1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 22:07

Bloc-notes actualité
Je supprime mon compte Facebook : pourquoi et comment

En ligne le 1er juin 2011


J'ai été « ajoutée » (c'est-à-dire inscrite) à des groupes sans mon consentement. J'ai été « identifiée » sur des photos sur lesquelles je ne figure pas et avec lesquelles je n'ai rien à voir. Je n'ai pas envie de passer mon temps à surveiller ma page Facebook et à me désinscrire de tel ou tel machin à la suite de telle ou telle inscription forcée « à mon insu de mon plein gré ».

Ouste, du balai, caltez ! Je ne me contente pas de « désactiver » le compte, je le supprime. Pour ceux qui auraient envie de faire de même, voici comment procéder : il faut chercher un peu, mais ce n'est pas si compliqué.

 

Connectez-vous à votre compte. Tout en bas, cliquez sur « Aide », puis sur l'image « Confidentialité ». En cherchant bien dans la liste, vous trouverez une petite ligne « Désactivation, suppression et comptes de défunt » (histoire de bien vous faire comprendre que vous allez commettre un e-suicide). Ensuite la procédure est un peu tarabiscotée mais il suffit d'un peu de patience, de lire de près et de savoir la différence entre désactiver et supprimer définitivement pour parvenir à ce nettoyage.


Comment Catherine, tu as été assez cruche pour ouvrir un compte Facebook ? Il faut ne pas connaître l'e-addiction pour poser une pareille question... Et les accros trouveront encore « J'aime » en bas des articles de ce blog : signaler un article de Mezetulle, ça ne peut pas faire de mal ! 


Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Vincent 05/11/2011 15:04



Et pourtant n'est-ce pas des widgets de Facebook et Twitter que j'aperçoit sur votre blog ? Vous semblez être contre Facebook mais il envahit tout de même encore votre propre sphère.
Personnellement je suis musicien, et sans facebook pour annoncer ou renforcer la promotion de mes divers projets, je m'en sortirais sans doute moins bien. Il faut l'avouer, c'est tout de même le
plus gros réseau social au monde et donc celui sur lequel on a le plus de chances d'être vu ou entendu lorsqu'on a quelque chose à offrir/diffuser.

De plus, il y a un effet "viral" très intéressant sur ce type de sites (le bouton partager de Facebook, ou le "retweet" de Twitter...) et même si vous n'avez pas le traffic d'un Manuel Dorne sur
votre blog, je vois qu'il y a au moins 7 personnes qui ont aimé votre article et j'ai moi même été redirigé chez vous grâce à un partage de liens sur Facebook :-)

Au delà de ça, je me suis aussi fait des amis, de bonnes rencontres et contacts professionels, c'est peut-être du parti prix dans mon cas mais je n'ai effectivement que de bonnes choses à dire au
sujet de Facebook. Et si pour une personne comme moi qui a plusieurs "thumbs up" par jour (et pour d'autres qui en ont des milliers par heure) Facebook se fait des milliards de $ de chiffre
d'affaires, je dirais que c'est assez juste car ils ont surement les mains pleines de cambouis.

Je me fiche de savoir que mes informations soient stockées ou vendues à des tiers car c'est la base même d'Internet, Facebook n'a rien révolutionné. Dites vous bien que tout ce qu'on fait sur la
toile est noté et bien gardé quelque part.

Facebook-er et fier de l'être.



Mezetulle 05/11/2011 15:24



J'ai laissé OverBlog placer ces boutons car je n'ai aucune raison d'empêcher d'autres que moi d'utiliser ces réseaux. Je ne peux que dire pourquoi je l'ai fait. Et lorsque d'autres font circuler
des articles de Mezetulle sur Facebook, ils ne me font pas dire ce que je n'ai pas dit. J'avais ouvert un compte Facebook juste pour avoir un réseau de diffusion, exactement comme vous. Mais ça
ne fonctionne pas seulement comme cela.


Vos remarques sont  pertinentes. On sait très bien que tout est scruté et conservé par les moteurs de recherche. Mais cette conservation se fait sans notre signature, sans notre consentement
exprès.


voici le fond du problème que je soulève. Si vous lisez l'article, vous verrez que c'est pour une autre raison bien plus grave que j'ai supprimé mon compte Facebook. Le jour où vous découvrirez
que vous êtes inscrit à un groupe ou comité de soutien de nature politique, enrôlé sans votre consentement mais comme si vous l'aviez donné comme si vous aviez signé en sa faveur,
alors là vous prendrez peut-être la chose autrement. C'est ce qui m'est arrivé ; encore heureux que je m'en sois rendu compte !


Je ne vous le souhaite pas. 


Je ne reproche pas aux auteur et animateurs des réseaux sociaux de gagner de l'argent. Et je ne jette nullement la pierre à ceux qui utilisent les réseaux pour se faire connaître : j'ai pointé un
fonctionnement bien précis qui me semble dangereux. Et avant de supprimer mon compte, j'ai bien examiné les options de contrôle privé : aucune ne permet d'empêcher quelqu'un d'inscrire quelqu'un
d'autre à un groupe sans son consentement.


Vincent, je ne vis pas de ma plume, le petit réseau et le petit buzz qui m'entoure me suffit,  et je comprends très bien que vous ayez besoin de réseaux plus larges avec le job que vous
faites qui est basé sur l'accès au public ! Je vous souhaite donc tous les succès possibles !



Catherine Kintzler 01/11/2011 21:56



Voici deux liens pour alimenter la question.


http://www.rtbf.be/info/medias/detail_facebook-messages-prives-chats-donnees-effacees-tout-est-archive?id=6972293


http://europe-v-facebook.org/FR/Objectifs/objectifs.html



Incognitototo 09/07/2011 01:55



Pour information, le dernier Science & Vie (n° 2011), confirme (page 123), les informations que je vous transmettais... Il a même encore des mots plus durs, puisqu'il cite Facebook, comme le
"mouton noir du Web", à cause de ses pratiques totalement irrespectueuses (et même illégales en Europe) de la vie privée à des fins commerciales.



Delbar 02/07/2011 09:22



Merci pour cette information ! J'avais désactivé mon compte avec le sentiment que je m'étais faîte avoir. Je l'ai maintenant supprimé avec soulagement.



Corinne 16/06/2011 18:01



Parmi la foule des anonymes qui peuplent mon réseau facebookien, je déplore donc de ne plus pouvoir vous compter... je vous avais trouvé grâce à Robert Redeker, je crois. Palpitations de joie
pour celle qui se souvenait de votre brillante prise de parole sur l'art lyrique dans le cadre du centre Éric Weil, il y a trop d'années pour que nous voulions certainement dater la chose...


Quel dommage que vous soyez partie. Savez-vous que je me suis beaucoup servie de votre livre sur la laïcité aux éditions Pleins Feux dans le cadre de mes cours à l'IEP de Lille? Dire que j'étais
d'accord avec tout serait faux, mais je partage mieux votre analyse présente en cette matière.


Soit. Vous nous quittez donc. Je le regrette, car nous avons besoin de vous, nous autres petites mains démocratiques qui avons tant relayé le printemps arabe, faisant connaître les situations
presque heure par heure, les propageant dans les pays limitrophes, fournissant les codes et méthodes informatiques pour dévérouiller les murs cadenassés par les dictatures. Oui, Facebook est
dangereux... mais pas uniquement pour les adolescents, aussi pour les régimes totalitaires. Facebook peut être utile à bien des causes, celle des femmes figurant parmi celles qui m'habitent le
plus... avec plus de 1000 contacts, on peut contribuer à faire évoluer quelques vestiges de l'âge de pierre, vous pouvez me croire. On peut mettre aussi en relation une femme battue avec Yaël
Mellul que l'on vient de rencontrer dans ce cyberespace et contribuer un peu à la guérison de terribles plaies qui s'étendent jusqu'aux enfants.


Si vous revenez, vous me ferez un honneur en acceptant à nouveau la virtualité de mon amitié qui est néanmoins réelle.


Corinne


 



Catherine Kintzler 20/06/2011 18:45



Corinne, je suis vraiment désolée de vous décevoir - et votre commentaire me fait très plaisir. Mais décidément, non, je ne reviendrai pas sur Facebook.


L'argument que vous donnez - à savoir que Facebook fait partie des "petites mains démocratiques" ayant relayé le printemps arabe - m'a fait beaucoup réfléchir. Oui effectivement, Facebook est un
outil de libération là où la liberté est entravée, mais il ses retourne en un outil d'embrigadement de surveillance contraire à la liberté là où la liberté n'est pas entravée. Ainsi il n'est pas
du tout contradictoire de soutenir l'existence et l'extension d'un tel réseau là où tout réseau est bâillonné, et de boycotter ce réseau lorsqu'il ne libère personne, et qu'il n'est rien d'autre
qu'une pure vitrine où chacun est invité à contempler chacun et où toute pensée devient furtive.


Du reste nous avons à notre disposition bien mieux que Facebook pour publier en ligne et y échanger des idées. J'espère que je ne serai pas contrainte un jour de me réinscrire sur un réseau du
genre de Facebook : cela voudrait dire que les autres outils sont abolis.


Je m'honore donc moi aussi de votre présence sur Mezetulle, que je m'efforce, avec quelques autres (parmi lesquels je compte les commentateurs), de maintenir dans un état digne de la liberté dont
nous jouissons.



Incognitototo 10/06/2011 13:21



Chère Mezetulle,

Si vous pensez que c'est pertinent, ci-après un texte qui circule sur le Net...

À propos de Facebook, petits rappels... c’est toujours bon à savoir !

Ceci est un message de vigilance par rapport à Facebook. Mieux vaut le savoir. Facebook est l’un des plus grands réseaux sociaux en ligne dans le monde avec plus de 300 millions d’utilisateurs
enregistrés.

Seulement, vous tous, en tant que français, utilisez ce site de réseau social en raisonnant "à la française"... C'est-à-dire que lorsque vous utilisez Facebook, vous respectez les règles et les
lois françaises. Or, vous faites tous erreur !

Facebook est une société californienne régie à l'échelle mondiale selon le principe de loi en vigueur en Californie (lois encore différentes des lois américaines). Cela signifie que tout ce que
vous y mettez est LÉGALEMENT archivé dans une base de données énorme (photos, discussions, textes...) et ce même si vous avez effacé certaines choses. En procédant ainsi, Facebook est dans la
parfaite légalité !

Tous les utilisateurs de Facebook ont d'ailleurs donné leur autorisation pour que leurs données personnelles soient enregistrées, conservées et utilisées à d'autres fins... Eh oui !
Étonnant ?? ! Pas tant que cela ! Avant d'utiliser Facebook, vous avez du cliquer sur "j'accepte les conditions"... Si vous aviez pris la peine de lire ces conditions (souvent rédigées en
anglais) vous seriez au courant.

Par ailleurs... Facebook n'est pas un site payant, pourtant des brevets sont régulièrement déposés par le siège de Facebook (notamment quand le site subit une évolution).

Tous ces brevets coutent énormément d'argent. Sans compter toutes les personnes qui travaillent sur ce site et qu'il faut rémunérer ! Comment pensez-vous que Facebook puisse débourser autant
d'argent alors que le site n'est pas payant ???

Le principe est simple :

À l'heure actuelle, 60% des entreprises achètent les droits de consultation des archives de Facebook. En effet, avant de se prononcer sur une embauche par exemple, l'entreprise a accès aux
anciennes données que les utilisateurs ont postées sur Facebook.

Ainsi, ils peuvent mieux apprécier, si la vie personnelle d'une personne est adaptée au poste auquel elle prétend... Les services de défense et de police utilisent également ces archives pour
l'avancement d'enquêtes...

Soyez vigilants ! Vos erreurs de jeunesse ne doivent pas devenir indélébiles !

Evitez toutes photos compromettantes (avec alcool, cigarette, drogue, photos tendancieuses, voire intimes, photos vulgaires...), évitez les insultes même contre une personne que vous estimez
banale, car l'injure est un délit qui peut faire l'objet d'une plainte (avec preuve à l'appui), évitez d'échanger des données trop intimes ou privées et ce, même avec vos amis : "nos amis
d'aujourd'hui peuvent être nos ennemis de demain"...

Et surtout, ne négligez pas le droit à l'image. Beaucoup d'adolescents mettent sur Facebook les photos de leurs amis en partant du principe que cela ne posera aucun problème ! Effectivement, cela
ne dérange peut-être pas les amis en question... Mais, s'ils sont mineurs et que les parents n'approuvent pas : une plainte peut être déposée.

Demandez toujours l'autorisation de la personne concernée avant de faire paraitre son image sur internet. Méfiez-vous, la loi ne se retourne pas que contre les autres..."Nul n'est censé ignorer
la loi" : vous ne pourrez pas dire à un juge "je ne le savais pas" !

Faites ce que vous voulez de ces informations. Au moins, vous serez prévenus ! Par ailleurs, il serait intéressant de se demander pourquoi une telle exhibition de sa vie privée ???



Mezetulle 10/06/2011 17:48



Merci Incognitototo. Ce serait intéressant d'avoir la référence de ce texte, très édifiant en effet.



Achile 10/06/2011 09:42



Pour ma part je n'ai rien compris à l'intérêt de ce... truc, ni de ceux qui l'ont copié ensuite. On peut aimer la toile et la fréquenter sans pour autant s'y laisser dévorer.


Cordialement.



Foucher Philippe 09/06/2011 08:59



Pour l'identification (erronée ou non) sur des photos , il s'agit bien de la réactivation sur Facebook d'une fonction très douteuse de reconnaissance faciale... Plus de détails sur :


http://www.macbidouille.com/news/2011/06/09/facebook-ne-fait-decidement-que-peu-de-cas-de-la-vie-privee


 


 


 



Caspard Annette 02/06/2011 15:32



Eh! bien non, chère Catherine, je n'utiliserai pas plus le logo "J'aime" que je ne l'ai fait jusqu'ici, car il me semble apercevoir un petit "f" à côté, cela ne signifie-t-il pas "facebook" ?


Et puis je n'ai jamais fait part de mon avis "j'aime" ou "je n'aime pas", car j'avais la crainte que cela m'entrainât dans des ramifications infinies, où je n'avais pas forcément envie de
m'engager ...


Votre décision de quitter facebook me réjouit, me prouvant ainsi que j'ai eu raison de ne pas moi-même rentrer dans ce système. En effet, un mien cousin m'y avait invitée, plusieurs fois, et je
lui avais répondu, par message ordinaire, que je  préférais correspondre par des voies utilisées de longue date (téléphone, courrier, ou même, plus moderne, par e-mail). Un collègue de ma
chorale m'avait envoyé la même invitation, que j'ai déclinée également.


Alors, on ne parlait pas encore vraiment des dangers de ce réseau, des risques courus, et ma réticence venait du fait que je ne connaissais rien au fonctionnement de ce système, c'est d'ailleurs
pourquoi je ne participe pas (ou : plus) à des forums de discussion, car là aussi, il faut un "compte", un "mot de passe", etc ... et je ne parvenais que rarement à me connecter ! - non, non, je
ne fais que parfois un commentaire répondant à un article qui m'a "interpellée" (et encore, de moins en moins), uniquement si c'est direct, comme je le fais en cet instant sur "Mezetulle" (
d'autres, directs naguère, nécessitent maintenant toutes ces complications évoquées ci-dessus).


Sansgrande conviction, j'ai vu "The social network", et si le rythme rapide et nerveux de la réalisation m'a plu, mettant en scène une sorte d'engrenage fatal impossible à stopper, j'avoue
n'avoir PAS vraiment compris les événements se déroulant dans ce film ...


En tous cas, j'ai pu lire ultérieurement des critiques, des mises en garde, et mon fils, à qui je posais la question, m'a vivement conseillé de laisser "facebook" de côté ...


Comme vous, je reçois de nombreux messages : spams évidemment, mais aussi pub, liens vers des sites ou articles jamais demandés ... Depuis peu, j'utilise énormément la ligne "Se désinscrire",
avec des résultats pas forcément probants !


Au fond, la question est celle-ci : à quoi SERVENT ces réseaux ? Quels avantages REELS ont-ils de plus, à côté de la profusion de possibilités de communication dont nous disposons (et qui déjà,
nous suivent à la trace, nous abreuvant de spots de pub sur des sujets que nous avions regardés peu avant). J'ai du mal à imaginer que l'on se fait ainsi des "amis" ...


Il semble que nous soyons entrés dans une ère de réflexion, d'analyse et de méfiance accrues, vis-à-vis de tout ce que nous permet un ordinateur ... Chaque technique possède ses avantages et ses
périls, chaque médaille a son revers ...!


Bien à vous.


 


 


 



Delfour 02/06/2011 13:54



Bonjour


J'ai fait de même. J'avais ouvert un compte à titre épistémologique afin d'avoir une expérience "normale" de cet outil improprement nommé "réseau social"; en gros, afin de pouvoir en faire une
analyse argumentée. Quelles raisons d'y rester? Ou plutôt quelles raisons de ne pas cesser de cautionner, par la seule inscription, un dispositif totalitaire soft? Fermer "définitivement" son
compte facebook est un acte politique d'émancipation. Simplement parce que désobéir à la règle dominante entrepreneuriale et communicationnelle est en soi une opération (certes symbolique)
d'émancipation.


Jean-Jacques Delfour


 



subirats 02/06/2011 09:16



merci pour ces infos car je subis les mêmes tracasseries et finalement ce facebook c'est que du voyeurisme d'égos dilatés!



Incognitototo 02/06/2011 00:16



Il ne vous manque plus qu'à créer une secte du genre AAA et le cycle sera complet... ;o)))
Soeur Mezetulle, bienvenue parmi les vivants qui résistent encore... vous verrez, au début c'est difficile, puis après on finit par prendre plaisir à voir les gens en vrai et même à les toucher
parfois, dans les limites, bien sûr, fixées par loi... ;o((

Le meilleur moyen de ne jamais être addict est encore de ne jamais commencer, comme moi.

J'ai rencontré l'autre jour une famille très intégrée qui n'a pas de portable, ils m'ont fait rêver, ce sont vraiment les derniers vrais aventuriers de ce monde.



Mezetulle 02/06/2011 15:22



Je reste quand même addict au web. Mais comme pour le vin, il faut goûter et choisir. Le problème est que Farcebook ment : on ne peut pas contrôler tous les paramètres de confidentialité.



Kalilooela 01/06/2011 23:24



Bravo ! Et bravo pour les articles de ce blog, avec lesquels j'ai parfois le plaisir de ne pas être d'accord, ce qui me pousse à réflechir et peut-être devenir moins boulet :D



Mezetulle 02/06/2011 15:19



Merci ! Essayer de réfléchir moi-même, soulever quelques enjeux de pensée, c'est tout ce que je me propose !


Quand on regarde comment est fait Facebook, on voit bien que tout est fait pour que la réflexion n'y apparaisse que furtivement (et en plus c'est moche !). Je n'étais tout de même pas naïve au
point d'y chercher un espace de réflexion ; je pensais juste avoir affaire à un espace de diffusion pour Mezetulle. Mais il se trouve qu'on y diffuse sans contrôle l'usage de votre nom.



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.