29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 19:45

Bloc-notes nouveauté sur Mezetulle
Faire usage du mot « race », est-ce cautionner le racisme ?

En ligne le 29 septembre 2013


L'Assemblée nationale a récemment adopté une proposition de loi visant à supprimer le mot race des textes législatifs où il figurait : c'est supposer que l'emploi du mot  serait un indicateur et même un générateur de racisme. Dans l'article « Race, racisme et police du langage », André Perrin s'interroge sur les fondements et les conséquences de cette mesure.  

 

Faut-il purger la loi des termes que la science n'a pas validés et qui sont utilisés par des idéologies douteuses ou dangereuses ? À ce compte, il faudrait également faire la chasse à bien d'autres termes  - notamment « nation ». Davantage : faut-il en récuser la signification courante ? Substituer à race des termes comme « différences génétiques », « branches », « groupes génétiquement différenciés » ou « origines ancestrales », est-ce seulement de la préciosité ou est-ce un effet de la police du langage ?
La convocation ici de la science pourrait même avoir l'effet inverse de celui qui semble recherché : car dire qu'il faut supprimer le mot race parce qu'il présuppose une croyance en l'existence des races que la science actuelle invalide et qui sert de fondement aux idéologies racistes, n'est-ce pas suggérer que si la science validait cette croyance les idéologies racistes seraient alors fondées ?
Plus largement, en brouillant les domaines, en prétendant que la faute est réductible à l'erreur, cette mesure récuse la nature même de toute décision politique  :
« Ce n'est rendre service ni au droit ni à la morale, qui sont affaire de décision et de volonté, que de les placer sous la dépendance de la science. Et suggérer que le racisme n'est une faute que parce qu'il est une erreur, ce n'est sans doute pas la meilleure manière de l'accabler. Les constituants de 1946 ne se croyaient pas obligés de nier l'existence des races pour affirmer l'égalité des droits et des devoirs sans distinction de race, de même que ceux de 1789 ne songeaient pas à demander à la science de prouver que tous les hommes étaient identiques avant d'affirmer qu'ils naissaient libres et égaux en droits ».
Et André Perrin de conclure : dans l'affaire le racisme n'aura pas reculé d'un pouce, mais la dictature du politiquement correct aura bien progressé. 

 

Lire l'article d'André Perrin Race, racisme et police du langage sur ce blog.

 

NB. Les commentaires de ce billet d'annonce sont désactivés, merci aux lecteurs de poster leurs commentaires sur l'article d'André Perrin, y compris ceux qui pourraient s'adresser à Mezetulle.


Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.