15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 09:40

Bloc-notes actualité
Vidéos de la conférence-débat sur Condorcet
(9 mars à Saint-Maur)

En ligne le 15 mars 2011


Les vidéos de la conférence-débat sur Condorcet l'instruction et la cité (Café-philo à Saint-Maur du 9 mars 2011) en cinq parties sont sur Dailymotion.

Je me contente de mettre juste la première partie en lecteur « embarqué » dans cet article et de donner au-dessous les liens  vers les 4 suivantes. L'ensemble couvre l'intégralité de l'intervention et une grande partie du débat (4e et 5e parties).  Les documents d'accompagnement auxquels je me réfère parfois dans l'intervention sont en ligne ici. Je remercie Jean-François et l'équipe qui l'entoure pour tout ce travail.

 

Dossier Condorcet sur Mezetulle

Un article général sur l'instruction publique, formant le point d'appui d'une grande partie de mes interventions orales sur Condorcet, avec notes et références, est en ligne ici sur Mezetulle en deux parties.

Les lecteurs trouveront aussi sur Mezetulle d'autres articles consacrés à Condorcet : Condorcet critique de Montesquieu et Condorcet, l'égalité et les différences.

 

 
Exposé de Catherine Kintzler sur Condorcet... par VotreSaintMaur


Exposé de Catherine Kintzler sur Condorcet... par VotreSaintMaur

 

Partie 1 (au cas où le lecteur embarqué ci-dessus ne serait pas visible) : http://www.dailymotion.com/video/xhikga_expose-de-catherine-kintzler-sur-condorcet-partie-1_webcam

Partie 2 : http://www.dailymotion.com/video/xhilpp_expose-de-catherine-kintzler-sur-condorcet-partie-2_webcam
Partie 3 : http://www.dailymotion.com/video/xhimq7_expose-de-catherine-kintzler-sur-condorcet-partie-3_webcam
Partie 4 : http://www.dailymotion.com/video/xhimrh_expose-de-catherine-kintzler-sur-condorcet-partie-4_webcam
Partie 5 : http://www.dailymotion.com/video/xhior2_expose-de-catherine-kintzler-sur-condorcet-partie-5_webcam

 

Accueil                     Sommaire

Partager cet article

commentaires

clovis simard 27/01/2012 21:19


Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-5, THÉORÈME DES DÉGUISÉS. - DES PROBABILITÉS ??

Michel MARTIN 22/04/2011 10:26



Merci beaucoup pour votre réponse. Je suis allé lire en détail l'article que vous indiquez en lien. Bien qu'en effet, les propositions de Condorcet sur l'instruction demeurent très modernes,
elles n'en sont pas moins datées. Il en ressort une foi forte dans le progrès et la connaissance comme sésame pour la liberté qui trahit le contexte de désir de libération des contingences
communautaires de l'époque (qu'on retrouve aussi dans la loi Lechapellier). Mais on sait aujourd'hui que le progrès et la connaissance ne suffisent pas à définir un projet de société, à définir
nos choix collectifs.


Sur le plan de la méthode, l'ambiance libératrice vis à vis des communautés biaise sa réflexion. Par exemple, pourquoi Condorcet oppose t'il l'enthousiasme (et tout ce qui touche à l'affect) et
rationnalité? Pourquoi vouloir découper artificiellement la personne en deux: être rationnel apte à former le citoyen et être affectif seulement bon à nous renvoyer au communautarismme et à
l'immédiateté, alors qu'une prise en compte de l'être dans sa totalité, par exemple en donnant corps aux principes avec des structures narratives peut se montrer bien plus efficace à apporter
l'instruction.


Une autre faiblesse dans la démarche de Condorcet me semble être liée à une prise en compte trop faible de la construction pratique de la confiance (j'insiste). Si je suis bien d'accord que
l'instruction est libératrice et nécessaire, il n'en demeure pas moins que c'est très insuffisant pour les deux raisons déjà évoquées et que Condorcet cite: le manque de compétence et le manque
de temps.


J'ai relevé cinq éléments contribuant à construire la confiance, sachant, selon le proverbe, qu'un chien qui a mordu, mordra (c'est un point de départ révisable éventuellement). Ces cinq points
sont: la compétence (bien souligné par Condorcet), la sincérité, la fiabilité, le rapport de forces et l'indépendance(par exemple vis à vis des marchands-ce point est aussi assez bien traité par
Condorcet quand il insiste sur la sanctuarisation de l'école). Il ne serait pas si difficile d'apprécier le personnel politique (ou tout délégué) selon ces cinq critères. J'imagine que nous
sortirions assez facilement de l'immédiateté qui caractérise la tendance médiatique actuelle.


Un dernier point, il me semble que la situation d'autorité nécessaire à l'institution de l'instruction du citoyen libre et responsable auquel on aspire ne permet que difficilement le décodage des
structures et des mécanismes de pouvoir, à la façon dont les décrit Pierre Bourdieu par exemple. Ce n'est pas si compliqué pourtant et chacun en aura fait l'expérience dans la cour d'école, ce
qui devrait faciliter l'exposé des principes qui régissent la domination sociale dans un champ donné.



Catherine Kintzler 25/04/2011 01:16



Merci pour vos précisions. J'ai juste deux points de détail à ajouter.


 


Condorcet n'a jamais prétendu élaborer les conditions suffisantes à la liberté du citoyen. Il prétend juste que l'instruction publique est une condition nécessaire.


 


S'agissant de sa critique de "l'enthousiasme", il ne dit pas qu'il faut proscrire toute affectivité de l'enseignement, il souligne seulement qu'il serait dangereux d'en faire le moteur de
l'enseignement.



Michel MARTIN 18/04/2011 14:33



S'il est indispensable d'instruire pour soutenir un projet (et une organisation) démocratique un tant soit peu légitime et qui peut nous donner quelques raisons de se soumettre aux décisions
collectives, il n'en demeure pas moins qu'on ne peut tout connaître, soit par manque de temps, soit par manque de compétence. On ne peut pas non plus nous occuper de tout directement (le mirage,
au moins partiel, de la démocratie participative). Avons nous d'autre choix que de laisser une part importante à la confiance que nous plaçons dans ceux à qui nous déléguons
momentanément le privilège de décider pour tous?



Catherine Kintzler 20/04/2011 15:29



Je pense que j'ai donné des éléments de réponse à votre question dans la conférence et dans l'article publié sur ce blog sur le même sujet :


http://www.mezetulle.net/article-1560495.html


Il ne s'agit évidemment pas de tout connaître, et les points vacants de la connaissance ne sont cependant pas le fondement d'une confiance aveugle (foi) dans le savoir supposé d'autruiou en sa
personne.


La "confiance" dont vous parlez n'est pas à proprement parler une confiance mais dans le cas des représentants c'est un mandat : révocable donc.


Dans le cas de l'expertise (exemple je fais confiance au médecin) la confiance est fondée sur des éléments de connaissance qu'il s'agit précisément d'établir par une insruction élémentaire. Par
exemple, je me méfierais d'un médecin qui prétendrait guérir une maladie infectieuse par des passes magnétiques. Par exemple, on ne peut pas croire quelqu'un qui vous dit que l'eau a une mémoire,
ou qui prétend annihiler la matière.. Je fais confiance au médecin dans la mesure où je suis capable de comprendre une explication élémentaire qu'il peut et doit me donner.


 



Mezetulle 15/03/2011 14:34



Il semble que le "lecteur embarqué" ne passe pas sur iPad et sur iPhone: on me signale un grand espace blanc.
Je vais essayer de trouver une solution.



Incognitototo 15/03/2011 14:14



C'est brillant, c'est clair, c'est constructif,... merci Catherine de m'éclairer de vos lumières (au pluriel bien sûr) à travers Condorcet.


C'est assez étonnant, je n'ai pas une culture classique très étendue et je suis plutôt un adepte des théories "modernes" de l'information, de l'éducation, d'un certain libéralisme, du
fonctionnalisme, de l'analyse systémique, et cetera... et en vous écoutant, je me rends compte qu'elles n'ont rien inventé, juste systématisé certains concepts déjà présents chez Condorcet, dont
on a bien besoin de se réapproprier cette façon de penser par paradoxe, qui conduit à un autre paradoxe, et cetera... une vraie pensée vivante et très opérationnelle.


Si on pouvait réunir autour d'une même table Socrate, Sénèque, Jésus, Condorcet, Bakounine, Marx, Freud, Malinowski, Watzlawick, Chomsky, Akerlof, Debord, Milgram, ... et tant d'autres, avec
obligation de trouver une forme de démocratie et de gouvernement qui réponde aux problèmes et théories exposés par ces hommes, je me demande ce qu'il en sortirait...


Je me suis inspiré de la Méthode Condorcet, pour mes propositions de réforme du système électif... c'est pas si compliqué que ne le laissent supposer les chiffres, dès qu'ils apparaissent dans des raisonnements. C'est dommage
que quasiment personne n'ait envie de se pencher là-dessus (même pas les laudateurs de la VIième République), car ce serait une vraie révolution démocratique (que j'ai déjà expérimenté sous
d'autres formes en entreprise avec succès) ; reste à savoir jusqu'à quel point tous ceux qui en parlent, ont réellement envie qu'elle advienne, tant les places d'élu sont "bonnes"... et pourtant,
compte tenu de l'état de déliquescence de notre République,  il y a urgence.



Catherine Kintzler 15/03/2011 14:29



Oui Condorcet développe ce que j'appellerais volontiers les humanités modernes, en déplaçant le centre de gravité des humanités vers les sciences et les techniques - sans cependant abandonner
leur dimension classique. Dès que je suis allée lire ses textes, j'ai été frappée par la présence de ce raisonnement en chaîne de paradoxes, c'était passionnant. Je me suis retrouvée devant une
pensée philosophique pratiquement complète alors que j'avais entamé cette lecture d'abord à cause des questions de politique scolaire... et il a fallu s'y frotter, prendre le temps de parcourir
cette pensée. Les quelques travaux écrits et interventions que je propose sont loin d'en faire le tour !



Nouveau site

Depuis le 1er janvier 2015, le nouveau site Mezetulle.fr a pris le relais du présent site (qui reste intégralement accessible en ligne)

Annonces

 

Le nouveau site Mezetulle.fr est ouvert !

Abonnement à la lettre d'info : suivre ce lien

 

Interventions CK et revue médias

Voir l'agenda et la revue médias sur le nouveau site Mezetulle.fr

 

Publications CK

  • Livre Penser la laïcité (Paris : Minerve, 2014)
  • Livre Condorcet, l'instruction publique et la naissance du citoyen (Paris : Minerve, 2015)

Lettre d'info

Pour s'abonner à la Lettre d'information du nouveau site :

Cliquer ici.