 2010) à l'Université populaire de l'UFAL été 2010, et élargir ses vues à un choix vidéo de conférences du même auteur. Voir aussi le site de l'Institut européen du salariat.
Accueil                     Sommaire

Partager cet article

par Catherine Kintzler - dans Politique - société
commenter cet article

commentaires

Caspard Annette 21/10/2010 18:20



Quelle splendide et saine colère, Catherine ! (j'allais écrire "sainte" à la place de "saine" - sacrilège, blasphème !!!)


Ainsi, vous en étiez, de ce peuple de France qui en a "marre", vous étiez là vous aussi pour grossir les rangs de ceux qui grondent et fulminent et s'exaspèrent - si cela se trouve, vous avez
peut-être croisé ma fille, sans savoir que c'était elle, ma fille et deux amies, l'une d'elles accompagnée de sa petite fille de 4 ans (j'ai reçu une photo). Si de telles marches et stations
debout prolongées ne m'étaient pas à présent interdites, comme je les aurais rejointes avec joie !


En écrivant "peuple de France", je pensais : de tous ceux qui se sentent français, d'où qu'ils viennent et quelles que soient leurs caractéristiques propres, et qui rêvent de voir à la tête du
pays des élus intègres, humanistes, soucieux du Bien du plus grand nombre, dignes de notre considération et de notre soutien ...


Un texte comme le vôtre,  c'est un magnifique poème en prose, c'est un camouflet pour ceux qu'il met en scène, et la grande madame Mnouchkine nous prouve que l' Art peut atteindre des
sommets de sens et de beauté lorsqu'il "abaisse les puissants, et exalte les humbles" ("deposuit potentes, et exaltavit humiles" - paroles de tous les "Magnificat", qu'ils doient de Vivaldi,
Mozart, Bach, et autres ...)


Je suis bien d'accord avec vous, Pascal Bély!


Merci une fois de plus, Catherine.



Catherine Kintzler 22/10/2010 09:29



Merci Annette.


Mais un bémol (hélas prévisible) à apporter à mon article : les "émeutiers aphasiques" sont bel et bien revenus... mon optatif "je ne veux pas douter..." était vraiment un optatif.


Sauf que, c'est vrai, ils sont à la fois marginaux et marginalisés, ne parvenant pas à s'insérer dans les manifs ni à les pourrir, et que personne jusqu'à présent ne fait d'état d'âme à leur
sujet pour les présenter comme le "vrai peuple", comme cela a été fait parfois en 2005. A cette époque j'essayais de dire à grand peine pourquoi "les casseurs ne doivent pas être au sein du
peuple comme des poissons dans l'eau" .



le tadorne 17/10/2010 16:53



Madame,


Je ne sais pas comment vous l'écrire...Mais votre article est aussi puissant que le défilé du Théâtre du Soleil.


Je ne sais comment vous l'écrire...Mais votre article me donne beaucoup de force.


Celle d'informer mes lecteurs qu'ils peuvent venir vers vous et lire ces quelques lignes. Justes.


Celle d'aller à Marseille mardi chasser les oiseaux noirs.


Bien à vous


pascal Bély


wwww.festivalier.net


 



Catherine Kintzler 17/10/2010 17:45



Merci ! Et que l'oiseau qui vous porte garde ses plumes chatoyantes à travers toutes ses migrations. Mnouchkine et quelques autres saltimbanques nous donnent toujours des ailes.


 



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.