18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 22:00

Bloc-notes actualité
Communications entre francophones : it's so chic !

En ligne le 18 septembre 2010


Mezetulle vient d'assister à un colloque philosophique international. Langues de travail officielles : anglais et français. En général, dans ces rencontres internationales, l'usage veut que, pour poser des questions aux intervenants, on utilise autant que possible la langue qu'ils ont eux-mêmes choisie pour faire leur exposé. Cela est tout à fait ordinaire, fort logique et on ne s'écarte de cette habitude courtoise que lorsqu'on est soi-même incapable de recourir à la langue utilisée en l'occurrence - auquel cas on s'en explique et s'en excuse.

Aussi l'anecdote qui suit peut laisser rêveur.

 

Après une intervention faite en français par un chercheur issu d'un pays francophone, deux autres chercheurs francophones (tous deux de nationalité française, il n'est pas indifférent de le préciser) et connus de tout l'auditoire lui posent une question... en anglais. A voir leurs frétillements et leurs airs entendus devant le micro, on a tout de suite compris : c'est so chic ! Comme l'intervenant ainsi interrogé est par ailleurs excellent angliciste, il applique la règle de courtoisie dont il n'a pas bénéficié et répond en anglais à ceux qu'il sait francophones, soulignant ainsi que ce chic est en réalité une prescription.

Pour donner un peu plus de sel à la situation, il faut ajouter que la rencontre se tenait à Paris.

Et il y a encore mieux : le sujet de l'intervention et des questions était relatif à la fuite des cerveaux, notamment vers les USA !


No comment...


NB - Catherine Kintzler ne répugne nullement à l'emploi de la langue de Shakespeare, y compris pour la diffusion de ses propres recherches, et accepte avec grand plaisir les invitations aux USA : les lecteurs peuvent le vérifier sur ce blog. Mais lorsqu'elle participe à une rencontre où le français est au nombre des langues de travail, elle s'adresse plutôt en français à ses homologues qui ont choisi cette langue pour s'exprimer (à plus forte raison si ces personnes sont notoirement francophones). Parler français à un(e) francophone, de plus quand on est à Paris, Dakar ou Genève : c'est pas top, ou bien mamie fait de la crispation franchouillarde arrogante?


[Modification du 20 septembre 2010]
Sur le sujet, on lira avec profit l'excellent texte de Laurent Lafforgue (médaille Fields 2002) :
Merci à Pierre-Henri (voir commentaire n°2) d'avoir pensé à le signaler.
Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

Pierre-Henri 20/09/2010 14:07



Laurent Lafforgue avait publié, il y a quelques temps, une mise au point définitive sur la question :


http://www.ihes.fr/~lafforgue/textes/pourlascience.pdf


Il s'agit moins de lutter contre la langue anglaise (qui en vaut bien une autre) que contre la domination d'un langage automatique, passe-partout, qui se limite à quelques slogans et à quelques
formules toutes faites.



Mezetulle 20/09/2010 14:44



Merci beaucoup. Je trouve ce texte excellent. J'ajoute la référence au bas de mon petit article.



DM 19/09/2010 11:20


J'ai un jour entendu un collègue (indien, si je me rappelle bien) commencer son exposé en expliquant qu'il s'exprimerait dans la langue internationale de la science, à savoir l'anglais avec un
accent. De fait, lire, écrire, comprendre et parler l'anglais font tellement partie du travail d'un scientifique depuis tant de décennies maintenant qu'il ne viendrait à l'esprit de personne de
vouloir paraître « chic » en posant des questions dans cette langue. C'est un peu comme tenter, en 2010, de « frimer » avec un téléphone portable... Il est vrai que cette
standardisation sur l'anglais n'est pas le cas des disciplines « littéraires », qui, du moins certaines d'entre elles, fonctionnent beaucoup par revues et colloques français (ou du moins
francophones). Pour ma part, je vois un avantage humain à la « mondialisation » de la connaissance : cela fait connaître une partie du monde, notamment les États-Unis, bien mieux que la
lecture de la presse française, et cela aide notamment à avoir une vision plus nuancée. Sinon, je vois *une* bonne raison de parler en anglais à un francophone: quand l'audience comprend des
personnes qui comprennent l'anglais mais pas le français. J'assiste régulièrement à des exposés donnés en anglais devant une audience majoritairement francophone, en raison de la présence de
doctorants ou post-doctorants qui parlent très peu français.


Mezetulle 19/09/2010 16:06



Lorsqu'un colloque est tenu dans plusieurs langues officelles, celles-ci sont réputées être comprises de tout l'auditoire. Rien n'empêchait du reste, dans la situation précise que je décris, les
débatteurs de formuler leur question dans les deux langues.



Il s'agissait, vous l'avez compris, d'un colloque de sciences dites "humaines". J'y suis moi-même intervenue en anglais lorsque cela m'a semblé justifié. Je décris exactement ce que j'ai vu 
- y compris la "frime", bien déplacée comme vous le remarquez à juste titre. En revanche le message était parfaitement clair : certains voient d'un mauvais oeil qu'on parle français à Paris y
compris avec des francophones dans une réunion philosophique où le français fait partie des langues officielles. On est fortement invité à s'aligner. Mais sur quoi au juste ? Certainement pas sur
l'anglais comme grande langue de culture auquel je tiens à rendre justice.



Car ce que vous décrivez est bien une standardisation, dont les anglophones se plaignent eux-mêmes car elle appauvrit considérablement leur langue. Je parle de la langue anglo-américaine en tant
que grande langue littéraire - celle qui est presque toujours méconnue des intervenants "frimeurs". D'ailleurs il faudrait ici distinguer entre les langues anglaises - car on parle et on écrit un
anglais cultivé et littéraire ailleurs qu'au Royaume Uni et aux USA, notamment en Inde, en Australie.... Faut-il se féliciter de la disparition programmée dans les colloques "scientifiques" de
l'allemand, de l'italien, du russe, du français - pour ne citer que quelques langues ? Faut-il se féliciter en conséquence de l'affadissement de l'anglais, bien malmené lui aussi par cette
pratique niveleuse ? Je ne le crois pas.



Si l'on regarde les choses du point de vue scientifique, il y a de nombreux concepts et de nombreuses propositions qui dans toute leur rigueur ne sont justes et complets que dans leur langue
originale et l'ouverture consiste ici, non à raboter les différences, mais à tenter de s'expliquer dans le plus de langues possible afin de pouvoir trouver des traductions raisonnées. Mais cela
demande un effort. C'est ce que j'ai essayé de faire à mon modeste niveau dans l'article en anglais que je cite dans la note ci-dessus : traduire "laïcité" par "secularism" est générateur de
contresens, il faut donc expliquer avant de proposer une traduction ou un néologisme.


 


L'échange n'est possible précisément que parce que les idées ne sont pas interchangeables, parce qu'elles ne sont pas immédiatement exprimables, parce qu'il n'y a pas correspondance binunivoque
entre une langue et une autre. Changer de langue, c'est aussi changer de pensée, c'est changer d'angle d'attaque, c'est opérer un déplacement critique. Se résigner à une seule langue dans les
échanges scientifiques, c'est prendre le risque de mettre en place une pensée unique. Je ne plaide donc pas pour le français "langue unique", mais contre l'adoption d'une langue unique
particulièrement appauvrie - ce qui pourrait être le cas du français bien évidemment.


 


[Ajouté une heure plus tard après relecture et rumination :]


La question est différente selon les secteurs de recherche. Il est probable que lorsqu'on travaille dans un secteur où la formalisation des concepts et des propositions pertinentes est possible
dans une méta-langue, ce n'est pas du tout la même chose que lorsqu'on travaille dans un secteur où on n'a rien d'autre que les langues naturelles : dans ce cas en effet il n'y a pas de
méta-langue permettant de produire la concorde sans équivocité et bien au contraire, l'équivocité est un élément productif lui-même. Le colloque dont je parle se situe dans ce secteur : ici la
standardisation des langues naturelles a des conséquences directes et profondes sur les contenus de pensée.



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.